Modifié

NBA: LeBron James assure que le repos forcé ne lui est pas bénéfique

LeBron James n'apprécie par vraiment cette pause forcée due au coronavirus. [Marcio Jose Sanchez - Keystone]
LeBron James n'apprécie par vraiment cette pause forcée due au coronavirus. [Marcio Jose Sanchez - Keystone]
Privée de basket depuis plus deux semaines en raison du coronavirus, la superstar des Lakers LeBron James a affirmé que cette pause forcée, engendrant certes du repos, ne lui était pas bénéfique contrairement aux idées reçues sur son âge de 35 ans.

"Ce que je n'aime pas entendre, c'est: LeBron, il a 35 ans, il a tellement de minutes (passées à jouer) dans les jambes, maintenant il se repose tellement", a déclaré James sur le podcast Road Trippin. "C'est en fait le contraire pour moi, parce que mon corps, quand nous avons arrêté de jouer, me demandait: Qu'est-ce qui se passe? C'est le 13 mars, tu te prépares pour les playoffs, pourquoi tu t'arrêtes maintenant?", a expliqué "King James", insistant sur le fait que "le facteur repos est exagéré, surtout lorsqu'on est en pleine montée en puissance".

A la tête des Lakers, leaders de la conférence Ouest (49 victoires, 14 défaites), James a effectué jusqu'ici une saison digne d'un MVP, jusqu'à ce que le patron de la NBA, Adam Silver ne décide de reporter sine die la saison le 11 mars, en apprenant le test positif au coronavirus de Rudy Gobert (Utah).

Depuis, de nombreux joueurs, dont James et d'autres Lakers ont eux même fait ce test, tout en se pliant au confinement par précaution. "Je ne ferai plus de high-five de toute ma vie après cette pandémie. Vous pourrez attendre avant de nous voir mes coéquipiers et moi nous taper dans les mains", a-t-il ajouté.

afp/scho

Publié Modifié

Ne pas aller directement aux playoffs

Dans la perspective d'une reprise de la saison, le triple champion NBA (deux fois avec Miami, une fois avec Cleveland) et quadruple MVP estime qu'un "camp d'entraînement de dix jours à quinze jours, et une fin de saison régulière raccourcie à cinq ou dix matches suffiraient à être prêts pour les playoffs". "En revanche, la chose à ne pas faire, c'est d'aller directement aux playoffs. Parce que cela discréditerait les équipes qui ont lutté depuis 60 matches dans cet objectif", a-t-il souligné.