Modifié

Tour de France: 4 mois avec sursis requis contre la spectatrice à la pancarte

Tony Martin est entré en collision avec une spectatrice qui agitait une pancarte, entraînant une chute collective. [RTS]
Tony Martin est entré en collision avec une spectatrice qui agitait une pancarte, entraînant une chute collective. [RTS]
Quatre mois de prison avec sursis ont été requis jeudi à l'encontre de la jeune femme qui avait provoqué une chute massive de coureurs du Tour de France en brandissant une pancarte à l'intention de ses grands-parents en juin dernier.

La substitute au procureur Solenn Briand a souligné devant le tribunal correctionnel de Brest que la prévenue, âgée de 31 ans, avait reconnu "la dangerosité de son comportement" et "présenté des regrets". Le jugement a été mis en délibéré au 9 décembre.

"Allez opi-omi!" --papy-mamy en Allemand, sa grand mère étant d'origine allemande-- avait écrit la jeune femme en grosses lettres sur un bout de carton à l'adresse de ses grands-parents, fans inconditionnels de la Grande Boucle.

C'était le 26 juin dernier, sur la commune de Sizun, à 45 km de l'arrivée de la 1re étape du Tour, partie de Brest. La jeune femme, qui réside dans le Finistère, avait brandi sa pancarte en empiétant sur la chaussée, dos au peloton. Plusieurs coureurs, lancés à vive allure, n'avaient pu l'éviter. L'Allemand Tony Martin, le 1er à tomber, avait entraîné dans sa chute de nombreux autres cyclistes.    

afp/fg

A lire aussi: Tour de France: La Grande Boucle fera escale à Lausanne et à Aigle en 2022

Tour de France: joie et émotions à Lausanne et Aigle

Publié Modifié