Modifié

Coronavirus: la faillite rôde-t-elle sur les clubs sportifs?

Stade vide à Neuchâtel et comme dans toute la Suisse. Pour les clubs professionnels, la situation est également très compliquée. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Stade vide à Neuchâtel et comme dans toute la Suisse. Pour les clubs professionnels, la situation est également très compliquée. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Le monde du sport ne fait pas exception au milieu de cette crise sanitaire mondiale. Notre pays tourne au ralenti depuis plusieurs semaines et le sport n'est donc de loin plus une priorité. Seulement, cet arrêt soudain place certains clubs dans une situation précaire, comme l'analyse Sport Matin.

La situation de bon nombre d'organisations est en péril; les clubs n'ont plus du tout de rentrées financières alors qu'ils doivent toujours faire face à leurs engagements comme le versement des salaires de leurs employés.

Pour Raffaele Poli, directeur de l'observatoire du football à Neuchâtel, cette crise met en lumière la particularité du sport et de son économie: "Les clubs sportifs, qui sont plus cigale que fourmi, n'ont pas pour habitude de faire des réserves; ils dépensent ce qu'ils gagnent."

Les clubs attendent  de voir comment évolue la situation sanitaire. Jean-François Collet, propriétaire de Neuchâtel Xamax, se veut optimiste: "Nous devons rester sereins et positifs. Nous prenons les mesures que l'on peut, en espérant pouvoir s'en sortir du mieux possible."

Jean-François Collet: "Nous devons rester sereins et positifs" [RTS]
Jean-François Collet: "Nous devons rester sereins et positifs" / RTS Sport / 19 sec. / le 1 avril 2020

Les clubs de football sont aussi toujours dans l'expectative quant à savoir si leur saison reprendra, et si oui quand.

Sujet de Grégoire Oggier, adaptation ace

Publié Modifié

Avenir incertain pour le hockey et le basket

Dans le hockey sur glace ou le basket, la saison est d'ores et déjà terminée. Mais l'avenir des clubs est lui tout aussi incertain. La priorité pour les dirigeants est dans un premier temps d'essuyer les pertes nettes dûes à la fin de saison prématurée, mais l'inquiétude est déjà de mise pour le prochain exercice. "Les clubs en danger sont ceux où les personnes qui mettent l'argent n'ont plus la surface financière pour suppléer le manque à gagner dû à cette pandémie", résume Raffaele Poli. "Sans solution alternative, la situation peut être vite compromise."