Modifié

FIFA Mondial: de Wilmots à Van Gaal, les phrases cultes du Mondial 2014

Marc Wilmots, le sélectionneur belge, aura fait le show sur le terrain, et en dehors! [Ruben Sprich - Reuters]
Marc Wilmots, le sélectionneur belge, aura fait le show sur le terrain, et en dehors! [Ruben Sprich - Reuters]
Il n'y a pas eu que des tirs cadrés au Mondial 2014. Certaines petites phrases ont fait mouche et resteront, comme celle de David Luiz, défenseur du Brésil, déclarant: "Je demande pardon à tout le monde, à tout le peuple brésilien."... Florilège...

"On ne tire pas au but à froid! Vous êtes en train de courir partout et vous commencez à frapper comme des cons. Qu'est-ce que c'est que ça? Et après vous direz +j'ai mal, j'ai mal+, ouais eh ben trop tard!". Marc Wilmots, sélectionneur de la Belgique, lors d'un entraînement où ses joueurs tiraient au but sans s'être échauffés...

"J'utilise toute la profondeur de mon noyau". Wilmots, pour expliquer qu'il puise dans son groupe de 23 joueurs pour composer son équipe de départ, et qu'il utilise toujours sur ses trois remplaçants pendant le match.

"Le Maracana ? Bof ! On dirait Loujniki (réd: le stade olympique de Moscou)... C'est pas plus impressionnant que ça". Vasily Berezoutski, défenseur de la Russie.

"On aurait pu leur en mettre cinq... Ah oui, on leur en a mis cinq... Mais on aurait pu en mettre six, sept, huit". Robin van Persie, attaquant des Pays-Bas, après le cinglant 5-1 infligé à l'Espagne.

"Messi, c'est de l'eau dans le désert"

Giorgio Chiellini montre la morsure de Luis Suarez. Une affaire qui fera grand bruit. [Tony Gentile - Reuters]Giorgio Chiellini montre la morsure de Luis Suarez. Une affaire qui fera grand bruit. [Tony Gentile - Reuters] "Il m'a mordu, c'est clair, j'ai encore la marque". Giorgio Chiellini, défenseur de l'Italie, mordu par l'Uruguayen Luis Suarez.

"La FIFA est une bande de vieux fils de p...". Le président uruguayen José Mujica après la sanction infligée à Luis Suarez, exclu du Mondial pour avoir mordu un adversaire italien.

"Autant de mensonges... On a attaqué ma propre famille. Ma fierté, mon honneur, personne n'a le droit de le toucher", Vahid Halilhodzic, sélectionneur de l'Algérie, règle ses comptes avec les médias du pays, après le succès face à la Corée du Sud (4-2).

"Messi, c'est de l'eau dans le désert". Alejandro Sabella, coach de l'Argentine, au sujet de son joueur vedette.

"J'ai pleuré car beaucoup de joueurs sont venus me dire des choses, me soutenir et je n'ai pas réussi à me contenir. Et, sur le plan personnel, il y a eu mon mariage, la naissance de mes enfants. Le coeur a de l'espace pour tout ça". Julio Cesar, gardien du Brésil, expliquant pourquoi il avait pleuré avant une séance de tirs au but dont il fut le héros en 1/8 contre le Chili.

"Ce classement de la FIFA, personne n'y comprend rien"

"Ce classement, personne n'y comprend rien, nous les premiers. Mais nous l'acceptons avec plaisir, et nous en sommes fiers". Michel Pont, entraîneur-adjoint de la Suisse, à propos de la 6e place de son équipe au classement FIFA avant le début du mondial.

"Tout le monde sait que Neymar est chassé sur le terrain. Ca fait trois matches que ça arrive, mais personne ne trouve que c'est vrai. Il a reçu le coup de genou dans le dos, il pleurait de douleur". Luiz Felipe Scolari, sélectionneur du Brésil, après la blessure de Neymar face à la Colombie en quarts de finale.

David Luiz, très affecté, présente ses excuses au peuple brésilien. [David Gray - Reuters]David Luiz, très affecté, présente ses excuses au peuple brésilien. [David Gray - Reuters] "Il devrait se mettre à genoux et me bénir pour ça". Scolari, répondant aux critiques d'un vice-président de la fédération brésilienne, qui se trouve être président d'un club auquel le coach a apporté son seul titre il y a quelques années.

"Je demande pardon à tout le monde, à tout le peuple brésilien. Je voulais voir le peuple du Brésil sourire. Tout le monde sait que c'est important pour moi de voir le Brésil heureux grâce au foot". David Luiz après l'élimination du Brésil en demi-finales contre l'Allemagne (7-1).

"Le match pour la 3e place n'a rien à voir avec le sport. Je l'avais déjà dit il y a 15 ans". Louis van Gaal, sélectionneur des Pays-Bas.

"C'est mieux de perdre 7-1 car là, tu sais clairement que tu as perdu... Etre écarté de la finale aux tirs au but sans avoir été battu, c'est le pire qui puisse arriver". Louis van Gaal après l'élimination des Pays-Bas en demi-finales (0-0, tab 4-2) en référence à la défaite du Brésil. Scolari appréciera.

afp/dbu

Référence au match diffusé en direct le 13 juillet sur RTS Deux à 21h00: Allemagne-Argentine, Coupe du monde de la FIFA 2014

Publié Modifié