Revivez la Coupe du monde 2015 des Suissesses

Grand Format

Keystone

Introduction

Le 8 juin 2015 restera dans les annales du foot féminin helvétique. Ce jour-là, les Suissesses disputent leur premier match de Coupe du monde face au Japon à Vancouver. Cinq ans après cette première historique, revivez le parcours de la sélection suisse lors de ce Mondial organisé au Canada.

De la pionnière Madeleine Boll à la Coupe du monde 2015

Chapitre 01

Photopress-Archiv - Keystone

La participation de l'équipe de Suisse à la Coupe du monde au Canada en 2015 est historique. Jamais les Suissesses ne s'étaient encore qualifiées pour la phase finale d'un tournoi majeur (Coupe du monde, Euro, Jeux olympiques). Cette participation couronne également les luttes et les progrès accomplis par les footballeuses dans notre pays depuis plusieurs décennies. Que de chemin parcouru depuis les années 60, lorsque la pionnière Madeleine Boll devait se battre pour taper un ballon rond!

En 1965, cette Valaisanne âgée alors de 12 ans, devient la première femme à obtenir une licence de football sur le territoire helvétique. Une licence qui lui est retirée quelques mois plus tard par l'ASF. L'instance se base sur ses statuts qui autorisent seulement les garçons à jouer et sur un avis d'un médecin qui est défavorable à la pratique de ce sport par une fille.

Déçue mais déterminée, Madeleine Boll n'abandonne pas son amour pour le ballon rond et poursuit sa carrière quelques années plus tard en Italie. Elle participe également au premier match officiel de l'équipe de Suisse contre la France en 1972.

Le Mag: Madeleine Boll, pionnière du football féminin en Suisse [RTS]
Sport dimanche - Publié le 12 mai 2019

>> Découvrez l'évolution du foot féminin en Suisse de 1960 à nos jours

L'évolution du foot féminin de 1960 à nos jours [RTS]
RTS Sport - Publié le 19 juin 2020

Cinquante ans après les débuts de Madeleine Boll, l'équipe nationale se qualifie pour sa première Coupe du monde organisée en 2015 au Canada. Une qualification qui porte en grande partie la "patte" de Martina Voss-Tecklenburg.

Nommée en 2012 à la tête de Nati, la technicienne allemande va permettre à la sélection helvétique de changer de statut. "Elle nous a amené une mentalité de gagnante. Avant, nous étions la "petite Suisse". Maintenant, nous avons envie de gagner chaque match", explique alors la Genevoise Caroline Abbé.

Forte de son expérience et de ses quatre titres de championne d'Europe conquis comme joueuse avec l'Allemagne, Martina Voss-Tecklenburg permet à son équipe de franchir un cap, elle qui avait jusqu'ici toujours échoué à se qualifier pour une Coupe du monde ou un Euro. "Elle nous a permis de croire en nos qualités et cela se voit sur le terrain", raconte Lara Dickenmann.

Martina Voss-Tecklenburg a pris les rênes de la sélection helvétique en 2012. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Martina Voss-Tecklenburg a pris les rênes de la sélection helvétique en 2012. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]

S'appuyant sur des leaders qui évoluent à l'étranger comme Lara Dickenmann (Lyon) et Caroline Abbé (Bayern Munich) et de jeunes joueuses, la sélection helvétique décroche brillamment sa qualification pour la Coupe du monde 2015. Invaincue en 10 matches (9 succès, un nul), l'équipe termine première de son groupe avec un goal-average de 53 buts marqués contre un but encaissé!

Voir cette publication sur Instagram

We did itWorld Cup 2015 in canada!you should be there !!

Une publication partagée par Ana-Maria Crnogorcevic (@ana_crnogorcevic) le

La sélection suisse

Gardiens: Stenia Michel (USV Jena/GER), Jennifer Oehrli (Young Boys), Gaëlle Thalmann (Duisburg/GER).

Défense: Caroline Abbé (Bayern Munich/GER), Sandra Betschart (Sunnana/SWE), Rahel Kiwic (Duisburg/GER), Selina Kuster (Zurich), Noelle Maritz (Wolfsburg/GER), Nicole Remund (Zurich), Rachel Rinast (Cologne/GER), Daniela Schwarz (Valerenga/NOR).

Milieu de terrain: Vanessa Bernauer (Wolfsburg/GER), Vanessa Bürki (Bayern Munich/GER), Fabienne Humm (Zurich), Florjana Ismaili (Young Boys), Martina Moser (Hoffenheim/GER), Lia Wälti (Turbine Postdam/GER), Cinzia Zehnder (Zurich).

Attaque: Eseosa Aigbogun (Bâle), Ramona Bachmann (Rosengard/SWE), Ana-Maria Crnogorcevic (Francfort/GER), Barla Deplazes (Zurich), Lara Dickenmann (Olympique Lyonnais/FRA).

8 juin, Japon - Suisse 1-0 (1-0)

Chapitre 02

Salvatore Di Nolfi - Keystone

Une première séduisante

Le soleil distille ces derniers rayons en cette fin de journée à Vancouver. L'équipe de Suisse fait son entrée dans le BC Place Stadium devant plus de 25'000 spectateurs. Au moment des hymnes nationaux, l'émotion se lit sur les visages des Suissesses qui, après des mois d'attente, s'apprêtent à disputer leur premier match en Coupe du monde.

La sélection de Martina Voss-Tecklenburg aborde cette rencontre en outsider face aux tenantes du titre japonaises. "La pression sera sur les Japonaises, qui doivent défendre leur titre. Elles doivent gagner contre nous. Nous jouerons sans pression", a ainsi lancé la Bernoise Lia Wälti avant le match.

La plupart des joueuses n’ont jamais évolué devant tant de spectateurs, ce qui se traduit par une certaine nervosité lors des premiers instants de la rencontre. Cette nervosité envolée, les Suissesses tiennent ensuite tête aux Japonaises. A la demi-heure de jeu, la partie bascule. La gardienne Gaëlle Thalmann réalise une sortie un peu trop appuyée sur Kozue Ando. L'arbitre n'hésite pas et siffle penalty.

Groupe C, Suisse - Japon (0-0): penalty pour le Japon ! La gardienne Suisse touche le ballon avant le contact, mais l’arbitre n’hésite pas et donne un penalty [RTS]
Foot - Publié le 9 juin 2015

Un penalty que se charge de transformer la capitaine Aya Miyama. Rageant pour les Suissesses, qui font mieux que se défendre face aux Nipponnes...

Groupe C, Suisse - Japon (0-1): ouverture du score pour les Japonaises sur penalty [RTS]
Foot - Publié le 9 juin 2015

Mais Lara Dickenmann et ses coéquipières ne baissent pas les bras et démontrent toutes leurs qualités en seconde période sur la pelouse synthétique du BC Place Stadium. Commence alors le "show" Ramona Bachmann. L'attaquante helvétique donne le tournis à la défense japonaise et se crée plusieurs occasions. La Lucernoise a même l'égalisation au bout du pied dans les arrêts de jeu. Las pour elle et les Suissesses, son tir s'envole au-dessus de la cage et le score final reste en faveur des Japonaises.

Groupe C, Suisse - Japon (0-1): quel occasion ! Ramona Backmann a la balle de l'égalisation au bout du pied mais loupe complément [RTS]
Foot - Publié le 9 juin 2015

Des occasions manquées, une défaite amère... C'en est trop pour Ramona Bachmann, qui ne peut retenir ses larmes à l'issue de la rencontre. "Ramona était sûrement la plus triste de ne pas avoir concrétisé ses occasions. Nous savions que c’était une joueuse fantastique et désormais, le reste du monde le sait aussi", déclare Martina Voss-Tecklenburg à l'issue de la rencontre.

Ramona Bachmann est consolée par Martina Voss-Tecklenburg et ses coéquipières. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Ramona Bachmann est consolée par Martina Voss-Tecklenburg et ses coéquipières. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]

"Nous ne pouvons pas être contentes quand nous perdons un match. C'est normal d'avoir quelques larmes aux yeux. Je suis très déçue. Nous étions proches d'elles. Le Japon a gagné sur un penalty, qui n'était pas clair. Nous pouvons sortir la tête haute de ce match", analyse, quant à elle, Ramona Bachmann.

Une stabilité défensive, des promesses offensives mais un manque de réalisme, voilà ce qu'il faut retenir avant le deuxième match contre l'Equateur.

12 juin, Suisse - Equateur 10-1 (2-0)

Chapitre 03

Darryl Dyck - Keystone

Le festival de Fabienne Humm

Après le Japon, place à un tout autre adversaire pour la sélection helvétique: l'Equateur. Comme les Suissesses, les Sud-Américaines disputent au Canada leur première Coupe du monde. Mais contrairement à Caroline Abbé et ses coéquipières, la plupart d'entre elles évoluent dans leur pays et ont un statut d'amateur. Les Suissesses abordent donc cette rencontre avec l'étiquette de favori.

Privées de Lara Dickenmann, touchée aux adducteurs, les joueuses de Martina Voss-Tecklenburg n'entament pas la partie comme elles l'auraient souhaité. La nervosité déjà présente contre le Japon refait son apparition. Les Suissesses sont bien meilleures que les Equatoriennes, mais le dernier geste leur fait toujours défaut.

Il faut attendre la 24e minute de jeu et un autogoal de Angie Ponce sur un centre de Fabienne Humm pour délivrer l'équipe de Suisse. Ce but réveille le public du BC Place Stadium de Vancouver, bien moins nombreux que lors du match contre le Japon. Eseosa Aigbogun devient ensuite la première Suissesse à marquer en Coupe du monde en inscrivant le 2-0.

Football - Mondial dames: l’équipe de Suisse remporte la victoire contre l’Equateur [RTS]
Sport dernière - Publié le 13 juin 2015

En second période, les Suissesses montrent un tout autre visage. La fébrilité et la tension ont disparu. Les protégées de Martina Voss-Tecklenburg se lâchent et retrouvent l'efficacité dont elles avaient fait preuve durant la campagne de qualification. Deux joueuses se distinguent alors: Fabienne Humm et Ramona Bachmann.

La première, qui ne jouit pas d'un statut de professionnel au FC Zurich, réalise l'exploit de claquer un triplé en moins de cinq minutes! Un record de rapidité dans l'histoire de la Coupe du monde féminine.

Malheureuse contre le Japon, Ramona Bachmann troque ses larmes contre un beau sourire. L'attaquante lucernoise démontre une nouvelle fois toute son aisance technique et signe elle aussi un triplé. Son troisième but, un petit bijou technique, vaut largement le coup d'oeil. La prestation aboutie de la Lucernoise lui permet de décrocher le trophée de joueuse du match.

Groupe C, Suisse - Equateur (10-1): Ramona Bachmann s'offre un triplé après un superbe "râteau" pour éliminer son adversaire, elle fusille la  gardienne [RTS]
Foot - Publié le 13 juin 2015

L’équipe nationale s'offre ainsi un succès historique qui ne souffre d'aucune discussion. Dominatrices, les Suissesses n'ont jamais été réellement inquiétées par les modestes Equatoriennes. La qualification pour les 8es de finale se jouera contre le Cameroun à Edmonton.

16 juin, Suisse - Cameroun 1-2 (1-0)

Chapitre 04

Salvatore Di Nolfi - Keystone

Une qualification dans la douleur

Changement de décor pour l'équipe helvétique. A l'occasion de leur dernier match de la phase de groupes, les Suissesses quittent la charmante et animée ville de Vancouver pour Edmonton, capitale de l'Alberta, nichée au centre du Canada. La fraîcheur et la pluie, qui accueillent les Suissesses à leur arrivée, tranchent avec le soleil qu'elles ont laissé à Vancouver.

Mais la sélection de Martina Voss-Teckleburg n'est pas là pour faire du tourisme. L'objectif de cette escapade à Edmonton est clair: gagner contre le Cameroun afin d'obtenir un ticket pour les 8es de finale. Un nul suffirait aux Suissesses, mais celles-ci ne veulent penser qu'à la victoire, comme le confirme Lia Wälti: "Nous ne jouerons pas le match nul."

Les Suissesses ont affronté le Cameroun devant un public très clairsemé à Edmonton. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Les Suissesses ont affronté le Cameroun devant un public très clairsemé à Edmonton. [Salvatore Di Nolfi - Keystone] 

L'ambition des Suissesses se traduit dès l'entame de match contre les "Lionnes indomptables". Dans un stade du Commonwealth qui paraît bien vide avec ses 3000 spectateurs seulement, les joueuses helvétiques sont les premières à se montrer dangereuses. Après une grosse occasion de Ramona Bachmann, Ana-Maria Crnogorcevic ouvre le score pour la Suisse. Un avantage mérité et logique au vu de la domination des Suissesses. Fabienne Humm et Ramona Bachmann ont par la suite la possibilité de doubler la mise, mais comme contre le Japon, le réalisme leur fait défaut.

Groupe C, Suisse - Cameroun (1-0): ouverture du score pour la Suisse! Ana Maria Crnogorcevic donne une longueur d'avance aux Suissesses [RTS]
Foot - Publié le 16 juin 2015

Ces occasions manquées vont causer bien des regrets à la Suisse! Au retour des vestiaires, les joueuses de Martina Voss-Tecklenburg sont méconnaissables. Oubliées les bonnes intentions du début de match, la deuxième période va s'apparenter à un calvaire. Dépassées par la puissance et la vitesse des Camerounaises, les Suissesses subissent les assauts des « Lionnes indomptables », qui profitent de la passivité de leurs adversaires pour prendre l'avantage.

Manque d'agressivité dans les duels, mauvaises relances, manque de caractère... les Suissesses passent complètement à côté de leur seconde mi-temps et ne peuvent éviter la défaite.

Groupe C, Suisse - Cameroun (1-2): les Lionnes indomptables prennent les devants grâce à Madeleine Ngono Mani [RTS]
Foot - Publié le 16 juin 2015

"Nous avons arrêté de jouer en deuxième période, confirme Lara Dickenmann. Nous nous sommes mises en danger toutes seules."

"Nous devons reconnaître que nous avons commis des erreurs. Nous n'appartenons pas encore aux équipes de haut niveau", regrette Martina Voss-Tecklenburg. "Cette défaite va être bénéfique pour notre expérience. Elle va nous aider, car nous sommes encore en processus d'apprentissage."

Deux heures après la rencontre, la déception des Suissesses cède sa place à la joie. Grâce à la victoire des Etats-Unis contre le Nigeria et grâce à leur excellente différence de buts, Lara Dickenmann et ses coéquipières terminent dans les quatre meilleures troisièmes. La mission est donc remplie pour l'équipe de Suisse, qui visait une qualification pour les 8es de finale avant le tournoi.

Ce 8e de finale s'annonce prometteur, puisque les Suissesses affronteront le Canada, pays-hôte et un des favoris du tournoi, à Vancouver!

21 juin, Canada - Suisse 1-0 (0-0)

Chapitre 05

Salvatore Di Nolfi - Keystone

Une élimination cruelle

Dimanche 21 juin, l'équipe de Suisse s'apprête à affronter le Canada en 8es de finale de la Coupe du monde. Pour la première fois depuis le début du tournoi, l'ambiance commence à monter dans les rues de Vancouver. Les Canadiens qui n'ont pas pu se procurer de billet pour ce match remplissent la fan-zone, tandis que les supporters commencent à affluer aux abords du BC Place Stadium. Il faut dire que le Canada n'a pas encore joué à Vancouver durant cette Coupe du monde, ses matches précédents s'étant déroulé à Edmonton et à Montréal.

Une ambiance magnifique pour ce 8e de finale entre le Canada et la Suisse. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Une ambiance magnifique pour ce 8e de finale entre le Canada et la Suisse. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]

Les Suissesses, elles, évoluent, en terrain connu, puisqu'elles ont déjà joué leur deux premiers matches contre le Japon et l'Equateur à Vancouver. Mais pour la première fois du tournoi, elles se présentent dans un stade plein. Un décor inhabituel pour les joueuses helvétiques plus habituées à évoluer dans des petits stades devant une faible affluence. "Voir autant de monde, cela m'a donné la chair de poule", confie Gaëlle Thalmann. Quand vient l'heure des hymnes nationaux et résonne le "ô Canada" repris par les 50'000 spectateurs présents, impossible de ne pas avoir des frissons.

Les encouragements des fans canadiens ne paralysent toutefois pas les Suissesses. Au contraire, elles se montrent les premières dangereuses grâce à Lara Dickenmann. Habituée des grands rendez-vous avec l'Olympique Lyonnais, l'attaquante helvétique manque une occasion en or d'ouvrir le score. Que de regrets pour la Lucernoise, qui n'a toujours pas trouvé la faille dans ce Mondial...

1-8, Canda - Suisse (0-0): grosse occasion manquée par Lara Dickenmann qui loupe complètement sa frappe! [RTS]
Foot - Publié le 23 juin 2015

Les regrets sont d'autant plus grands à la 52e lorsque Josée Bélanger trompe Gaëlle Thalmann. Le stade chavire. Les Suissesses, elles, se réunissent dans leurs 16 mètres, conscientes qu'elles peuvent encore créer l'exploit. Et elles ont raison d'y croire. Décevantes contre le Cameroun, les Suissesses montrent un tout autre visage et font jeu égal avec les Canadiennes, pourtant favorites. Le retour dans la défense de la capitaine Caroline Abbé n'y est pas étranger.

1-8, Canada - Suisse (1-0): Josee Belanger ouvre le score pour les Canadiennes d'une frappe imparable du pied gauche [RTS]
Foot - Publié le 23 juin 2015

Les Suissesses se montrent encore dangereuses par Ana-Maria Crnogorcevic, puis Vanessa Bernauer, mais rien n'y fait. Comme contre le Japon et le Cameroun, les protégées de Martina Voss-Tecklenburg payent cher leur manque d'efficacité. Le score ne bougera plus et les Suissesses sont éliminées de la Coupe du monde.

On a prouvé au monde entier qu'on savait jouer au foot

Caroline Abbé, capitaine de l'équipe de Suisse. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Caroline Abbé, capitaine de l'équipe de Suisse

L'équipe de Suisse peut nourrir des regrets, elle qui n'a pas démérité et qui a montré qu'elle pouvait rivaliser avec des équipes de haut niveau. Mais l'expérience et le réalisme du Canada ont fait la différence. "On a tout donné, on a prouvé au monde entier qu'on savait jouer au foot", déclare Caroline Abbé à la fin de la rencontre.

"Je suis déçue pour mes joueuses, qui sont très tristes. Elles se sont beaucoup investies, confie Martina Voss-Tecklenburg. Cela me fait de la peine de voir la déception dans leurs regards. Je leur ai dit que je comprends ce qu’elles ressentent, mais cette Coupe du Monde a été une grande expérience pour nous".

L'aventure des Suissesses se termine donc à Vancouver là où elle avait commencé le 8 juin, lors de leur premier match dans ce Mondial.

L'aventure des Suissesses au Canada en quelques photos

Un premier pas vers d'autres succès

Chapitre 06

Hans Punz - Keystone

La Suisse quitte la Coupe du monde, remportée quelques jours plus tard par les Etats-Unis, avec certes des regrets, mais surtout avec de l'expérience supplémentaire dans les bagages.

"Cette Coupe du monde est une bonne expérience pour le futur. Nous avons encore un effectif jeune, explique Lara Dickenmann, au soir de l'élimination en 8es de finale. Cette expérience va nous faire du bien pour le prochain Euro."

La suite donnera raison à l'attaquante helvétique. Les Suissesses décrochent en effet brillamment leur billet pour l'Euro 2017, en survolant les qualifications. Huit matches, huit victoires, difficile de faire mieux.

En mars 2017, la Suisse s'offre la meilleure préparation pour l'Euro en remportant la Cyprus Cup. En finale, à Larnaca, la formation de Martina Voss-Tecklenburg domine 1-0 la Corée du Sud. C'est la première fois qu'une équipe helvétique féminine remporte un tournoi international.

Vient alors l'Euro organisé aux Pays-Bas. Un Euro qui rimera avec déception pour les Suissesses. Après une défaite inaugurale contre l'Autriche (1-0), alors qu'elles étaient favorites, les joueuses helvétiques enchaînent avec un succès contre l'Islande (2-1).

La qualification pour les quarts de finale se joue donc lors du dernier match face à la redoutable équipe de France. Condamnées à gagner, les Suissesses tiennent en échec les Bleues (1-1). Un résultat insuffisant pour continuer le tournoi. Les regrets sont plus grands qu'à la Coupe du monde 2015. La Suisse a en effet affronté deux équipes à sa portée (l'Autriche et l'Islande) et bénéficiait d'une expérience qu'elle n'avait pas au Canada.

Football féminin-Euro 2017: les Suissesses ont fait match nul contre la France [RTS]
12h45 - Publié le 27 juillet 2017

Une année plus tard, à l'automne 2018, les Suissesses connaissent une nouvelle déception. Alors qu'elles étaient bien parties pour se qualifier pour la Coupe du monde 2019, elles craquent lors de leurs deux derniers matches et finissent à la deuxième place de leur groupe. En barrage, face aux Pays-Bas, championnes d'Europe en titre, la tâche est trop grande. Les Suissesses échouent et ne se qualifient pas pour la Coupe du monde organisée en France.

A l'issue de ce match, une page se tourne pour l'équipe de Suisse. Martina Voss-Tecklenburg quitte en effet son poste de sélectionneuse pour prendre les rênes de l'Allemagne. Le Danois Nils Nielsen lui succède.

Barrage, Suisse - Pays-Bas (1-1): le résumé du match [RTS]
Football - Publié le 13 novembre 2018

En ne se qualifiant pas pour le Mondial 2019, la sélection helvétique manque une belle opportunité de se mettre encore plus en valeur. Si la Coupe du monde 2015 a augmenté l'intérêt médiatique et populaire en Suisse pour le foot féminin, le Mondial 2019 constitue lui un succès sans précédent. Plusieurs matches se déroulent à guichets fermés et les audiences TV sont impressionnantes. Les footballeuses gagnent le respect du grand public.

Foot féminin: la Coupe du monde 2019 a été un véritable succès [RTS]
RTS Sport - Publié le 19 juin 2020

Aujourd'hui, en Suisse, des progrès restent à réaliser. Les équipes féminines manquent en effet de moyens financiers, humains et matériels. Les joueuses, qui évoluent dans le championnat helvétique, ne jouissent notamment pas d'un statut professionnel. Les meilleures d'entre elles partent à l'étranger où elles peuvent souvent vivre du foot, où elles bénéficient de meilleures conditions d'entraînement et où elles peuvent améliorer leur niveau.

>> Certains clubs, comme le FC Chêne Aubonne, manquent de joueuses

Foot Féminin: le FC Chêne Aubonne manque de joueuses [RTS]
RTS Sport - Publié le 20 juin 2020

Afin de promouvoir et de professionnaliser le foot féminin, l'ASF a créé en février un département du foot féminin, dirigé par Tatjana Haenni. L'ancienne internationale helvétique et responsable du foot féminin à la FIFA a également été nommée au Comité exécutif de l'ASF. Par sa voix, le foot féminin est désormais représenté au sein des organes de décision.

>> Tatjana Haenni veut notamment augmenter le nombre de licenciées

Foot féminin: Tatjana Hänni veut augmenter le nombre de licenciées [RTS]
RTS Sport - Publié le 20 juin 2020

>> La LNA féminine a été mise sur le même plan que le foot amateur pendant le coronavirus

Le sport féminin, grand perdant du coronavirus? Gaëlle Thalmann [RTS]
RTS Sport - Publié le 31 mai 2020

Se qualifier pour le prochain Euro, qui a été déplacé en 2022, en raison du coronavirus, permettrait ainsi de mettre en lumière le foot féminin en Suisse, comme l'a été la Coupe du monde 2015 ou l'Euro 2017. Les Suissesses sont en tout cas bien parties dans les qualifications. Elles comptent actuellement quatre succès en quatre matches, mais doivent encore affronter à deux reprises la Belgique, leur principal adversaire.