Modifié

VTT: Nino Schurter à la conquête de la gloire olympique

Le Grison Nino Schurter a l'or olympique de Rio dans son viseur. [Gian Ehrenzeller - Keystone]
Le Grison Nino Schurter a l'or olympique de Rio dans son viseur. [Gian Ehrenzeller - Keystone]
Quadruple champion du monde, quadruple vainqueur de la Coupe du monde de VTT cross-country, Nino Schurter (30 ans) a tout gagné ou presque dans sa discipline. Après le bronze olympique à Pékin (2008) et l’argent à Londres (2012), le Grison veut assouvir le 21 août prochain à Rio le plus grand rêve de sa carrière : l’or olympique.

Profitant d’une courte pause entre les premières épreuves de Coupe du monde et les Mondiaux qui se disputent ce week-end en République tchèque, le grand espoir suisse de médaille dans la mégapole brésilienne s’est confié fin mai à RTSsport.ch, à Coire, au pied des montagnes grisonnes qui constituent son terrain d’entraînement favori.

RTSsport.ch : Vous avez battu le record de 18 victoires en Coupe du monde détenu par votre manager Thomas Frischknecht, en ouverture de saison à Cairns (Australie). En êtes-vous fier ?

NINO SCHURTER : Ce record n’est pas si important. Thomas était professionnel dans une autre période en VTT et je ne crois pas que l’on puisse nous comparer. Parmi les courses que j’ai gagnées jusqu’à maintenant, Thomas a aussi contribué à ces succès et il peut au moins en compter la moitié pour ses propres victoires. Mais nous sommes un bon team et il se réjouit aussi beaucoup de chaque course que je gagnerai en plus (rires).

RTSsport.ch : Avec deux victoires et une quatrième place liée à des ennuis techniques, comment évaluez-vous votre début de saison?

NINO SCHURTER : Je ne suis pas encore dans la forme que j’aimerais atteindre à Rio. Mais j’ai eu un très bon hiver, j’ai pu bien m’entraîner sans souci de santé tel un refroidissement et les premières courses se sont super bien déroulées. Je suis donc sur la bonne voie.

RTSsport.ch : Vous défendez cette année votre titre du général de la Coupe du monde mais également celui de champion du monde ce week-end (3 juillet) à Nove Mesto (République tchèque). Avec encore les JO en ligne de mire, comment organiser son programme dans une saison aussi chargée ?

NINO SCHURTER : Le classement général de la Coupe du monde n’est pas une priorité cette saison. Je vais ainsi faire l’impasse sur une course (ndlr : à Mont Saint-Anne au Canada début août) donc cela ne va pas me permettre d’être tout devant. Les Mondiaux sont clairement un objectif important. Tous mes concurrents seront au départ en pleine forme et cela va me permettre de me mesurer sérieusement à mes adversaires avant la course olympique. Si la météo le permet, j’ai prévu juste avant les Jeux un camp d’entraînement en altitude chez moi en Engadine.

RTSsport.ch : Pensez-vous souvent au 21 août 2016 ?

NINO SCHURTER : Oui, c’est une date quand même très présente dans ma tête. C’est un gros objectif, depuis plus de quatre ans. C’est une course importante et j’y pense souvent, lors d’entraînements longs et intenses. A Rio, j’aimerais ramener ma troisième médaille olympique consécutive et bien sûr pouvoir rouler pour celle en or.

«Le tracé de Rio me convient bien»

RTSsport.ch : En octobre passé, vous vous êtes imposé lors du test préolympique sur le parcours des Jeux. Comment trouvez-vous le «

» ?

NINO SCHURTER : C’est un tracé qui me convient bien, il est très attractif et ressemble à celui des Jeux de Londres. C’est un bon mixte entre des bouts roulants et des endroits plus raides et difficiles. Il me plaît et j’ai vraiment hâte de cette course.

RTSsport.ch : Est-ce un avantage sur le plan mental d’y avoir déjà gagné ?

NINO SCHURTER : Non ça ne joue pas trop un rôle d’avoir gagné là-bas ou non. C’est surtout important d’avoir pu voir le parcours et de pouvoir s’y préparer, sur le plan mental notamment.

RTSsport.ch : Comment décririez-vous votre relation avec votre éternel rival Julien Absalon ?

NINO SCHURTER : C’est l’un de mes plus sérieux concurrents. Nous nous respectons beaucoup mutuellement et c’est toujours très beau de l’affronter. Je sais que j’ai besoin d’un jour parfait pour le battre et c’est la même chose pour lui. Je crois qu’on se tire chacun vers le haut et vers des résultats toujours meilleurs.

RTSsport.ch : Le Français, seulement quatrième à Rio, a émis des critiques sur le tracé olympique...

NINO SCHURTER : Au niveau du parcours, je pense qu’il me convient un peu mieux qu’à lui. Julien (ndlr : Absalon) a en effet déjà dit plusieurs fois en interview que le parcours était trop rapide pour lui et qu’il aurait probablement de la peine. Mais je crois qu’il reste quand même un sérieux candidat au titre olympique.

RTSsport.ch : Le Tchèque Jaroslav Kulhavy, qui vous avait battu il y a quatre ans à Londres dans un final haletant, pourrait une nouvelle fois briser votre rêve d’or olympique.

NINO SCHURTER : Oui, Jaroslav est à prendre très au sérieux, il est bon sur un tracé comme celui de Rio. Il s’est cassé le poignet ce printemps et n’est pas encore au top. Mais lors des deux dernières courses, on a pu constater qu’il fallait de nouveau compter avec lui.

RTSsport.ch : Votre année 2015 a quasiment été parfaite. Pourquoi avoir choisi de changer de vélo juste avant la saison olympique ?

NINO SCHURTER : Le vélo sur lequel je roulais la saison passée avait quand même déjà trois ans. Dans le développement, cela évolue beaucoup. Le matériel devient toujours plus léger, plus performant et j’aimerais pouvoir profiter de ces changements.  J’ai déjà couru deux épreuves en Coupe de monde avec ce nouveau vélo.

«Les Européens à la maison? Un immense objectif»

RTSsport.ch : Vous avez prolongé votre contrat de quatre ans avec le team Scott. Cela signifie-t-il que votre court passage par la route en 2014 est définitivement terminé ?

NINO SCHURTER : Je vais très clairement rester dans le monde du vélo tout-terrain, tout en complétant parfois ma préparation avec des épreuves sur route.

RTSsport.ch : Cette période sur route, avec la participation au Tour de Romandie et au Tour de Suisse au sein de l’équipe australienne Orica, vous-a-t-elle plu ?

NINO SCHURTER : Oui, cette période m’a beaucoup plu mais je ne pourrais pas le faire toute l’année.

RTSsport.ch : Pourquoi pas ?

NINO SCHURTER : Le VTT est quand même quelque chose de différent. Tu es dehors dans la nature pour t’entraîner alors que sur la route, tu es souvent dans la circulation. J’ai aussi un peu plus de liberté sur mon VTT et je peux me concentrer sur des courses uniques. Dans les grands tours sur route, tu es loin longtemps de ta maison. Maintenant que j’ai eu une petite fille, c’est aussi quelque chose de beau de pouvoir revenir à la maison assez souvent.

RTSsport.ch : Votre contrat va jusqu’aux JO de Tokyo en 2020. Est-ce le prochain objectif ?

NINO SCHURTER : Tokyo n’est pas encore dans mon viseur maintenant. Il y aura d’abord les championnats d’Europe à la maison, à Lenzerheide, dans deux ans. Cela sera un immense objectif pour moi. Mais j’ai l’intention de prolonger ma carrière au minimum jusqu’aux Jeux de Tokyo, oui. Ensuite, l’importance de cet objectif dépendra beaucoup de mon résultat cet été à Rio…

Propos recueillis à Coire par Sylvain Bolt - Twitter @SylvainBolt

Publié Modifié

Nino Schurter en bref

Né le 13.05.1986 à Tersnaus (Grisons)

Professionnel depuis 2003

Team : Scott-Odlo MTB Racing

Palmarès :
Champion du monde : 2009, 2012, 2013, 2015
Champion de Suisse : 2010, 2012, 2013, 2014 et 2015
Vainqueur du classement général de la Coupe du monde : 2010, 2012, 2013 et 2015 (19 victoires en Coupe du monde)
Jeux Olympiques : médaille de bronze (Pékin 2008) et d’argent (Londres 2012)

« N1NO – The Hunt for Glory »

Très présent sur les réseaux sociaux, Nino Schurter est l'acteur de sa propre websérie (sur Youtube: N1NO – The Hunt for Glory). Celle-ci propose de plonger dans le quotidien du sportif et de le suivre dans sa quête vers l'or olympique.

« Je suis intéressé par le multimédia. La présence sur les réseaux sociaux est une partie importante de la vie des sportifs. Cela fait plaisir aux sponsors mais ça me plaît également de pouvoir partager mon quotidien avec le public. Les images embarquées tournées avec la GoPro deviennent attractives pour mes plateformes. »