Modifié

JO 2020: les athlètes suisses globalement soulagés de voir les Jeux reportés d'une année

La délégation suisse devra normalement patienter une année de plus avant de prendre part à la cérémonie d'ouverture des Jeux. [Fabrice Coffrini - Keystone]
La délégation suisse devra normalement patienter une année de plus avant de prendre part à la cérémonie d'ouverture des Jeux. [Fabrice Coffrini - Keystone]
Confirmé ce matin, le report des Jeux Olympiques de Tokyo n'a pas constitué une réelle surprise, mais cela n'a pas empêché plusieurs athlètes helvétiques d'afficher leur soulagement quant à une décision qui coulait de source. Florilège de réactions.

Jérémy Desplanches (natation): "Le report était la seule et unique décision sage. Après, c'est deux choses de dire que je souhaite un report et de le savoir. C'est un peu dur à encaisser quand même. Même si je l'espérais, je ne pensais que cela allait avoir lieu. Du coup je suis partagé. Il y a le côté sportif, où je me dis que ça fait quand même quatre ans que je m'entraîne pour une saison qui tombe un peu à l'eau. Et il y a le côté santé publique, celui où je penche le plus, et je me dis que c'est la seule et unique bonne décision. On va voir comment on va passer les prochaines semaines, mais je suis soulagé qu'ils aient pris cette décision pour respecter l'équité de tous les sportifs et tous les pays."

Max Heinzer (escrime): "En termes de motivation, c'était évidemment assez dur ces dernières semaines, parce qu'on imaginait bien que l'annulation allait arriver. C'était mentalement difficile dans la recherche de performances. Maintenant, je suis heureux de cette clarté. On peut arrêter de s'entraîner spécifiquement en vue de cette échéance. J'espère juste que l'on ne va pas reprendre le processus de qualification à zéro, parce que nous étions en excellente position avant le dernier tournoi de qualification et que nous avions de bonnes chances d'obtenir 3 places en individuel. Après, toutes les variantes seront discutées. D'un point de vue personnel, je voulais continuer après Tokyo. Mes contrats de sponsoring couraient tous jusqu'en 2020, j'espère pouvoir les prolonger d'une année, même si l'économie a bien d'autres soucis en ce moment."

Nicola Spirig (triathlon): "Ces derniers mois, j'ai travaillé quotidiennement dans le but de disputer mes 5es Jeux. L'incertitude des dernières semaines a été assez difficile à vivre. Je suis désormais satisfaite que l'on sache où l'on va et je suis pleinement derrière le CIO. Je pense que c'est la meilleure décision pour les athlètes, les entraîneurs et les autres personnes concernées. La santé passe avant tout. Concernant mon avenir sportif, je ne peux pas me prononcer pour l'instant. Je vais me poser avec ma famille et mon team pour discuter et analyser la situation."

Giulia Steingruber (gymnastique): "Je trouve la décision parfaitement raisonnable et en accord avec la situation mondiale actuelle. Il va falloir étudier la planification future, mais je pense que cela ne sert à rien de se précipiter. Il faut du temps pour digérer la déception et repartir du début."

Stefan Küng (cyclisme): "Je trouve bien que la décision soit tombée maintenant. Si le CIO avait attendu le mois de mai, le temps aurait gentiment commencé à manquer. Désormais, nous savons tous que les JO n'auront pas lieu cette année et nous pouvons planifier la suite. D'un point de vue sportif, c'est évidemment amer. Espérons que la situation se soit calmée d'ici-là et que nous puissions vivre des Jeux superbes l'an prochain."

Tadesse Abraham (athlétisme): "J'espérais vraiment que cette décision soit prise. J'aurai 39 ans l'an prochain (réd: le 12 août), mais un an de plus cela ne change pas grand-chose pour un marathonien. Je suis content que cette décision ait été prise suffisamment tôt pour qu'on puisse refaire une planification. Maintenant j'espère que ces JO ne seront pas reportés à cet automne. L'automne est une période importante pour moi, car c'est là que je gagne ma vie. Actuellement je fais tout pour garder la forme, car je ne sais pas quelle sera ma prochaine course importante."

Severin Lüthi (coach de Roger Federer et chef de la délégation olympique de tennis): "Swiss Olympic avait encore envoyé un mail lundi en demandant le report. C'était devenu évident, mais je n'aurais pas imaginé que ça aille si vite. Je ne peux pas juger si c'était la bonne décision à prendre, vu que je ne suis pas un expert. Je m'en remets aux autorités supérieures. Il faut le prendre tel quel, mais je pense que c'était la bonne décision. On ne sait pas combien de temps la situation va encore durer. Selon le lieu où l'on se trouve, on n'a pas les mêmes conditions d'entraînement et donc les mêmes chances. On verra pour la suite. Peut-être qu'avec le report des Jeux, on va pouvoir mettre des tournois à la place. Mais nous devons d'abord attendre et voir quand on peut reprendre."

ats/ace

Publié Modifié