Modifié

Eisel vainqueur au sprint à Davos

La victoire s'est jouée d'un rien entre Freire, Ciolek et Eisel (de g. à dr.). [Reuters]
La victoire s'est jouée d'un rien entre Freire, Ciolek et Eisel (de g. à dr.). [Reuters]
Fabian Cancellara a défendu avec succès son maillot jaune lors de la 2e étape du Tour de Suisse, qui s'est jouée au sprint à Davos. A ce petit jeu, l'Autrichien Eisel a créé une petite surprise en devançant d'un boyau Gerald Ciolek.

Le champion olympique Fabian Cancellara a connu un début idéal
au Tour de Suisse. Samedi, il s'est imposé dans le contre-la-montre
au Liechtenstein à la faveur d'une véritable démonstration.
Dimanche dans la première étape de moyenne montagne à Davos, il a
bien contrôlé la course avec son équipe et a même empoché trois
secondes de bonifications lors d'un sprint intermédiaire. Cette
deuxième étape a été remportée par l'Autrichien Bernhard Eisel
(Columbia), qui a devancé l'Allemand Gerald Ciolek et le triple
champion du monde espagnol Oscar Freire au terme d'un sprint
périlleux.

Cancellara n'a été inquiété que par l'attaque du rouleur Tony
Martin (Columbia), cinquième du classement général. L'Allemand est
sorti à 23 km de l'arrivée juste avant le passage de la principale
difficulté de la journée, la côte de Wiesen, classée en 1re
catégorie. Il a réussi à prendre 50'' au peloton des favoris. Mais
les Saxo Bank ont réagi avec vigueur en collaboration avec les
Rabobank désireux de placer Freire dans les meilleures
conditions.

Trois secondes de bonifications pour Cancellara

L'équipe Saxo a parfaitement protégé le maillot de Cancellara. [Keystone]L'équipe Saxo a parfaitement protégé le maillot de Cancellara. [Keystone] Martin était repris à 7 km de
l'arrivée lors d'un regroupement général. «Je n'ai pas paniqué
quand il a attaqué mais je suis demeuré vigilant», relevait
Cancellara. Juste après avoir rejoint l'Allemand, le maillot jaune
s'octroyait 3" de bonifications dans le dernier sprint
intermédiaire de la journée. Il a franchi la ligne en tête sans
être inquiété. «Nous avons bien manœuvré sur ce coup-là avec
mon équipe. Je considère qu'il faut toujours prendre le maximum de
temps là où on peut. Je ne voudrais pas perdre le Tour de Suisse
pour une seconde comme c'est arrivé à certains... »
.
Cancellara fait allusion à Fabian Jeker qui a laissé la victoire
finale à Jan Ullrich pour la plus infime des marges en 2004.

Cancellara va devoir maintenant affronter la haute montagne en
jaune. Un premier test l'attend ce lundi avec le franchissement du
Lukmanier (1940 m) situé à 70 km de l'arrivée. «J'espère que
les circonstances de course me seront favorables et que les équipes
de sprinters vont contrôler la journée. A l'entraînement, j'ai
passé des cols encore plus exigeants que le Lukmanier
»,
précisait Cancellara. Il devrait pouvoir conserver son troisième
maillot jaune sur la boucle nationale après 2003 et 2007 jusqu'en
Autriche à Serfaus mercredi.

Eisel remplaçant de luxe de Cavendish chez Columbia

On attendait Cavendish, mais c'est Eisel qui s'est offert la
première arrivée au sprint. L'Autrichien a pu parfaitement
manœuvrer puisque son leader se trouvait rejeté à plus de 10
minutes dans le final. «Je dois remercier chaleureusement mon
équipe qui a bien préparé le coup. Martin m'a demandé s'il pouvait
sortir. Je n'avais pas d'objection, Cavendish notre leader étant
loin. Quand il a été repris, nous avons su bien nous placer»
,
relevait l'ancien coureur de la Française des Jeux.

A 28 ans, il cueillait là son plus grand succès après un début de
saison modeste ponctué d'une deuxième place à Kuurne - Bruxelles-
Kuurne. L'Autrichien reconnaissait aussi une faute. «Je n'avais
pas reconnu l'arrivée alors que le départ était situé à 2 km de la
ligne. J'ai eu chaud»
.

Lundi, le peloton prendra la direction du Tessin. Départ de Davos
et passage du col du Lukmanier avant une arrivée à Lumino, près de
Bellinzone au terme de 195 km.

si/rsch

Publié Modifié

Tour de Suisse, 2e étape

Davos-Davos (150 km)
1. Bernhard Eisel AUT 3h36'54"
2. Gerald Ciolek GER + 0"
3. Oscar Freire ESP 0"
4. Francesco Gavazzi ITA 0"
5. José Joaquin Rojas ESP 0"
...
11. Fabian Cancellara SUI 0"
13. Michael Schaer SUI 0"
17. Oliver Zaugg SUI 0"
20. Reto Hollenstein SUI 0"
25. Martin Elmiger SUI 0"
30. David Loosli SUI 0"
49. Marcel Wyss SUI 0"
65. Michael Albasini SUI 0"
71. Steve Morabito SUI 0"
88. Pascal Hungerbuehler SUI 0"
98. Grégory Rast SUI 4'21"

Classement général
1. Fabian Cancellara SUI 3h'46'12"
2. Roman Kreuziger CZE + 22"
3. Andreas Kloeden GER 25"
4. George Hincapie USA 27"
5. Tony Martin GER 34"
...
12. Marcel Wyss SUI 41"
41. Martin Elmiger SUI 51"
49. Michael Albasini SUI 55"
58. Oliver Zaugg SUI 58"
69. David Loosli SUI 1'03"
69. Michael Schaer SUI 1'03"
83. Pascal HungerbuehlerSUI 1'11"
86. Silvere Ackermann SUI 1'14"
91. Reto Hollenstein SUI 1'25"
98. Grégory Rast SUI 5'27"

Le Tour de Corée à Roger Beuchat
A 37 ans, Roger Beuchat a signé un bel exploit sur les routes de Corée du Sud. Au terme de la dixième étape, le Jurassien a remporté le Tour de Corée en devançant deux Australiens, Jai Crawford (17") et Tim Roe (1'11").

Professionnel depuis 10 ans, Beuchat n'avait plus gagné de course depuis 2001. Dans l'épreuve coréenne, il a réussi une deuxième place lors de la 5e étape et terminé au troisième rang de la 7e. Il a pris la tête du général samedi dans l'avant-dernier tracé. Le citoyen de Glovelier a pu assurer son succès final sans souci dans l'ultime étape qui s'est achevée dans le Parc olympique de Séoul.