Publié

L’ouragan Sam comme si vous y étiez

Drone marin de la NOAA au large des côtes [NOAA/Saildrone inc.]
Drone marin de la NOAA au large des côtes [NOAA/Saildrone inc.]
C’est une première, un drone marin de la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine a ramené une vidéo saisissante de l’ouragan Sam, qui circulait au large des Bermudes le 30 septembre dernier. Les vents soufflent à près de 190 km/h et les vagues mesurent près de 15 mètres.

Un drone SD1045, également appelé SailDrone, a bravé les vents de l’ouragan Sam au large des Bermudes, jeudi passé. Muni d’une aile spécialement conçue pour résister aux vents violents, l’engin a été guidé par une équipe de chercheurs de la NOAA. Il a évolué au cœur d’une zone balayée par des vents de près de 190 km/h et des vagues d’environ 15 mètres. Les images donnent presque le mal de mer:

"Notre drone est allé là où aucun navire de recherche ne s'est jamais aventuré. Il a navigué dans l'œil du cyclone et a recueilli des données qui nous aideront à mieux comprendre ces puissantes tempêtes", a déclaré Richard Jenkins, fondateur et PDG de Saildrone qui a mis au point l’engin. "Nous sommes fiers d'avoir conçu un véhicule capable de fonctionner dans les conditions météorologiques les plus extrêmes de la planète."

Progrès significatif dans l’observation des cyclones

Pendant plusieurs décennies, l’évaluation de la force des vents des ouragans s’est basée sur l’analyse d’images satellite, la mesure de pression depuis des avions volant dans l’œil des cyclones et les relevés effectués par des balises en mer. La méthode a fait ses preuves mais elle a montré ses limites avec le temps, de tels instruments ne permettant pas forcément d'effectuer des mesures dans les zones de vents forts.

Les efforts de la National Oceanic and Atmospheric Administration et du National Hurricane center se sont donc concentrés sur l’usage de drônes, lâchés par des avions et capables de prendre des mesures atmosphériques dans les zones de vents forts ou par des engins de navigation aptes à effectuer des relevés à la surface de l’océan.

Issu de ces recherches, le SD 1045 fait partie d'une flotte de cinq drones spécialement conçus pour opérer sur l'océan Atlantique pendant la saison cyclonique. Il permet de recueillir des données, telles que la vitesse et la direction du vent, la pression barométrique, la température, la salinité, ou l’humidité 24 heures sur 24. Il est également équipé d’une caméra haute résolution. Sa construction, particulièrement robuste, lui permet d’affronter les conditions les plus extrêmes.

Le SD 1045 fournit des données directement au Laboratoire de l'environnement marin du Pacifique et au Laboratoire océanographique et météorologique de l'Atlantique de la NOAA.  Les données recueillies devraient permettre à terme d’améliorer la qualité des prévisions.

Philippe Jeanneret, avec le concours de la NOAA

Publié