Modifié

Cyclisme: une année en trois mois, le calendrier utopique de l'UCI

Le Tour de France et le calendrier 2020 risquent fort de ne pas pouvoir être honorés. [Guillaume Horcajuelo - AFP]
Le Tour de France et le calendrier 2020 risquent fort de ne pas pouvoir être honorés. [Guillaume Horcajuelo - AFP]
En pause comme tout le monde depuis plusieurs mois en raison de la pandémie de COVID-19, le cyclisme imagine son retour sur les routes dès le 1er août. Aucun grand événement n'a été annulé, mais le doute s'installe chez les coureurs.

Sur le papier, l'idée générale est simple: le World Tour reprendra sa course en août avec l'enchaînement des Grands Tours, les classiques et les Mondiaux. Une année compressée sur trois mois. Mais les coureurs émettent de sérieux doutes sur ce calendrier.

L'ancien champion du monde Alejandro Valverde ne croit pas à un retour rapide à la normale: "Nous voulons que le sport reprenne, mais je suis très pessimiste sur le fait que cela se fera cette année. Au début de la quarantaine, j'avais encore de l'espoir, mais je pense de plus en plus qu'il n'y aura pas de courses du tout."

Christian Prudhomme, patron du Tour, a déclaré sans le moindre doute: "Le Tour n'a jamais eu lieu aussi tard dans son histoire, mais il se tiendra en septembre".

Cette nécessité de donner un calendrier est compréhensible, car il s'agit de continuer à exister sous la forme actuelle. Prudhomme envisage un événement normal avec des rues pleines.

afp/ace

Publié Modifié

Une curieuse impression

En fixant le Tour en septembre, Christian Prudhomme a donné l'impression que toutes les inquiétudes concernant le virus, qui a rendu impossible la réalisation de l'événement en juin et juillet, seraient réglées à ce moment-là. Les Grands Tours de trois semaines et les monuments du cyclisme sont toujours prévus en public et doivent se poursuivre sans interruption en septembre, octobre et novembre. Cela signifie que les voyagistes vont de nouveau proposer du jour au lendemain une offre exhaustive, que les hôtels vont immédiatement utiliser leur pleine capacité à leur réouverture et que la vie reprendra son cours normal.

Structure dangereuse

Mais le gros problème du cyclisme en temps de pandémie tient à son fonctionnement. Sa structure le rend plus dangereux que les sports d'équipe par exemple. Si l'on prend le Tour, on parle de plus de 3000 kilomètres à sillonner la France et parfois les pays limitrophes, de nouveaux hôtels chaque jour et une très imposante caravane de suiveurs. Le moindre petit grain de sable pourrait faire s'effondrer cette construction fragile, et ce avant même que l'automne n'entre dans sa phase la plus chaude.

"Réduire d'une semaine"

Les trois grands tours écourtés d'une semaine? C'est la préconisation d'Alejandro Valverde, qui considère que le Tour de France, d'Espagne et d'Italie, tous reportés en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, devraient s'en tenir à deux semaines de course. "C'est une saison très particulière, des mesures très spéciales ont été prises. Moi, j'aurais peut-être raccourci les trois grands tours d'une semaine", a déclaré Valverde (40 ans depuis le 25 avril), lors d'un entretien virtuel avec la presse sportive espagnole diffusé ce lundi.