Modifié

La tempête de sable met les cyclones au rancart

Nuage de sable sur l'Atlantique équatorial, le 23 juin 2020 à 12h UTC [NOAA]
Nuage de sable sur l'Atlantique équatorial, le 23 juin 2020 à 12h UTC [NOAA]
La tempête de sable qui s’est propagée sur les Caraïbes et la Floride la semaine passée n’a pas seulement assombrit le ciel, elle a également inhibé l’activité cyclonique. Le phénomène ne signifie cependant pas que la saison des ouragans sera moins active.

La semaine passée diverses îles de l'arc caribéen, comme la Jamaïque, Porto Rico, la Guadeloupe ou la Martinique, ont vu leur ciel d'obscurcir avec l’arrivée d’un nuage de sable fin. Les images satellite montrent que ce dernier est particulièrement étendu. Il s’est formé au-dessus du Sahara, au Nord de la zone de convergence intertropicale (équateur météorologique), entre le 12 et le 15 juin.

La Havane (Cuba) sous le nuage de sable le 25 juin 2020 [Yamil Lage - AFP]La Havane (Cuba) sous le nuage de sable le 25 juin 2020 [Yamil Lage - AFP]

« C'est un phénomène normal à cette saison mais, cette année, la concentration de poussière est très supérieure à la normale», a indiqué le météorologue cubain José Rubiera. «La docteure Olga Mayol, de l'université de Porto Rico, une île fortement touchée par ce nuage de poussière, estime que cette année, l'intensité est la plus forte depuis 50 ou 60 ans», a-t-il précisé. Cette situation s’est accompagnée de températures particulièrement élevées - jusqu’à 37,4° C sur la base américaine de Guantanamo. Elle a entraîné une dégradation notable de la qualité de l’air.

Activité cyclonique à l’arrêt

Appelé également « couche d’air saharien » (CAS), ce nuage contient de l’air extrêmement chaud et sec. Il déplace des milliers de tonnes de poussière en altitude, du désert du Sahara jusqu’aux Caraïbes, donnant au ciel une teinte beige et un aspect brumeux. Il peut s'étendre jusqu'au golfe du Mexique, à la Floride et à l’Amazonie.

Durant son périple le nuage survole les bassins habituels de développement des systèmes tropicaux, comme les côtes du Sénégal ou les îles du Cap Vert, ce qui n’est pas sans conséquences.

Extension du nuage de sable entre l'Afrique de l'Ouest et les Caraïbes - juin 2020 [NOAA]Extension du nuage de sable entre l'Afrique de l'Ouest et les Caraïbes - juin 2020 [NOAA]

Ce type de nébulosité – assez étendu – favorise en effet les phénomènes de cisaillement (changements de force et d’orientation du vent en altitude), qui désorganisent la circulation des courants à l’intérieur des cyclones. La présence d’air anormalement sec réduit par ailleurs l’alimentation en humidité dont ces systèmes ont besoin pour gagner en puissance.

Nuage de sable sur la tempête Hélène le 12 septembre 2018 [NOAA]Nuage de sable sur la tempête Hélène le 12 septembre 2018 [NOAA]

L’arrivée d’un nuage de sable sur l’Atlantique équatorial durant la saison 2018 a ainsi brisé l’élan de la tempête Hélène au large du Cap Vert (voir ci-dessus).

L’arrivée du nuage de sable ne permet cependant pas dire que la saison cyclonique sera peu active. Le nombre et l’intensité des ouragans ont été au-dessus de la moyenne en 2018. Plusieurs facteurs favorables, comme la température de l’Atlantique équatorial, devraient par ailleurs favoriser l’activité cyclonique cette année.

Philippe Jeanneret

Publié Modifié