Modifié

Alex Frei: "L'Espagne est favorite et la Suisse peut aller loin!"

Alex Frei suivra attentivement les matches de la Suisse. [Marc Schumacher - EQ]
Alex Frei suivra attentivement les matches de la Suisse. [Marc Schumacher - EQ]
Avec 42 buts inscrits en 84 sélections, Alex Frei (35 ans) est et restera sans doute encore un bon moment le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de Suisse. Depuis sa retraite en 2013, il occupe les fonctions de directeur sportif du FC Lucerne. L'ancien attaquant de Dortmund, Rennes ou encore Bâle nous a accordé une interview il y a quelques jours pour parler du Mondial au Brésil et notamment des chances de la Nati.

RTSsport.ch: Serez-vous un téléspectateur assidu pendant la Coupe du monde?

ALEX FREI: Je ne pense pas que je regarderai tous les matches. Bien sûr, je vais suivre toutes les rencontres de la Suisse, mais aussi celles des pays dans lesquels j'ai évolué: la France et l'Allemagne. Je vais aussi observer les matches qui m'intéressent par rapport au jeu pratiqué, comme ceux du Mexique et du Japon.

RTSsport.ch: Le Mondial 2010 avait été assez décevant au niveau du jeu et du spectacle proposés, peut-être en raison des saisons de plus en plus éprouvantes en club. N'y a-t-il pas certains joueurs, notamment ceux qui évoluent en Europe, qui arrivent un peu carbonisés au Brésil?

ALEX FREI: C'est peut-être effectivement le cas pour les joueurs-clé qui évoluent en Europe. Mais je crois que si tu as la chance de jouer une Coupe du monde, tu oublies un peu la fatigue.

"L'Espagne est mon favori"

RTSsport.ch: Votre favori pour ce Mondial?

ALEX FREI: L'Espagne. Pourquoi? Si tu es deux fois champion d'Europe (2008, 2012) et une fois champion du monde (2010),  tu es forcément favori pour la Coupe du monde qui suit. Ce tournoi est aussi, je pense, le dernier pour la génération des Xavi et autre Iniesta. Ces joueurs-là, j'en suis convaincu, vont tout donner et puiser au fond d'eux-mêmes pour essayer de gagner cette Coupe du monde.

Hitzfeld a toujours beaucoup compter sur Frei. [Urs Bucher - EQ]Hitzfeld a toujours beaucoup compter sur Frei. [Urs Bucher - EQ]RTSsport.ch: Pensez-vous qu'il y aura des surprises aussi bien positives que négatives?

ALEX FREI: Il y a toujours des surprises, heureusement. Je crois que le Mexique et le Japon peuvent créer la surprise. La Suisse a aussi les moyens d'aller loin! Après, tout le monde attend de l'Allemagne une grande Coupe du monde, moi aussi. Mais je ne sais pas si elle tiendra le choc cette année, donc ça pourrait être une surprise négative comme l'Angleterre d'ailleurs.

RTSsport.ch: Concernant la Suisse, on a quand même de la peine à se faire une idée précise entre des joueurs qui reviennent de blessure ou d'autres qui ont peu joué ces derniers mois...

ALEX FREI: Non, je pense que Monsieur Hitzfeld a son équipe parfaitement en tête. Mais la Suisse a besoin de Shaqiri, c'est clair. C'est un joueur qui apporte ce côté imprévisible dans le jeu. Il a tellement de qualités que ça ne change rien s'il n'a que 2 ou 3 semaines d'entraînement dans les jambes.

"Drmic est bourré de qualités"

RTSsport.ch: Ca veut dire que sans Shaqiri, la Suisse n'a aucune chance?

ALEX FREI: Sans Shaqiri, ça change un peu le style de jeu de l'équipe. Mais il y a Barnetta, Stocker ou Mehmedi qui peuvent jouer sur les côtés. Il y a des possibilités, mais ce n'est pas à moi de trouver des solutions pour l'équipe nationale!

L'importance de Shaqiri au sein de la Nati est essentiel pour Frei. [Peter Klaunzer - Keystone]L'importance de Shaqiri au sein de la Nati est essentiel pour Frei. [Peter Klaunzer - Keystone]RTSsport.ch: Drmic, on le présente un peu comme votre successeur. Que pensez-vous de ce joueur?

ALEX FREI: C'est un joueur bourré de qualités, mais ce n'est pas un buteur pur. Il a aussi les qualités pour évoluer sur les côtés. Il vient de vivre une saison remarquable en Allemagne avec une équipe reléguée en 2e division (ndlr: Nuremberg). Maintenant, il devra confirmer la saison prochaine à Leverkusen, c'est-à-dire marquer au moins 10 buts. Le plus important pour un attaquant, c'est d'être constant et de ne pas inscrire 17 buts une saison, 2 la saison suivante, puis 10 et après 1. C'est ce qui est le plus dur dans une carrière et on pourra tirer un bilan après 4-5 ans sur sa valeur.

RTSsport.ch: Le bilan d'Ottmar Hitzfeld à la tête de l'équipe de Suisse dépendra-t-il beaucoup du résultat au Brésil?

ALEX FREI: Non, quoi qu'il arrive au Brésil, ça ne va pas changer son statut. On pourra parler d'une ère couronnée de succès. Je pense qu'il a amené plus de rigueur et de professionnalisme et cela à tous les niveaux, que ce soit au sein de l'équipe, chez les jeunes et à l'ASF!

"Difficile" de battre le record de Frei

RTSsport.ch: Vous-même, vous avez connu toutes les émotions possibles avec l'équipe nationale, du meilleur au pire. Aujourd'hui, quand on vous dit équipe de Suisse, quels sentiments prédominent?

Frei a inscrit un de ses 42 buts contre le Togo à Dortmund en 2006, un "match inoubliable". [Steffen Schimdt - Keystone]Frei a inscrit un de ses 42 buts contre le Togo à Dortmund en 2006, un "match inoubliable". [Steffen Schimdt - Keystone]ALEX FREI: Je conserve en mémoire tous les bons souvenirs. Les 11 années en équipe nationale ont été une période fabuleuse. Cela a toujours été une grande fierté pour moi de pouvoir revêtir le maillot de l'équipe nationale. Aujourd'hui, je suis un supporter de la Nati.

RTSsport.ch: Avec vos 42 buts inscrits en équipe nationale, votre record n'est pas près d'être battu...

ALEX FREI: Bien sûr je suis très fier et chaque joueur espère toujours garder une petite place dans l'histoire du football de son pays. Mais arrivera un jour où quelqu'un va marquer 43, 45 ou même 50 buts, ce n'est pas un problème pour moi. Mais je pense que cela va être difficile ces prochaines années vu l'évolution actuelle du football.

Suisse-Togo, un événement inoubliable

RTSsport.ch: Quel est votre meilleur souvenir en Coupe du monde?

ALEX FREI: Sans hésitation, le Suisse-Togo à Dortmund en 2006 devant 50'000 à 60'000 supporters suisses (ndlr: succès 2-0, grâce à des buts de... Frei et Barnetta). Je pense que tous les joueurs de l'équipe nationale qui ont vécu ce match répondraient la même chose.

RTSsport.ch: Et votre moins bon souvenir?

ALEX FREI: C'est l'élimination contre l'Ukraine en 1/8 dans ce même tournoi. On rentre à la maison sans avoir encaissé le moindre but, c'est dur. Tu loupes 3 penalties et c'est fini. C'est difficile à accepter.

Des propos recueillis par Stéphane Altyzer

Publié Modifié