Modifié

Europa League: pour Servette, une affiche qui sent vraiment l'Europe

Ondoua, Cognat, Mendy et Sasso: les "All-Blacks" de Genève rêvent de poursuivre leur aventure européenne. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Ondoua, Cognat, Mendy et Sasso: les "All-Blacks" de Genève rêvent de poursuivre leur aventure européenne. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Ce n'est pas encore la phase finale de l'Europa League, mais le parfum de l'Europe sera bien au Stade de Genève jeudi (20h45). En recevant le Stade de Reims au 2e tour préliminaire, Servette est vraiment dans le grand bain.

A l'échelle du football européen, Servette et Reims partagent une histoire commune: ils ont tous deux participé à la 1re édition de la Coupe des Champions en 1955. Les Grenat avaient été sortis d'entrée par le Real Madrid, lequel avait battu les Rémois de Raymond Kopa (4-3) en finale. De l'histoire ancienne. Très ancienne. C'est aujourd'hui dans un tour préliminaire d'Europa League que ces deux clubs se croisent. Les deux ne sont plus accoutumés aux joutes continentales depuis bien longtemps. Pour Reims encore plus que pour Servette.

De là à faire des Genevois des favoris? "Nous jouons contre une équipe de L1 et nous n'avons pas la réputation de la L1, balaye Alain Geiger. Mais c'est très difficile pour les équipes françaises d'affronter des équipes suisses. Et nous, nous adorons ce genre de confrontation, où l'on peut se mettre en lumière."

Reims, qui n'a engrangé qu'un point sur ses 3 premières journées de L1, refuse également la posture de favori. "Nous n'avons que deux ans en Ligue 1 derrière nous, plaide le coach David Guion. Nous avons des responsabilités, car le championnat français est un championnat majeur. Mais nous rencontrons une équipe remplie de qualité et qui aura l'avantage du terrain."

Comme pour la Ligue des champions, les matches du 3e tour de qualification de l'Europa League se jouent sur un seul duel.

ats/ace

Publié Modifié

Un grand absent à Reims

Le 6e du dernier championnat de L1 n'est pas en reste, même si son capitaine Yunis Abdelhamid est forfait (quarantaine). Avec des éléments prometteurs comme le gardien Pedrag Rajkovic, les milieux offensifs kosovars Arbër Zeneli et Valon Berisha ou les attaquants Boulaye Dia et le jeune Malien de 18 ans El Bilal Touré, il a de quoi faire mal. Sans oublier Derek Kutesa, formé à Servette: "Un match assez spécial pour moi, dommage qu'il soit à huis clos", regrette le Genevois.

Bâle doit s'imposer en Croatie

Bâle va lui aussi tenter de franchir la 2e des 4 haies le séparant de la phase de groupes de la C3 Les Rhénans se déplacent en Croatie pour affronter le NK Osijek, l'un des clubs croates les plus prometteurs. Osijek a terminé le dernier championnat à la 4e place, devant Hajduk Split, à seulement trois points des vice-champions, mais loin derrière le Dinamo Zagreb. Osijek a connu des débuts modestes dans un championnat qui a déjà vécu quatre journées: deux défaites, une victoire et un nul. L'équipe se compose principalement de joueurs Croates, entourés par trois défenseurs brésiliens. A l'automne 2017, le FC Lucerne avait été éliminé par Osijek.