Modifié

Athlétisme: Kariem Hussein en course pour un premier rêve

Kariem Hussein a été impressionnant de facilité lors de sa série sur 400m haies. [Pascal Muller - EQ]
Kariem Hussein a été impressionnant de facilité lors de sa série sur 400m haies. [Pascal Muller - EQ]
Les Championnats d'Europe ne sont "vieux" que d'une seule journée, et déjà les Suisses se sont mis en évidence. On pense tout particulièrement à Mujinga Kambundji (gagnante de sa série du 100m, record de Suisse en 11"32) et à Kariem Hussein, épatant de facilité en séries du 400m haies (49"70).

Si la Bernoise risque fort de s'arrêter en 1/2 mercredi - elle n'a réussi "que" le 12e chrono des séries -, le Thurgovien peut logiquement rêver encore.

Hussein est certes resté loin de son record personnel signé à Genève en juin (49"08), mais, ayant course gagnée, il a totalement coupé son effort peu après la dernière haie, à 40m du but. L'Egyptien d'origine a donc de la marge...

Une perf' à rééditer

"Mais ce n'était pas facile pour autant", explique Kariem Hussein après sa "démonstration". "J'ai essayé de rester concentré sur ma performance, de ne pas regarder les autres. c'était bien, oui!". Puis il redescend très vite sur terre. "Mais si je ne réédite pas pareille performance en 1/2 mercredi, tout ça n'aura servi à rien...".

Hussein brille sur les pistes, mais aussi sur les bancs de médecine. [Bott - Keystone]
Hussein brille sur les pistes, mais aussi sur les bancs de médecine. [Bott - Keystone]

Venu à l'athlétisme sur le tard

Une place en finale du 400m haies est l'objectif no1 de Kariem Hussein. L'exploit serait déjà de taille pour ce garçon de 25 ans, venu à l'athlétisme en 2009 seulement, par un heureux hasard. Il a ainsi été repéré lors d'une journée sportive scolaire, alors qu'il passait sans entraînement une barre à 2m01!

Longiligne et athlétique (1m91/77kg), cet étudiant en médecine à l'Uni de Zurich a ensuite logiquement été redirigé vers le 400m haies, une discipline taillée pour celui dont la carrière rêvée dans le foot a été stoppée par une longue infection bactériologique.

L'ascension a alors été immédiate. Pour sa 2e course seulement, en 2009, il devenait vice-champion de Suisse!

"Le niveau n'était pas très relevé"

La machine est lancée. En 2011, Hussein remporte le 1er de ses 3 titres nationaux d'affilée. "Mais vous savez, à l'époque, le niveau n'était pas très élevé". Il s'en excuserait presque.

L'année suivante, il passe non seulement pour la 1ère fois sous la barre des 50", mais décroche aussi son billet pour les JO. Une blessure au pied gauche le privera toutefois de compétition à Londres, mais sans réel regret.

"Moi, le petit Suisse, j'étais aux côtés de stars qu'on voit d'habitude à la TV. Michael Phelps, le dieu de la natation, mangeait à côté de moi, et c'était juste un type aussi normal que moi. J'ai beaucoup appris là-bas!". Et Kariem Hussein s'est mis à rêver.

Le record de Suisse encore loin

"Bien sûr que j'ai des rêves", concède Hussein. "Je veux disputer des finales mondiales ou olympiques, et si possible me mêler à la lutte pour les médailles". Mais il ne brûlera pas les étapes, avancera à son rythme, mêlant de pair carrière sportive et études de médecine pour devenir ostéopathe.

Le Thurgovien a pu se mesurer aux meilleurs à Athletissima en juillet dernier. [Flauraud - Keystone]
Le Thurgovien a pu se mesurer aux meilleurs à Athletissima en juillet dernier. [Flauraud - Keystone]

Kariem rêve bien sûr aussi - "un peu" - du record de Suisse de Marcel Schelbert (48"13, bronze aux Mondiaux de Séville, en 1999). "Quand j'y serai, j'aurai atteint le top, ou presque!".

Partir un jour s'entraîner aux USA

Pour grandir encore, Kariem Hussein se doit d'affronter plus souvent les meilleurs. Car ce n'est que lors du dernier Athletissima qu'il a pu le faire pour la 1ère fois. "J'ai certes fini 7e, mais j'ai vu qu'il n'y a plus un monde d'écart. Ca donne confiance".

Il envisage aussi de partir s'entraîner aux USA, terre des meilleurs spécialistes de la discipline. "Ce n'est pas facile à organiser durant mes études...". Hussein a déjà étalé son masters sur 4 ans au lieu de 3. Il ne voulait pas devoir finir en 2016, année des JO.

De la musique d'avenir. Maintenant, c'est Zurich, "chez lui". "Si je passe les 1/2, tout sera possible". Et un 1er rêve pourrait devenir réalité...

De Zurich, Daniel Burkhalter - Twitter @DaniBurkhalter

A lire aussi: Kambundji et Hussein en demi-finales

Publié Modifié

Un bon bain glacé pour digérer sa course