Modifié

Equipe de Suisse: Un peu de chance, un gros soulagement

Seferovic (9) a aussi fêté son but avec les remplaçants Barnetta (7) et Schaer (22). [Ueslei Marcelino - Reuters]
Seferovic (9) a aussi fêté son but avec les remplaçants Barnetta (7) et Schaer (22). [Ueslei Marcelino - Reuters]
La Suisse est passée par tous les états d'âme pour remporter la 1ère de ses 3 "finales" du groupe E de la Coupe du monde. Dans le sublime stade Mané Garrincha de Brasilia, la bande à Ottmar Hitzfeld a gagné 2-1 face un Equateur qui aurait lui aussi pu l'emporter.

Les choix du sélectionneur Ottmar Hitzfeld se sont révélés décisifs. [Michael Sohn - Keystone]Les choix du sélectionneur Ottmar Hitzfeld se sont révélés décisifs. [Michael Sohn - Keystone]"Il faudra être réveillé d'entrée et attentif aux contre-attaques de l'Equateur": Hitzfeld avait averti ses poulains en milieu de semaine. Force est de constater que le message n'a pas été bien assimilé, au vu de la 1ère demi-heure de jeu.

Sous les yeux du Conseiller fédéral Ueli Maurer et 68'350 spectateurs, Stocker, Shaqiri, Behrami, Inler, Lichtsteiner, en tête, étaient mal dans leurs crampons. Comme tétanisés par l'événement.

Les remplaçants font la différence

Après une 1ère demi-heure, brouillonne, sans mouvement ni rythme et sans doute la plus mauvaise sous l'ère Hitzfeld, la Suisse a eu le mérite de ne jamais baisser les bras. Les introductions de Mehmedi (46e) et de Seferovic (75e) lui ont permis de redresser la barre et de passer l'épaule à la... 93e.

Le Tessinois de Freiburg a marqué de la tête sur son 1er ballon et l'attaquant de la Real Sociedad a récompensé l'incroyable effort de Behrami - un sauvetage dans les 16m suivi d'une folle chevauchée. Rodriguez, de très loin le meilleur homme du match, a distillé 2 passes dévisives!

Deuxième "finale": vendredi contre la France, qui elle n'a pas tergiversé une seconde face à de rugueux honduriens.

Shaqiri n'a été que l'ombre de lui-même. [David Gray - Reuters]Shaqiri n'a été que l'ombre de lui-même. [David Gray - Reuters]Inler: "plusieurs joueurs nerveux"

GÖKHAN INLER (capitaine): L'équipe n'a pas baissé les bras une seule seconde. Elle est là notre force. Plusieurs joueurs étaient nerveux en début de partie car ils ne voulaient pas se tromper dans ce 1er match. Paradoxalement, le but de l'Equateur nous a libérés. Un grand bravo à Admir (Mehmedi) et Haris (Seferovic). Ils ont tout donné dès leur entrée. Nous avons pris beaucoup de risques. Ce succès nous donne beaucoup de force pour la suite.

RICARDO RODRIGUEZ (auteur de 2 passes décisives): Tant que l'arbitre ne siffle pas la fin de la rencontre, il faut toujours y croire. Je suis extrêmement heureux pour Haris qu'il ait marqué. Nous avons démontré en 2e mi-temps savoir jouer au ballon.     

Shaqiri: "Pas totalement dans le match"

XHERDAN SHAQIRI: Je n'arrive pas à l'expliquer mais nous avons fait beaucoup trop de mauvaises passes en 1ère mi-temps. Cela n'avait rien à voir avec notre adversaire. Nous n'étions pas totalement dans le match. Heureusement, nous sommes parvenus à inverser la tendance en 2e mi-temps. Ce succès nous fait beaucoup de bien au moral.

JOSIP DRMIC (s'est vu annuler un but pour un hors-jeu inexistant): C'était très compliqué. En 1ère mi-temps, je n'ai quasiment pas touché un ballon. Il y avait très peu d'espaces mais malgré cela nous avons montré du caractère en 2e mi-temps et réussi à marquer 2 fois. Nous avons été patients et il faut aussi admettre que nous avons bénéficié de beaucoup de réussite. 

Benaglio: "Ne pensons plus à ce match"

DIEGO BENAGLIO: Le coup franc adverse qui a conduit au but équatorien a été très bien tiré. Nous avons manqué d'agressivité dans nos 5m. Nous pouvons sûrement nous améliorer dans ce domaine. Cette victoire montre l'état d'esprit qu'affiche notre équipe. Nous y avons toujours cru.

Valon Behrami a pris de gros risques en taclant dans les 16m contre l'Equateur en fin de partie. [Ueslei Marcelino - Reuters]Valon Behrami a pris de gros risques en taclant dans les 16m contre l'Equateur en fin de partie. [Ueslei Marcelino - Reuters]J'espère que cette victoire nous donnera encore un peu plus de confiance en vue de notre prochain match qu'il faudra cette fois bien commencer.

Ne pensons plus à ce premier match. En Afrique du Sud il y a 4 ans, nous avions également remporté notre premier match avant de caler par la suite.

Mehmedi: "Déçu de ne pas commencer"

ADMIR MEHMEDI (introduit à la 46e et auteur de l'égalisation à la 48e): Cette partie a été compliquée car l'Equateur s'est montré très agressif. Je suis heureux d'avoir aidé l'équipe. Quand j'ai marqué, j'ai tout de suite pensé à ma grand-mère qui est décédée l'an passé. Je ne vous cache pas que j'ai été déçu lorsque j'ai appris que je ne serais pas aligné d'entrée. Mais j'ai mis cette déception de côté et pensé pour le bien de l'équipe.

Si tu restes positif, Dieu t'aide. Nous aurions pu perdre mais nous avons lutté et avec un peu de réussite avons gagné. Le match face à la France (vendredi) sera différent. On connaît mieux cette équipe. Je suis convaincu que l'on peut faire des points contre la France.

Seferovic: "Je dédie ce but à mon père"

HARIS SEFEROVIC (auteur du but décisif à la 93e): J'ai pris beaucoup de plaisir à jouer. Je dédie ce but à mon père qui fêtait son anniversaire aujourd'hui (ndlr: 15.06). Il a toujours été d'un grand soutien. Je remercie aussi la famille, ma compagne et évidemment toute l'équipe. On n'est pas entré dans le match comme on l'avait prévu. L'Equateur a joué de manière très regroupée et a procédé par contres.

Djourou, ici opposé à l'ex-Bâlois Caicedo, a été crédité d'une bonne rencontre. [David Gray - Reuters]Djourou, ici opposé à l'ex-Bâlois Caicedo, a été crédité d'une bonne rencontre. [David Gray - Reuters]VALON BEHRAMI: On a éprouvé énormément de difficultés. Gökhan (Inler) et moi avons manqué beaucoup de passes. A la mi-temps, un joueur était nerveux. On lui a dit de se détendre. Ce n'est que la 1ère étape d'un parcours difficile. J'ai tout risqué sur le 2e but. J'ai taclé dans nos 16m. C'était dangereux.

Von Bergen: "Un grand soulagement"

STEVE VON BERGEN (auteur d'une rencontre solide, aux côtés de Johan Djourou): Seul le football peut offrir de telles émotions: un peu de chance, un grand soulagement et un bon coup positif au moral. Nous avons eu de la peine à entrer dans la partie. Nous étions très nerveux. Nous aurions pu perdre à 15 secondes de la fin mais Behrami a fait un sauvetage dans les 16m et avons marqué le 2e but sur le contre qui a suivi. Nous avons provoqué la chance en y croyant jusqu'au bout.

Mehmedi et Seferovic sont entrés en cours de jeu et ont fait la différence. C'est la preuve que nous avons besoin de tout le monde. Cette victoire nous enlève un peu de pression.

Brasilia, Miguel Bao - twitter @migbao #RTSmondial

A lire aussi:

Revivez le fil du match minute par minute avec Baptiste Ruedin

Revivez les matches du jour en images

Publié Modifié

L'équipe de Suisse a fêté une victoire importante à Brasilia.


Entre 3'000 et 5'000 Suisses à Brasilia