Modifié

Dario Cologna: "C'était la course parfaite"

Dario Cologna n'a laissé place à aucun suspense en ce 14 février 2014. [Kai Pfaffenbach - Reuters]
Dario Cologna n'a laissé place à aucun suspense en ce 14 février 2014. [Kai Pfaffenbach - Reuters]
Blessé à la cheville en début de saison, le Suisse Dario Cologna s'affirme comme l'homme fort des épreuves de ski de fond des Jeux de Sotchi avec un 2e titre vendredi sur le 15 km classique cinq jours après son sacre en skiathlon. Et si le meilleur moyen de devenir champion olympique était de se blesser durant sa préparation ?

Le Grison est parti en douceur avant d'enclencher le turbo. [Carlos Barria - Reuters]Le Grison est parti en douceur avant d'enclencher le turbo. [Carlos Barria - Reuters]Victorieux du skiathlon dimanche, éliminé prématurément en sprint mardi, Cologna possède visiblement une fraîcheur physique que ses adversaires n'ont pas, eux qui ont participé durant l'hiver aux épreuves de Coupe du monde.

Cologna à propos de son 2e titre: "C'est incroyable. Je ne pouvais déjà pas croire à la première médaille d'or après ma blessure, et maintenant c'est la deuxième. C'était la course parfaite. Je savais que ça allait être dur et j'étais préparé pour ça. C'était déjà fantastique de remporter une première médaille d'or, et en voilà déjà une deuxième ! Le premier titre était très fort sur le plan émotionnel, car je revenais de loin après ma blessure à la cheville . Quant à ce deuxième sacre, il est tout bonnement incroyable. Je pense que j'ai réussi la course parfaite".

Cologna à propos des températures printanières à Sotchi: "Les conditions étaient très difficiles (11 degrés), et je ne me rappelle plus d'avoir eu si chaud lors d'une course. On avait l'impression d'être au printemps, en toute fin de saison. Mais quand on est en forme et que, mentalement, on est prêt à faire face, les conditions de course ne sont plus un problème".

Cologna n'a laissé que des miettes aux Suédois Olsson (à g.) et Richardsson. [Stefan Wermuth - Reuters]Cologna n'a laissé que des miettes aux Suédois Olsson (à g.) et Richardsson. [Stefan Wermuth - Reuters]Cologna à propos de la course du jour: "Pour ce 15 km, ma tactique était claire: ne pas partir trop vite, puis accélérer progressivement. J'ai aussi profité du fait que Johan Olsson est parti juste avant moi. Je l'avais dans ma ligne de mire et cela m'a aidé à ajuster mon tempo. Puis, quand j'ai réussi à le dépasser dans la dernière ligne droite, je savais que la médaille d'or ne pouvait plus m'échapper (Olsson a finalement terminé 2e).

Cologna à propos de sa blessure: "En manquant toute la première partie de saison en raison de ma blessure, j'ai pu certes économiser des forces. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que cela a constitué un avantage par rapport aux autres. Ce sont les Jeux et tout le monde a ajusté sa préparation pour arriver au top de sa forme pour ce rendez-vous.

A lire aussi: Fond: Cologna maître du 15km classique

Ski: Sandro Viletta, seigneur des anneaux du super-combiné

agences/bao

Publié Modifié

Hippolyt Kempf, chef ski de fond chez Swiss-Ski

"La victoire de Dario lors du skiathlon a constitué une petite surprise. Mais aujourd'hui sur 15 km, c'est la confirmation qu'il est dans une forme rayonnante. Il se dégage de lui une force, mais aussi un calme impressionnants. Il en impose dans l'aire de départ et on remarque tout de suite qu'il est l'homme à battre".

"Pour gagner, il a aussi pu compter sur un matériel très performant. C'est notre rôle chez Swiss-Ski de nous mettre à la hauteur d'un tel champion. Du coup, on a énormément travaillé dans ce secteur en achetant un camion spécial, des machines. Depuis les précédents Jeux de Vancouver en 2010, nous avons investi 600'000 francs. Ces efforts ont payé."

Guri Hetland, entraîneur de Dario Cologna
"C'est assurément l'une des plus belles courses que j'ai vue de sa part, peut-être même la course de sa vie. Sur le plan technique, il a été incroyable, d'autant plus dans ces conditions rendues difficiles avec la chaleur. Après sa victoire dimanche en skiathlon, on savait qu'il allait à nouveau être très fort. C'est un grand champion et il sait se remobiliser. Il a ainsi savouré sa première médaille d'or, mais il a vite tourné la page pour se concentrer sur la suite".

"Pendant sa convalescence, il n'a pas cessé de me répéter qu'il allait revenir à temps pour les Jeux et remporter des médailles".

Deux titres en une journée, l'histoire se répète

Avec Dario Cologna (15 km) et Sandro Viletta (super-combiné), le sport suisse a conquis vendredi aux JO de Sotchi deux titres en un peu plus d'une heure, auxquels il a fallu ajouter la médaille d'argent en soirée de la biathlète Selina Gasparin (15 km). Une telle densité lors d'une même journée ne constitue toutefois pas une première dans l'histoire des JO d'hiver. Cela avait déjà été le cas lors des joutes turinoises de 2006.

Philipp Schoch s'était alors imposé lors du géant parallèle en snowboard devant son frère Simon, alors qu'Evelyne Leu se parait d'or peu de temps après en saut acrobatique.