Modifié

FIFA Mondial: dominée par le Chili, l'Espagne prend la porte!

Eduardo Vargas (no 11) a placé les siens sur le chemin du succès face à l'Espagne. [Manu Fernandez - Keystone]
Eduardo Vargas (no 11) a placé les siens sur le chemin du succès face à l'Espagne. [Manu Fernandez - Keystone]
L'Espagne, championne du monde et double championne d'Europe en titre, est éliminée du Mondial! Battus 2-0 par le Chili au Maracana, les hommes de Del Bosque enchaînent une 2e défaite dans le groupe B et sont, avec l'Australie, les premiers à prendre la porte au Brésil. Qualifiés pour les 8es, les Sud-Américains signent, eux, un succès inédit face à l'autre "Roja".

Ce score met prématurément fin à l'incertitude quant aux deux qualifiés du groupe B. Les Pays-Bas et le Chili poursuivront leur parcours, alors que l'Espagne et l'Australie peuvent préparer leurs valises. Auteur du 2-0, Aranguiz (no 20) a parachevé la victoire des Chiliens. [Antonio Lacerda - Keystone]Auteur du 2-0, Aranguiz (no 20) a parachevé la victoire des Chiliens. [Antonio Lacerda - Keystone]Les Chiliens ont fait la différence en première mi-temps grâce à des réussites de Vargas (20e) et Aranguiz (43e). Ils défieront les Pays-Bas lors du dernier match avec comme enjeu la première place du groupe B.

Un malaise profond

Vicente del Bosque avait procédé à deux changements dans son onze de départ après la débâcle contre les Pays-Bas. Xavi, pas titulaire pour la première fois dans un grand tournoi depuis la rencontre contre la Grèce à l'Euro 2008, et Piqué avaient fait les frais de la défaite, remplacés par Javi Martinez et Pedro.

Mais visiblement, le malaise est profond au sein de la sélection espagnole, bien loin du niveau qui était le sien en 2008, 2010 et 2012 lors de ses grands triomphes. Les Chiliens ont su bien empoigner la partie, bousculant leurs adversaires sans nourrir le moindre complexe. Les Sud-Américains, disposés en 3-4-1-2, sont très bien parvenus à perturber la jouerie des Espagnols. A quelques mètres du but, Busquets a manqué l'opportunité de réduire le score. [Oliver Weiken - Keystone]A quelques mètres du but, Busquets a manqué l'opportunité de réduire le score. [Oliver Weiken - Keystone]Ceux-ci n'ont pas retrouvé leur fluidité habituelle dans les transitions.

L'incroyable raté de Busquets

Une perte de balle de Xabi Alonso à la 20e a permis au Chili d'ouvrir le score. Sanchez a servi Aranguiz, lequel trouvait Vargas démarqué au point de penalty. Alors que l'Espagne dominait stérilement, le Chili a enfoncé le clou peu avant le repos: sur un coup franc de Sanchez, Casillas repoussait des poings sur Aranguiz, qui marquait d'un pointu (43e).

A la reprise, les Ibères ont tenté de mettre davantage de pression sur la défense chilienne. Mais Busquets, seul face au but vide, a trouvé le moyen de tirer à côté (53e), une erreur fatale.

A lire aussi: Vainqueurs de l'Australie, les Pays-Bas sont qualifiés pour les 8es

si/baru

Revivez le fil du match, minute par minute, avec Jimmy Bondallaz

Revivez les matches du jour en images

Publié Modifié

La fin d'un cycle

L'Espagne rejoint la France (2002) et l'Italie (2010) dans le club des champions du monde en titre éliminés dès le premier tour de la Coupe du monde suivant leur titre. C'est sans doute la fin d'une époque pour une équipe qui aura dominé la planète foot durant six ans, mais qui n'a pas su se renouveler à temps. Avec la sanction implacable que l'on sait.

Des fans chiliens forcent l'entrée du Maracana

Des supporters chiliens, qui n'avaient pas de billets, ont décidé de forcer la porte d'entrée des médias peu avant le coup d'envoi du match Espagne - Chili. Ils ont fini par être maîtrisés par les services d'ordre.


Xabi Alonso: "Mentalement, on n'était pas prêts"

Vicente Del Bosque: "C'est une triste journée pour nous tous. Nous sommes moins forts que les Pays-Bas et le Chili. Ils nous ont obligés à grimper une montagne et nous en ont mis plein la figure."

Xabi Alonso: "C'est un échec inattendu, mais c'est le sport. On n'a pas su maintenir la conviction, la faim, sans doute en raison des nombreuses victoires. Mentalement, on n'était pas prêts et physiquement, un peu justes."

Jorge Sampaoli (coach du Chili): "Je suis fier de la manière dont nous avons joué pour sortir les champions du monde du tournoi. C'est une très grande victoire face à une grande équipe."