Modifié

FIFA Mondial: "Même au Brésil on admet qu'il n'y avait pas penalty"

Le journaliste Thiago Quintella suit l'équipe de Suisse à Porto Seguro. [Miguel Bao - RTS]
Le journaliste Thiago Quintella suit l'équipe de Suisse à Porto Seguro. [Miguel Bao - RTS]
Premier match de la Coupe du monde et première polémique avec le penalty provoqué par le Brésilien Fred aux dépens de la Croatie. Journaliste brésilien pour globoesporte.com, Thiago Quintella a accepté de revenir sur cet épisode. "Le peuple brésilien est à la quête du moindre zeste de bonheur pour oublier son quotidien".

RTSsport.ch: Qu'avez-vous pensé de cette rencontre d'ouverture?

THIAGO QUINTELLA: L'équipe brésilienne a senti la pression qui reposait sur ses épaules. Cela s'est clairement vu lors du début de la rencontre. Puis au fil des minutes, elle a disputé le match que l'on attendait d'elle.

Fred "le roublard" a eu raison de la Croatie. [Paulo Whitaker - Reuters]Fred "le roublard" a eu raison de la Croatie. [Paulo Whitaker - Reuters]La foule a parfaitement joué son rôle de 12e homme et aidé son équipe à éviter un résultat négatif.

Les supporters brésiliens n'étaient pas très sereins lorsqu'ils ont appris que l'arbitre du jour était celui qui avait déjà dirigé Brésil - Pays-Bas lors des quarts de finale de la Coupe du monde 2010. Le Brésil s'était incliné 2-1.

"Va te faire voir"

RTSsport.ch: Comme l'année passée lors de la Coupe des Confédérations, l'hymne brésilien a "débordé".

THIAGO QUINTELLA: Cela donne le sentiment au peuple d'au moins maîtriser un élément en chantant l'hino nacional brasileiro jusqu'au bout. Cette Coupe du monde lui laisse un goût amer en raison de tout l'argent qui a été investi pour le Mondial, plutôt que dans la santé, l'éducation ou encore les transports.

RTSsport.ch: Avec tous ces graves problèmes, les supporters appuient-ils leur "Seleçao" avec toujours autant de ferveur?

THIAGO QUINTELLA: Le peuple brésilien est à la quête du moindre zeste de bonheur pour oublier son quotidien. Il le trouve en soutenant plus que d'habitude son équipe brésilienne. Il n'a pas manqué durant la rencontre d'adresser son mécontentement à la présidente Dilma Rousseff avec à plusieurs reprises un "va te faire voir".

Présidente du Brésil, Dilma Rousseff (au centre, à côté de Sepp Blatter) n'a pas été à la fête. [William Volcov - AFP]Présidente du Brésil, Dilma Rousseff (au centre, à côté de Sepp Blatter) n'a pas été à la fête. [William Volcov - AFP]RTSsport.ch: On s'attendait à des mouvements de contestation. Il y en a eu dans plusieurs villes du pays avant le match d'ouverture...

THIAGO QUINTELLA: Ils ont été beaucoup moins importants que l'année passée lors de la Coupe des Confédérations.

"C'est très brésilien de tomber facilement"

RTSsport.ch: Un mot concernant le penalty accordé à Fred?

THIAGO QUINTELLA: Même au Brésil on admet qu'il n'y avait pas penalty. Mais bon l'arbitre a sifflé. On accepte le but.

RTSsport.ch: Et le fait que Fred lève les bras au ciel en guise de remerciement?

THIAGO QUINTELLA: On s'est dit que "Dieu" n'y était absolument pour rien. C'est Fred qui est tombé dans les 16m, pas Dieu (rires). C'est très "brésilien" de tomber facilement. Regardez Fred ou encore Neymar. Fred est très connu pour sa roublardise dans les 16m.

A lire aussi: FIFA Mondial

FIFA Mondial: le Mexique à la fête malgré deux buts injustement refusés

Porto Seguro, Miguel Bao - twitter @migbao #RTSmondial

Publié Modifié

Busacca défend l'arbitre de Brésil-Croatie

Massimo Busacca, patron des arbitres au sein de la FIFA, a pris la défense du Japonais Yuichi Nishimura, très critiqué pour avoir sifflé un penalty controversé lors du match d'ouverture de la Coupe du monde Brésil-Croatie (3-1).

"Il était bien placé. Et depuis sa position, il a jugé les gestes. Les arbitres prennent les décisions en moins d'une seconde. Ils se concentrent sur les gestes. Il a pris sa décision lorsqu'il a vu les mains" du défenseur croate Lovren sur le Brésilien Fred, a souligné le Tessinois.