Modifié

Mondial dames: Francine Zouga, un peu de Genève au sein de l'équipe du Cameroun

Francine Zouga et le Cameroun pourraient bien se qualifier pour les 8es de finale. [RTS]
Francine Zouga et le Cameroun pourraient bien se qualifier pour les 8es de finale. [RTS]
L'équipe de Suisse a rendez-vous avec le Cameroun mardi (23h00, heure suisse), à Edmonton. Les 2 équipes tenteront de se qualifier pour les 8es de finale. Pour la Camerounaise Francine Zouga, ce match aura une saveur particulière.

Zouga (27 ans) évolue depuis cette année à Genève, au sein du FF Chênois, qui a assuré son maintien en LNB la saison dernière. La milieu, reconnaissable par ses lunettes sur le terrain, est notamment passée par le Kazakhstan et Montpellier, avant d'atterrir à Genève.

Deux jours avant de défier les Suissesses, elle nous a rencontrés chaleureusement à son hôtel, le même que l'équipe de Suisse, pour évoquer son parcours qui l'a menée jusqu'à la Coupe du monde au Canada.

"J'avais besoin de temps de jeu"

RTSsport.ch: Comment êtes-vous arrivée au FF Chênois?

FRANCINE ZOUGA: Si je me retrouve à Genève, c'est déjà grâce à Dieu. Genève est aussi une ville qui m'est commune, puisqu'en 2012, j'ai déjà joué dans un autre club du canton (réd: Aïre-Le-Lignon).

Je me retrouve maintenant à Chênois, après un passage à Montpellier. J'avais un contrat professionnel, mais je n'avais pas assez de temps de jeu là-bas à cause de la concurrence. Pour une joueuse de ma trempe, c'était mieux de jouer. De là, Didier Gigon (ancien joueur de LNA, entraîneur du CS Chênois) et Marc Budry (entraîneur des gardiens du CS Chênois) m'ont proposé de venir à Chênois. Cela m'arrangeait car j'avais besoin de temps de jeu. Peu importe le niveau du club.

RTSsport.ch: Racontez-nous votre parcours. Comment avez-vous commencé le foot?

FRANCINE ZOUGA: J'ai commencé vers 5 ans avec mon frère jumeau. J'ai joué avec les garçons jusqu'en 1998. Là, je n'ai pas pu rejoindre la KSA (Kadji Sport Academy), car il n'y avait pas de section féminine.

Un coach m'a donc envoyé à Yaoundé, où j'ai rejoint une équipe féminine. En 2012, je me suis retrouvée à Genève grâce au soutien de Marc Budry. Ensuite, j'ai eu un agent qui m'a proposé le Kazakhstan, car il disait que le foot suisse n'était pas d'assez bon niveau. J'ai accepté la proposition et j'ai fait un an là-bas. Après je suis revenue au Cameroun. Le 17 juin 2014, j'ai décroché un contrat à Montpellier et enfin, Chênois.       

Francine Zouga est entrée en jeu contre l'Equateur et le Japon. [Darryl Dyck - Keystone]
Francine Zouga est entrée en jeu contre l'Equateur et le Japon. [Darryl Dyck - Keystone]

"Gagner contre mon pays d'accueil"

RTSsport.ch: Est-ce facile de jouer au foot au Cameroun lorsqu'on est une femme?

FRANCINE ZOUGA: Au Cameroun comme dans beaucoup d'autres pays, ce n'est vraiment pas facile pour une femme de pouvoir s'imposer auprès de la famille, quand elle choisit de jouer au foot. En Afrique, nous sommes plus traditionalistes. Heureusement, ma maman et mon papa m'ont soutenue. C'est aussi grâce à mon frère jumeau, je pense, que mes parents ont pu accepter mon choix.

RTSsport.ch: Vous voilà maintenant à la Coupe du monde. Comment voyez-vous le match contre la Suisse?

FRANCINE ZOUGA: Ce match est très important pour la 2e place. Nous avons l'objectif de nous qualifier pour le 2e tour et nous devons pour cela gagner contre la Suisse, qui est mon pays d'accueil. Malheureusement, c'est le foot. Il faut un vainqueur et un vaincu. Il va falloir défendre les couleurs de nos pays.

"Nous avons arraché le soutien des supporters"

RTSsport.ch: Nous l'avons vu contre le Japon à Vancouver, le public vous a soutenues!

FRANCINE ZOUGA: Oui, nous avons arraché le soutien des supporters. Pourtant, à Vancouver, une bonne partie de la population est asiatique. Il y avait une minorité de Camerounais. Le stade était bleu. Mais je pense que le foot que nous avons produit nous a permis d'arracher tous ces supporters qui étaient au stade et à la base pour le Japon.

RTSsport.ch: Espérez-vous partir dans un autre club après la Coupe du monde?

FRANCINE ZOUGA: Oui, bien sûr. Il y a déjà Yverdon qui est après moi. Zurich a aussi discuté avec Didier Gigon et Marc Budry. Je ne gère pas les transactions. Mais je ne vais pas signer parce qu'il faut signer. Je veux savoir les détails, il faut que les conditions soient réunies.

Edmonton, Jennifer Blanchard -@jenni_blanchard

Découvrez l'interview intégrale de Francine Zouga samedi 20 juin dans "Sport-Première"

A lire aussi: "Nous ne jouerons pas le match nul"

Publié Modifié

Mondial, Groupe C

Japon - Suisse 1-0 (1-0)
Cameroun - Equateur 6-0 (3-0)
Japon - Suisse 1-0 (1-0)
Suisse - Equateur 10 - 1 (2-0)
Japon - Cameroun 2-1 (2-0)
Equateur - Japon 16.06 23h00
Suisse - Cameroun 16.06 23h00

Classement (12.06)
1. Japon 2 2 0 0 3-1 6
2. Suisse 2 1 0 1 10-2 3
3. Cameroun 2 1 0 1 7-2 3
4. Equateur 2 0 0 2 1-16 0

La sélection suisse




Gardiens: Stenia Michel (USV Jena/All), Jennifer Oehrli (Young Boys), Gaëlle Thalmann (Duisburg/All).

Défense: Caroline Abbé (Bayern Munich), Sandra Betschart (Sunnana(Su), Rahel Kiwic (Duisburg/All), Selina Kuster (Zurich), Noelle Maritz (Wolfsburg/All), Nicole Remund (Zurich), Rachel Rinast (Cologne/All), Daniela Schwarz (Valerenga/No).

Milieu de terrain: Vanessa Bernauer (Wolfsburg/All), Vanessa Bürki (Bayern Munich), Fabienne Humm (Zurich), Florjana Ismaili (Young Boys), Martina Moser (Hoffenheim), Lia Wälti (Turbine Postdam/All), Cinzia Zehnder (Zurich).

Attaque: Eseosa Aigbogun (Bâle), Ramona Bachmann (Rosengard/Su), Ana-Maria Crnogorcevic (Francfort/All), Barla Deplazes (Zurich), Lara Dickenmann (Olympique Lyonnais/Fr).