Modifié

MPM pour un Bolt pas encore au top

Bolt devance Weir et Lemaitre. [Ian Langsdon - Keystone]
Bolt devance Weir et Lemaitre. [Ian Langsdon - Keystone]
Usain Bolt a repris la main dans sa distance fétiche, le 200m, en s'imposant avec une meilleure performance mondiale de l'année à la clé (19''73) lors du meeting de Paris. Le Jamaïcain a amélioré de 1 centième la marque que détenait Tyson Gay, sans toutefois encore laisser l'impression d'être irrésistible.

Bolt a évolué à peu près au niveau d'il y a trois semaines jours à Oslo (19''79 dans le froid). Il a fait un bon virage mais ne s'est pas montré très aérien dans la dernière ligne droite. Il s'est battu jusqu'au bout pour aller chercher la MPM de Gay, signe peut-être qu'il a besoin d'adresser un signal fort avant les Mondiaux de Moscou (10-18 août).

Lemaitre revient de nulle part

Le sextuple champion olympique et recordman du monde (19''19) a devancé son compatriote Warren Weir (2e en 19''92) et le Français Kemboi s'est jeté dans les bras de Mekhissi Benabbad pour une des images fortes de la soirée. [Ian Langsdon - Keystone]Kemboi s'est jeté dans les bras de Mekhissi Benabbad pour une des images fortes de la soirée. [Ian Langsdon - Keystone] Christophe Lemaitre, revenu de nulle part comme à son habitude pour arracher la 3e place en 20''07. A la sortie du virage, l'Aixois était encore avant-dernier.

Les 52'000 spectateurs ont vibré aussi au rythme des foulées de Mahiedine Mekhissi Benabbad. Le Français avait annoncé un record d'Europe sur 3000m steeple, il a tenu parole. En joignant manière au résultat: à la cloche, il a donné un coup de rein qui a "éliminé" le Kényan Paul Kipsiele Koech et fait vaciller le double champion olympique Ezekiel Kemboi.

Mekhissi Benabbad tient parole

Celui-ci a finalement pu répliquer pour s'imposer en 7'59''03, meilleur chrono de l'année, contre 8'00''09 à Mekhissi. Le Français a retranché 1''09 au record d'Europe que détenait son compatriote Bouabdellah Tahri. Mais il a échoué pour un dixième à devenir le premier coureur non originaire du Kenya à passer sous les 8'.

A l'arrivée, Kemboi et Mekhissi ont partagé leur joie dans une belle communion qui rappelait celle des JO de Londres, où ils avaient terminé dans le même ordre. Et comme à Londres, Kemboi a fait son show en toute décontraction, au couloir no 3.

si/lper

Publié Modifié