Modifié

Guerdat ne veut plus de tapis vert

Steve Guerdat ne va pas à Londres pour profiter de l'ambiance, mais bel et bien pour tenter de gagner. [Ennio Leanza - Keystone]
Steve Guerdat ne va pas à Londres pour profiter de l'ambiance, mais bel et bien pour tenter de gagner. [Ennio Leanza - Keystone]
Steve Guerdat figure parmi les athlètes de la délégation suisse pouvant viser haut à Londres. Le cavalier jurassien a bien voulu se confier à RTSsport.ch, même si les entrevues avec la presse ne font pas partie de ses activités favorites...

Médaillé de bronze sur le tard aux JO de Pékin en 2008 - suite à la disqualification des Norvégiens pour dopage de l'une de leurs montures-, Steve Guerdat ne veut cette fois pas gagner des lauriers sur le tapis vert à Londres.

Le cavalier de 30 ans fait partie des principaux favoris pour l'or du concours individuel de saut olympique, dès le 4 août. Ses excellents résultats lors de la saison de Coupe du monde de saut sont là pour en attester.

Talent précoce, le Jurassien, qui pense n'être qu'à la moitié de sa carrière, est déterminé à ne pas faire de la figuration. Il veut une médaille!

"La concurrence sera rude"

RTSsport.ch: Etes-vous satisfait de votre saison jusqu'à présent?

STEVE GUERDAT: Oui. J'ai remporté plusieurs épreuves et même gagné quelques Grands Prix. Et j'ai fini deuxième de la Coupe du monde de saut.

RTSsport.ch: Est-ce que, malgré tout, les Jeux restent votre priorité absolue?

STEVE GUERDAT: Je n'ai pas calqué ma saison uniquement sur les Jeux olympiques. Mais il est clair que cet événement me trotte dans la tête depuis un bon moment déjà. La concurrence dans le concours individuel sera rude à Londres. Mais si j'arrive en forme, alors tout sera possible.

"Peu importe si le hippisme est peu médiatisé"

RTSsport.ch: Vous faites partie des principaux "médaillables" helvétiques. Ressentez-vous une certaine pression?

STEVE GUERDAT: Non, pas du tout. J'ai envie de ramener une médaille, mais je me fixe ce but pour moi seul. Je ne me rends pas à Londres dans l'espoir qu'on parle de moi à la radio ou dans les journaux.

RTSsport.ch: A propos, vous avez toujours semblé ne pas apprécier la presse...

STEVE GUERDAT: Les médias me laissent indifférent. Je n'ai rien contre eux, ils font partie de ma vie. Mais je ne m'inquiète pas de savoir si le hippisme est très médiatisé ou pas du tout.

RTSsport.ch: Vous aviez reçu votre médaille de bronze du concours par équipes bien après les JO de Pékin, en décembre 2010. Est-ce une déception d'avoir manqué la cérémonie officielle?

Les Suisses (Guerdat, troisième à partir de la gauche) n'avaient reçu leur médaille de bronze des JO 2008 qu'en décembre 2010. [Keystone]
Les Suisses (Guerdat, troisième à partir de la gauche) n'avaient reçu leur médaille de bronze des JO 2008 qu'en décembre 2010. [Keystone]
STEVE GUERDAT: C'est du passé. On ne pouvait rien y faire! Cela laisse un petit goût amer, mais la vie continue. Je participe à des concours quasiment chaque week-end, je ne peux pas m'apitoyer là-dessus éternellement. D'autant plus qu'il y a des choses bien plus graves que cela sur Terre...

RTSsport.ch: A Hong Kong, où les compétitions de hippisme avaient eu lieu en 2008, le climat avait beaucoup fait jaser. Les conditions seront-elles cette fois-ci meilleures pour les montures à Londres?

STEVE GUERDAT: Pas forcément. La chaleur était bénéfique pour les chevaux. Au contraire, le froid et la pluie qui risquent de sévir à Londres pourraient les gêner. Avant les JO de Pékin, certains vétérinaires avaient inventé des théories surtout en vue de vendre des vitamines. Moi, je n'y croyais pas du tout. Les conditions étaient parfaites à Hong Kong!

"Je veux une médaille, pas voir Federer"

RTSsport.ch: Profiterez-vous d'aller voir d'autres compétitions à Londres?

STEVE GUERDAT: Ce qui est agréable aux Jeux, c'est de remporter une médaille. Ce n'est pas d'avoir vu telle ou telle star! Par manque de temps, je me concentrerai plutôt sur moi-même. Je ne dormirai pas mieux si j'ai pu manger un hamburger à côté de Roger Federer ou de LeBron James (réd: ailier américain de Miami, grande vedette de la NBA). J'adorerais pouvoir rencontrer Federer. Mais je n'ai pas l'intention de me faire prendre en photo avec lui, d'encadrer le cliché et de le mettre sur un mur. Ce n'est pas en 30 secondes qu'on connaît quelqu'un. L'idéal serait de pouvoir lui parler plus longtemps.

Propos recueillis par Michaël Taillard

Publié Modifié

"Tous les chevaux sont différents"

RTSsport.ch: Est-ce que, comme en amour, un cavalier rencontre un jour le "cheval de sa vie" que les autres ne pourront jamais égaler? Si oui, est-ce que pour vous cette monture est Jalisca?

STEVE GUERDAT: Non. Ce n'est pas mon point de vue. Le "coup de foudre" n'existe pas. Aucun cheval n'est parfait dès le début. Tous les chevaux sont différents, il y a toujours une harmonie à trouver entre la monture et son cavalier. A la fin de ma carrière, je pourrai tirer un bilan et désigner mon cheval préféré. Mais pas maintenant.