Modifié

Tour de France: Vincenzo Nibali sacré, la dernière étape à Marcel Kittel

Vincenzo Nibali, 1er vainqueur italien du Tour de France depuis Marco Pantani. [Christophe Ena - Keystone]
Vincenzo Nibali, 1er vainqueur italien du Tour de France depuis Marco Pantani. [Christophe Ena - Keystone]
La dernière étape de ce Tour de France 2014, disputée en majorité sur les Champs-Elysées, est revenue au sprinter allemand Marcel Kittel, victorieux au même endroit l'an passé. Avec ce succès, le coureur de l'équipe Giant Shimano remporte son quatrième bouquet sur cette Grande Boucle, comme un certain Vincenzo Nibali, vainqueur final de l'épreuve.

Marcel Kittel a dû puiser dans ses ressources pour décrocher ce succès de prestige sur les Champs-Elysées. [Christophe Ena - Keystone]Marcel Kittel a dû puiser dans ses ressources pour décrocher ce succès de prestige sur les Champs-Elysées. [Christophe Ena - Keystone]Dans la dernière étape, longue de 137,5 kilomètres, Kittel a devancé le Norvégien Alexander Kristoff et le Lituanien Ramunas Navardauskas, deux autres vainqueurs d'étape de cette édition.

L'Allemand de 26 ans, qui avait démarré le Tour en trombe, a égalé son score de l'année passée, quatre étapes dont celle des Champs-Elysées et le maillot jaune durant une journée.

Nibali devant les Français

Au classement final, après plus de 3650 kilomètres, Nibali a devancé Jean-Christophe Péraud et Thibaut Pinot, les premiers Français à monter sur le podium final depuis 1997.

A 37 ans, Péraud, qui a chuté à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée dans la dernière étape, est le coureur le plus âgé du tiercé final de ces trente dernières années. Pinot (24 ans) a aussi décroché le maillot blanc de meilleur jeune.

Pinot [Keystone]Pinot [Keystone]Les deux autres maillots distinctifs sont revenus, pour le vert au Slovaque Peter Sagan, le lauréat des deux années précédentes, pour le blanc à pois rouges du meilleur grimpeur au débutant polonais Rafal Majka.

Dans un cercle très fermé

Nibali, vainqueur de la Vuelta 2010 et du Giro 2013, rejoint les cinq coureurs (Anquetil, Gimondi, Merckx, Hinault, Contador) qui ont gagné les trois grands tours, Italie, France et Espagne.

En tête dès la deuxième étape à Sheffield, l'une des villes anglaises qui a fêté le Tour de façon exceptionnelle, le Sicilien a porté le maillot jaune pendant 19 jours. Il ne l'a laissé que le temps d'un bref intérim d'une journée au Français Tony Gallopin.

Le "Requin" de Messine, qui avait enlevé son premier succès de la saison sept jours avant le départ de Leeds à l'occasion du championnat d'Italie, s'est montré le plus fort et aussi le plus constant.

Une démonstration sur les pavés

Sans donner le moindre signe de faiblesse, il a gagné à quatre reprises. Mais sa démonstration la plus éblouissante a été faite sur les pavés de Paris-Roubaix, dans la 5e étape, où il a distancé de plus de deux minutes l'Espagnol Alberto Contador.

Nibali [Christophe Ena - Keystone]Nibali [Christophe Ena - Keystone]Nibali, 29 ans, est le septième coureur italien à figurer au palmarès du Tour, 16 ans après Marco Pantani qui allait connaître ensuite une tragique descente aux enfers jusqu'à son décès d'overdose en 2004.

Plutôt qu'au "Pirate" de Cesenatico, Nibali est comparé dans son pays à Felice Gimondi, le champion italien vainqueur du Tour 1965. A cause de son élégance et de sa maîtrise en course, une qualité acquise au fil des années.

A ses débuts, le Sicilien, porté par son tempérament d'attaquant, a souvent enregistré des déceptions. Surtout dans les grandes courses d'un jour qui font défaut à son palmarès, malgré de nombreuses places d'honneur. "J'ai encore des rêves", a souri le "Squale" à la veille de son triomphe parisien.

Mais, l'héritage Armstrong aidant - le cyclisme est durablement associé au dopage quels que soient ses efforts récents -, Nibali a plus souvent été interrogé sur sa "propreté" et le passif de son équipe Astana que sur ses futures ambitions. "Je raconte mon histoire, mes racines, tous les sacrifices consentis pour en arriver là", a répondu le vainqueur du Tour.

"Un coureur qui maîtrise, qui n'écrase pas"

Le directeur du Tour, Christian Prudhomme, a renchéri: "Le cyclisme a réellement changé parce que les contrôles aussi ont changé, parce que le passeport a été mis en place. Son équipe fait partie du Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC) et les contrôles sont les mêmes pour tout le monde."

"On a affaire à un coureur qui maîtrise, qui n'écrase pas", a estimé le directeur du Tour, comblé par le scénario de cette 101e édition marquée par le retour de deux grands pays traditionnels du cyclisme, l'Italie et la France. Pendant que deux autres nations fortes, l'Espagne et la Belgique, sont restées bredouilles.

Pour l'anecdote, Jens Voigt qui a égalé le record des participations (17), est le plus vieux coureur à terminer le Tour depuis... 1927. A 42 ans, l'Allemand a tiré sa révérence au bout de cette dernière odyssée de plus de 3650 kilomètres.

si/bond

A lire aussi: Vincenzo Nibali, héritier et affranchi

Publié Modifié

21e étape (27.07), Evry - Paris Champs-Elysées (137,5 km)

1. Marcel Kittel GER 3h20'50"
2. Alexander Kristoff NOR + 0"
3. Ramunas Navardauskas LIT 0"
4. André Greipel GER 0"
5. Mark Renshaw AUS 0"
6. Bernhard Eisel AUT 0"
7. Bryan Coquard FRA 0"
8. Alessandro Petacchi ITA 0"
9. Peter Sagan SVK 0"
10. Romain Feillu FRA 0"
...
42. Martin Elmiger SUI 15"
43. Michael Albasini SUI 15"
46. Michael Schaer SUI 15"
68. Grégory Rast SUI 24"
83. Marcel Wyss SUI 24"
125. Sébastien Reichenbach SUI 57"


CLASSEMENT GENERAL FINAL (27.07)



32. Marcel Wyss SUI 1h38'27"
43. Michael Schaer SUI 2h09'52"
70. Michael Albasini SUI 3h06'00"
75. Martin Elmiger SUI 3h12'19"
86. Sébastien Reichenbach SUI 3h27'19"
102. Grégory Rast SUI 3h43'37"

"Le moment le plus beau de ma vie"

Vincenzo Nibali (ITA/Astana), maillot jaune final: C'est le moment le plus beau de ma vie. Je n'aurais jamais imaginé qu'une joie puisse être semblable à celle du Tour. Se retrouver sur le podium des Champs est unique. C'est encore plus beau que ce que j'avais imaginé. J'ai bâti mon succès jour après jour sur ce Tour, mais aussi en commençant de plus loin, dès cet hiver, quand on a décidé que ce serait mon objectif. Je dédie ce succès à mon équipe et à ma famille. C'est comme un conte de fées. J'ai du mal à respirer tellement c'est fantastique.

Jean-Christophe Péraud (FRA/AG2R La Mondiale), 2e du général: Ce n'est jamais simple dans le vélo et je ne fais jamais les choses simplement (sourire). Je me suis rajouté un petit handicap: une chute qui m'a fait une belle petite frayeur. Je me doutais bien qu'il allait se passer quelque chose!

Thibaut Pinot (FRA/FDJ.fr), 3e du général et meilleur jeune: L'objectif au départ, c'était le top-10, mais au vu de mes jambes je devais faire mieux et le maillot blanc devait venir ensuite si j'y arrivais. J'aime attaquer, me faire plaisir dans les cols, c'est ma façon de courir. Pour moi, c'est ça le vrai vélo. Il faut savourer ce podium. Je commence à réaliser avec les Champs, tout le monde...

Rafal Majka (POL/Tinkoff), meilleur grimpeur: Je suis très heureux de ce Tour. L'an prochain, je continuerai à aider Alberto (Contador) mais j'essaierai aussi de gagner des étapes.

Dave Brailsford, manager de l'équipe Sky: On a gagné deux fois (en 2012 et 2013). Quand on gagne, il faut le faire avec dignité, et quand on perd aussi. Chapeau à tous les coureurs qui ont bien couru, à Nibali mais aussi les Français. L'an prochain, on reviendra pour essayer de gagner à nouveau.

Le portrait de Vincenzo Nibali

Date de naissance: 14 novembre 1984, à Messine (Sicile)
Taille/poids: 1,79 m / 61 kg
Equipes: Fassa Bortolo (2005), Liquigas (2006-2012), Astana (dès 2013)

Principales victoires:
Championnat d'Italie 2014
GP Ouest-France 2006

Courses par étapes:
Tirreno-Adriatico 2012 et 2013
Tour du Trentin 2008 et 2013, Tour de San Luis 2010, Tour de Slovénie 2010, Tour de Padanie 2012

Grands tours:
Giro:
vainqueur 2013 + 4 étapes + 17 jours en rose (3 en 2010/14 en 2013). 5 participations (2e en 2011, 3e en 2010, 11e en 2008, 19e en 2007).
Tour de France: vainqueur 2014 + 4 étapes + 19 jours en jaune (2014). 4 participations (3e en 2012, 7e en 2009, 18e en 2008).
Vuelta: vainqueur 2010 + 19 jours en rouge (6 en 2010/13 jours en 2013). 3 participations (2e en 2013, 7e en 2011).