Modifié

Tour de Suisse: les coureurs helvétiques désertent leur boucle nationale

Le Tour de Suisse est la 4e course la plus difficile du World Tour après le Tour de France, le Giro et la Vuelta. [Dorothea Mueller - Keystone]
Le Tour de Suisse est la 4e course la plus difficile du World Tour après le Tour de France, le Giro et la Vuelta. [Dorothea Mueller - Keystone]
Le Tour de Suisse n’a jamais connu un taux aussi bas de coureurs helvétiques depuis sa création en 1933. Sur les 147 cyclistes en lice cette année, sept sont Suisses. Faute principalement d’équipe à licence helvétique sur le World Tour.

Seuls 7 Suisses participent à la boucle nationale cette année. Depuis que IAM Cycling est sorti du peloton en 2016 (voir graphique ci-dessous), plus aucun sponsor "rouge à croix blanche" n’a repris d’équipe. "On est loin des années 2000 avec le Post Swiss Team, composé de 80% d’Helvètes", explique Marcello Albasini, ancien directeur sportif adjoint de IAM Cycling. A cette époque, presque 20% du peloton était suisse. Dans les années 30, les coureurs helvétiques étaient même 1 sur 3 à prendre part à l'épreuve.

En 2008, l'équipe BMC ramène des Suisses dans le peloton. Durant les 2 années suivantes, les formations autrichiennes Geroldsteiner et Vorlaberg qui comptent beaucoup de Suisses disparaissent du World Tour. "La meilleure solution pour faire revenir des locaux, ce serait de créer une équipe suisse en Pro Continentale qui pourrait obtenir une wildcard. Je ne pense pas qu'on ait assez de bons coureurs pour créer une équipe sur le World Tour, la relève est encore trop jeune", affirme le père du coureur professionnel Michael Albasini.

Mélanie Beney

Publié Modifié

Une question de calendrier

Le Tour de Suisse étant prévu entre le Giro et le Tour de France, deux grandes épreuves du World Tour, les coureurs suisses à hauts potentiels ne peuvent pas miser sur les 3 courses.

"En 2015, quand j'entraînais Matthias Frank, on voulait qu’il fasse un top-10 au Tour de France. Ca voulait dire renoncer au Tour de Suisse. Ca a fait mal, mais l’objectif était atteint, il a terminé 8e", raconte Marcello Albasini.

Cancellara dernier lauréat helvétique

"Gagner le Tour de Suisse n’est pas héroïque, mais ça signifie beaucoup, surtout si on court devant notre public", relève Marcello Albasini.

La dernière fois qu'un Suisse a gagné le Tour de Suisse, c’était en 2009 avec Fabian Cancellara. "Des cyclistes comme lui, c’est très rare".

Récemment 16e au Giro, le Valaisan Sébastien Reichenbach aurait ses chances de gagner un Tour de Suisse, "mais être leader, c’est beaucoup de responsabilités et de pression à porter sur ses épaules". Il s'alignera sur la Route du Sud.

Les 7 Suisses au départ auront tout de même l’occasion de se montrer. "Michael Albasini vise la gagne d’étape, tandis que Matthias Frank se voit au sommet du classement".