Catch-moi si tu peux

Grand Format Sport

Martial Trezzini - Keystone

Introduction

C’est une discipline un peu particulière, au carrefour des sports de combat et du théâtre. Le catch renvoie à tout un imaginaire costumé, spectaculaire, mais aussi un peu kitsch. Il émerge au début du 20e siècle et traverse successivement des phases de franc succès et d'oubli. Aujourd'hui, cette pratique hybride compte aussi ses adeptes en Suisse. Le catch, est-ce un sport ou plutôt un spectacle? Récit.

"Vrai" et "faux" combats

Chapitre 01

RTS

Notre histoire commence à Tramelan, un soir de mai. Sur le ring, six catcheurs se succèdent et enchaînent les prises, les coups et les chutes. Dans la patinoire du club de hockey local qui sert de décor, un bruit sourd résonne à chaque fois que les corps se fracassent dans l'arène du combat. Les cris du public accompagnent cette danse inhabituelle.

On se balade autour du ring pour sonder l'assistance. Que pense-t-elle de ce spectacle? "C'est... intéressant!", hésite tout sourire un homme d'une trentaine d'années visiblement un peu éméché. Un autre, plus jeune (et plus lucide), analyse: "J'ai souvent entendu que le catch était du faux, du truqué. Mais quand on voit les grosses pétées qu'ils se prennent sur le ring, je pense que ça doit quand même faire bien mal." Plus loin, deux jeunes femmes restent, elles, dubitatives. "C'est un peu too much, trop acté", glisse l'une avant que son amie avoue avoir préféré des "vrais combats de boxe et de kick-boxing plutôt que du jeu". Le catch, on aime ou on déteste, mais une chose est sûre: il ne laisse personne indifférent.

01
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Dans le Jura bernois, on a voulu innover. Initialement réservée aux sports de combat traditionnels, l'Arena Fight Show programmait cette année du catch, en plus des combats de boxe et de kick-boxing. "L'idée était de varier les plaisirs et d'offrir une plus large palette à notre public", explique Joachim Augsburger, président du comité d'organisation de l'évènement tramelot. Quid des autres sportifs et de leur staff? "La majorité des boxeurs et des jurés trouvent l'idée bonne, même si certains anciens sont davantage réticents", répond Augsburger.

L'opération séduction a même démarré bien avant les combats. Les organisateurs ont invité le club de catch genevois Geneva Total Wrestling à dispenser des ateliers d'initiation destinés au public, parfois très jeune.

>> En quoi consistaient ces ateliers? Les explications de Denis Lage, président de l'association Geneva Total Wrestling, en vidéo.

02
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

De L'Ange blanc à Hulk Hogan

Chapitre 02

Comment en est-on arrivé à proposer des combats de catch dans un évènement tel que celui de Tramelan? On rembobine.

Au 19e siècle, des foires itinérantes parcourent l'Europe avec leurs saltimbanques et leurs manèges. Parmi eux, certains proposent des spectacles singuliers, lesquels voient s'affronter un "monstre" - souvent des hommes au physique ingrat ou gigantesque - et un spectateur. Sauf que ce prétendu badaud est de mèche, infiltré parmi le public, et sait à l'avance les mouvements qu'il va devoir effectuer sur la scène. Ces combats deviennent assez vite des affrontements entre "bêtes de foire" uniquement. Puis, progressivement, des mouvements plus techniques, empruntés à d'autres sports de combat comme la lutte libre et gréco-romaine, sont intégrés.

C'est de cette mixture entre spectacle de foire et lutte que naît le catch. La discipline connaît ses heures de gloire en Europe - et en Suisse - entre les années 1930 et 1960. En France, c'est l'époque de L'Ange blanc, André le Géant, Le Bourreau de Béthune, Cheri-Bibi ou encore Roger Delaporte. Côté Suisse, on peut citer le géant blond Jack de Lassartesse, que l'émission de la RTS Continents sans visa filme en 1960 lors d'un combat avec le Français Bobby Duranton. Nous n'avons pas résisté à vous partager un extrait de cette merveilleuse archive, fragment d'un autre temps où décrire le catch se faisait tout en poésie.

Ça sent encore la bière, la sueur et le cigare refroidi. Les Dieux aux oreilles en chou-fleur s'en vont dans la nuit, une petite valise à la main. Ça sent encore la sueur, c'était drôle tout à l'heure, mais un ring désert ça peut devenir soudain quelque chose de triste, lorsqu'il a livré sa vérité.

Extrait du commentaire
12
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Le catch retombe dans un certain anonymat pendant plusieurs années avant de connaître une renaissance fulgurante dans les années 1990 grâce à la télévision. "Puissance catch", cela évoque forcément quelque chose pour la génération née dans les années 1980 et qui avait accès à la chaîne française RTL9. Le concept: retransmettre avec des commentaires francophones les émissions produites par la World Wrestling Entertainment (WWE).

L'entreprise américaine est un mastodonte commercial. Après avoir fait le nécessaire pour devenir la principale fédération de catch aux Etats-Unis, son fondateur Vince McMahon veut conquérir le monde. Son idée? Exporter les shows TV à succès de la WWE et ses stars, dont les plus célèbres sont Hulk Hogan, The Rock (Dwayne Johnson), John Cena ou encore The Undertaker. Et la mayonnaise va très vite prendre.

Les émissions liées aux deux divisions de la WWE - "Raw" et "Smackdown" - sont diffusées dans 130 pays et des millions de téléspectateurs les suivent fidèlement grâce à un feuilletonage bien rodé qui rappelle la télé-réalité. Les catcheurs se transforment en acteurs, dont les mouvements sont captés sous tous les angles. Le combat en tant que tel n'est plus l'élément central de l'action, qui se déplace sur les dialogues et les fausses alliances en coulisses. Le catch américain, c'est Hollywood.

Comme un symbole, le film "The Wrestler", réalisé par Darren Aronofsky, connaît un franc succès à sa sortie en 2009. Le long-métrage est récompensé par un Lion d'Or à la Mostra de Venise, et son acteur principal Mickey Rourke obtient une nomination aux Oscars pour son rôle de catcheur vieillissant et cabossé par la vie.

>> A voir: sujet du 19h30 en 2009 sur Mickey Rourke dans "The Wrestler"

Retour gagnant pour Mickey Rourke qui a remporté un Golden Globe pour son rôle dans "The Wrestler"
19h30 - Publié le 17 février 2009

Et en Suisse?

Le catch trouve son public y compris dans notre pays. Les spectacles "live" de la WWE remplissent régulièrement l'Arena de Genève et le Hallenstadion de Zurich, et "Wrestling Powermag", un magazine spécialisé aujourd'hui disparu, est créé. Mieux encore, une fédération de catch voit le jour en 2004 à Lausanne: la Swiss Power Wrestling (SPW). Son but? Dispenser une formation professionnalisante préparant les apprentis catcheurs au plus haut niveau. La SPW possède plusieurs antennes - plus ou moins actives - en Suisse romande (Vaud, Valais, Fribourg et Genève) et organisent encore aujourd'hui le "championnat romand de catch" dans un bar lausannois.

Mais attention! A la SPW, on est loin du catch à l'américaine, explique Adrian Johnatans. Le fondateur de l'unique fédération suisse de ce type préfère parler de "catch athlétique". Si les exploits des stars de la WWE tiennent davantage du "spectacle TV avec le catch en toile de fond", la version lausannoise, elle, représente un "sport de combat avec une partie spectaculaire, notamment dans la présentation des athlètes", détaille le Vaudois.

D'ailleurs, la formation dure en moyenne deux ans avant de pouvoir monter sur un ring, précise "The British stallion", le surnom de Johnatans quand il était lui-même catcheur avant de devoir mettre un terme à sa carrière pour cause de blessure. Selon lui, on compterait actuellement une trentaine de catcheurs actifs en Suisse, dont une dizaine est professionnelle.

Un maximum de prévention pour minimiser les risques

Chapitre 03

A Genève, nous retrouvons les membres du Geneva Total Wrestling. Après les ateliers et les combats de Tramelan, pas question de se reposer! Il faut préparer les prochaines représentations en public et, surtout, poursuivre la formation des plus jeunes membres du club. Ou plutôt, de l'association.

C'est sous cette forme qu'est créé le GTW en 2010. Objectifs? Apprendre les rudiments du catch dans un environnement encadré pour éviter les mauvaises pratiques pouvant entraîner des blessures, notamment en imitant les gestes vus à la télévision. Pour se rendre compte de l'importance de l'aspect sécuritaire, il suffit de demander à Sam, le cadet du club avec ses 13 ans, ce qui lui a donné envie de faire du catch: "J'ai découvert la discipline grâce à une rediffusion du show de la WWE "Wrestlemania" sur la chaîne AB1 et j'ai adoré!"

Denis Lage, président du comité, et Xavier Jörimann, un des membres fondateurs, sont les deux principaux entraîneurs. Ils nous expliquent que le club fonctionne sur la base d'un système en niveaux - 5 au total - avec... des sessions d'examens! Tous les deux mois, les élèves valident leurs connaissances via un système de points qui détermine si le grade est "acquis" ou "non acquis". Quand tous les stades sont passés, l'élève est jugé apte à monter sur le ring lors d'évènements ponctuels. Mais avant d'y arriver, il y a du chemin à parcourir pour ces élèves âgés de 13 à 32 ans.

>> Les membres du Geneva Total Wrestling en diaporama

Au fait, en quoi consiste un entraînement de catch? Petit tour d'horizon en vidéo.

Les bases

Dans une salle de gym, et après avoir disposé les tapis d'agrès en rectangle pour imiter la surface d'un ring, les apprentis catcheurs entament leur séance par un échauffement avec course, musculation et travail de souplesse. Ensuite, on se concentre sur la base avant d'entamer la partie technique. Première étape: les chutes et les réceptions.

03
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Les contacts

Une fois cette routine bien en tête, le cours intègre les contacts. Ici, les répétitions initiales des chutes sont utiles pour apprendre à "bien tomber". On y ajoute le claquement de la main sur le tapis en touchant le sol, pour augmenter l'effet ressenti dans le public.

04
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Les prises

Quand la base est acquise, on peut passer aux prises et à leurs enchaînements (les "spots" dans le jargon). Dans la salle de gym, pas de cordes autour du "ring" de tapis évidemment. Il faut donc faire preuve d'imagination.

05
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Où sont les femmes?

Chapitre 04

Maeva Pradal

Le monde du catch est un univers très masculin. Les stéréotypes de genre y sont reproduits, parfois à l'extrême: le catcheur est viril, musclé et hétérosexuel. C'est le cas également pour les femmes qui, de leur côté, incarnent très souvent le rôle de séductrices. Un élément que l'on observe particulièrement aux Etats-Unis où les "divas" de la WWE sont objectivées, exhibées pour leur plastique et réduites à leur "sexytude". Mais ceci ne semble pas être une spécificité toute américaine. De ce côté-ci de l'Atlantique, l'âge d'or du catch a souvent été synonyme de profond sexisme. Un exemple? L'émission de la RTS Sous la Loupe s'était intéressée en 1982 à une mode qui fait aujourd'hui froncer les sourcils: des combats de catch... seins nus!

13
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Ces combats ont été filmés en France, mais il y en a eu aussi en Suisse! Le quotidien La Suisse (aujourd'hui disparu) accordait deux colonnes à cette "problématique" en 1985. Si les autorités vaudoises avaient accepté la tenue d'un tel spectacle au Casino de Montreux, leurs homologues genevois se montraient davantage circonspects à l'autoriser dans la salle communale de Plainpalais. A Aigle (VD), la police avait interdit les seins nus. Toutefois, écrit La Suisse, "les organisateurs avaient obtempéré, mais, en fin de meeting, l'accident prévisible est survenu: les lutteuses se sont retrouvées sans soutien-gorge".

Aujourd'hui, les moeurs catchistiques ont tout de même bien changé. Plusieurs femmes combattent aux côtés des hommes, d'égal à égale. En Suisse, plusieurs catcheuses ont participé à des éditions des "Warzones" organisées par la Swiss Power Wrestling, qui a aussi proposé des combats internationaux féminins jusqu'en 2016. On peut également citer la Jurassienne Laura Mischler, rencontrée en 2013 par l'émission Sport dimanche (voir ici).

A Genève, vous l'aurez peut-être noté dans le chapitre précédent, aucune trace féminine parmi les membres du Geneva Total Wrestling. Ce n'est pas faute d'essayer d'en recruter, se défendent les entraîneurs, mais ils doivent faire face à plusieurs difficultés.

>> Les explications de Denis Lage, président du comité de l'association Geneva Total Wrestling

07
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Comment trouver sa place dans le monde virilisant du catch quand on est une femme? Nous avons posé la question à Madeleine, ou plutôt "Jazz Lanka" lorsqu'elle monte sur le ring. La Française était elle aussi invitée à Tramelan pour un combat mixte contre un certain "Machete". Selon elle, le catch féminin ne rebute plus les promoteurs de combats, car les aptitudes techniques et sportives des catcheuses sont davantage reconnues.

08
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Sport ou théâtre?

Chapitre 05

Tami Chappell - Reuters

Les performances sportives dont parle Jazz Lanka sont-elles pourtant reconnues comme telles? En Suisse, il faut savoir que le catch n'est pas considéré comme un sport par le programme "Jeunesse et sport J+S" de l'Office fédéral du Sport (OFSPO). Pourquoi? "Pour des raisons de sécurité, tous les arts martiaux qui mettent l’adversaire hors de combat ("KO") sont exclus du programme J+S, y compris le catch", répond l'OFSPO.

Outre la violence - présumée - de la discipline, d'autres voix l'excluent de la catégorie des sports en évoquant sa théâtralité. Que répondre à ceux qui critiquent le côté "chiqué" du catch? Première étape: ne pas le nier, mais l'expliquer.

>> Qu'est-ce qui rapproche le catch du théâtre? Éléments de réponse avec Denis Lage, entraîneur du club Geneva Total Wrestling.

09
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Improvisation, scène, personnage et jeu d'acteur: tous ces aspects se retrouvent à la fois dans le catch et dans le théâtre. Ils sont d'ailleurs "traduits" par un vocabulaire spécialisé: le personnage interprété par un catcheur est un "gimmick", "face" étant le gentil et "heel" le méchant. Manichéisme quand tu nous tiens.

Et qui dit personnage dit évidemment costume. Partie intégrante du rôle, l'accoutrement personnalisé doit refléter l'histoire de son catcheur - réelle ou fictive par ailleurs - et lui permettre de jouer sa partition à la perfection. Prenons le cas de Xavier Jörimann, travailleur social dans la vie de tous les jours. Son alter ego, c'est Victor Diaz: un guerrier péruvien détenteur de la ceinture GTW, qui détermine le titre de champion genevois décerné par le club Geneva Total Wrestling. Le pont qui relie Xavier à Victor? Son costume bien sûr!

10
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

A noter que la scénarisation n'empêche pas quelques imprévus. Il arrive que l'enchaînement exact des prises soit oublié par l'un des catcheurs et qu'il faille alors improviser. Pire encore, les blessures peuvent faire voler en éclat un scénario. Les blessures oui, car on a beau se bagarrer "pour de faux", certains mouvements restent accidentogènes. La preuve avec la séquence ci-dessous.

11
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019

Ici, il était prévu que Victor Diaz réalise cette culbute hors du ring. Ce qui l'était moins, c'est sa réception en plein sur le visage... Résultat: fracture du nez, lèvre éclatée et incapacité à défendre son titre sur le ring.

Blessure de Victor Diaz après un show à TRamelan (BE). [Geneva Total Wrestling]Blessure de Victor Diaz après un show à TRamelan (BE). [Geneva Total Wrestling]

Sport ou théâtre, il n'est pas aisé de trancher. Le terme "divertissement sportif" pourrait être celui qui se rapproche le plus de la réalité concernant le catch. Finalement, contre les clichés, contre ceux qui abhorrent le côté arrangé de cette discipline, le mieux serait tout simplement d'essayer, conseille Denis Lage. Nous en tout cas, on a répondu à l'invitation...

Le catch, un show arrangé ? [RTS]
RTS Sport - Publié le 9 juin 2019