Modifié

Dopage: la Russie exclue des Jeux olympiques pendant 4 ans

Le drapeau russe ne flottera pas à Tokyo en 2020, ni à Pékin en 2022. [Brendan Smialowski - AFP]
Le drapeau russe ne flottera pas à Tokyo en 2020, ni à Pékin en 2022. [Brendan Smialowski - AFP]
L'Agence mondiale antidopage (AMA) a exclu la Russie pour 4 ans des Jeux olympiques et de tout championnat du monde, les plus lourdes sanctions de son histoire, pour punir Moscou d'avoir récidivé dans la triche en falsifiant des données de contrôles.

Des sportifs "neutres", pas de drapeau ou d'hymne aux JO et à tout championnat du monde, interdiction d'accueillir ces compétitions sur son sol: à l'issue d'une réunion expédiée en une heure dans un grand hôtel de Lausanne, le comité exécutif de l'AMA a confirmé la suspension de l'agence antidopage Rusada et les sanctions que lui recommandait son comité de révision de la conformité (CRC).

Il ne pourrait s'agir que d'une étape, car Moscou, via Rusada ou son comité olympique national, peut faire appel pendant 21 jours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui aurait le dernier mot. Les fédérations internationales ont également la possibilité d'interjeter appel qui serait en principe suspensif et les sanctions ne seraient applicables qu'une fois confirmées par le TAS.

"Les sportifs russes, s'ils veulent participer aux Jeux olympiques ou paralympiques ou tout autre événement majeur, devront démontrer qu'ils ne sont pas impliqués dans les programmes de dopage décrits par les rapports McLaren ou que leurs échantillons n'ont pas été falsifiés", a déclaré James Fitzgerald, un porte-parole de l'AMA.

Pour le football, les regards vont se porter sur la FIFA: sous quelle forme les footballeurs russes pourront-ils participer aux qualifications de la zone Europe pour la Coupe du monde 2022, qui débuteront en mars 2021?

afp/alt

Publié Modifié

"Aucune chance" en appel

"Il n'y a aucune chance de gagner devant un tribunal", a estimé le patron de l'agence antidopage Rusada, Iouri Ganous. La Russie peut faire appel devant le Tribunal arbitral du sport. Pour lui, l'exclusion de la Russie constitue par ailleurs une "tragédie" pour les sportifs honnêtes. Les patrons de plusieurs fédérations russes se sont dit prêts, lundi, à envoyer des représentants aux JO 2020 de Tokyo, sous drapeau neutre.