Modifié le 31 mars 2020 à 15:49

La baisse du trafic aérien n’est pas sans conséquences pour les températures

Trainées de condensation ou "contrails".
Trainées de condensation ou "contrails". [wikipedia]
Le trafic aérien a fortement baissé ces deux dernières semaines, d’où une nette diminution des trainées de condensation dans le ciel. Cette situation n’est pas sans rappeler les événements du 11 septembre 2001, où des variations de températures assez inhabituelles avaient été observées. L’histoire va-t-elle se répéter ? La réponse est nuancée.

L’interdiction de vol avait duré trois jours en septembre 2001, avec pour conséquence une diminution assez drastique des trainées de condensation générées par les avions à réaction.  L’atmosphère avait retrouvé toute sa limpidité au-dessus de New-York, alors qu'en général, les trainées de condensation laissées par l'intense trafic aérien occupaient jusqu'à 70% du ciel.

Image satellite de l'Etat de New-york, le 12 septembre 2001 et variations de températures observées du 8 au 17 septembre.
Image satellite de l'Etat de New-york, le 12 septembre 2001 et variations de températures observées du 8 au 17 septembre. [Modis/rapidfire]

Sur l’ensemble de la période, les météorologues ont constaté une anomalie positive de 1,1°C, en se basant sur un échantillon de plus de 4000 stations d’observation météo américaines (ci-dessus).

Les relevés montrent par ailleurs que les températures minimales étaient généralement inférieures à la norme, tandis que des excédents assez importants étaient mesurés en deuxième partie de journée, ce qui atteste d'une forte amplitude thermique entre le jour et la nuit.

Rôle prépondérant de la couverture nuageuse

La présence de couverture nuageuse réduit le rayonnement solaire pendant la journée (ci-dessous), ce qui se traduit par une baisse de température au sol. Plus les passages nuageux seront denses, plus la baisse sera marquée.

Influence de la couverture nuageuse sur le rayonnement solaire et sur les températures au sol
Influence de la couverture nuageuse sur le rayonnement solaire et sur les températures au sol [RTS]

Toujours en présence de couverture nuageuse, les perditions de chaleur sont moins fortes la nuit, (ci-dessous à gauche) dans la mesure où le rayonnement terrestre  - qui prend le relais après le couché du soleil - est bloqué par les nuages.

.

Impact de la couverture nuageuse sur le rayonnement nocturne et sur les températures au sol.
Impact de la couverture nuageuse sur le rayonnement nocturne et sur les températures au sol. [RTS]

Pendant les périodes de faible trafic aérien (ci-dessus à droite), l’absence de traînées de condensation, avec une dominante de ciel clair et des vents faibles, se traduit par un fort rayonnement nocturne. D'où une dissipation de chaleur importante et des baisses de températures au sol.

Ce genre de situation met en évidence le rôle des gaz en suspension dans la haute atmosphère, qu'il s'agisse de la vapeur d'eau, de cristaux de glace ou de polluants. Lesquels contribuent à ce que l'on appelle un phénomène " d'obscurcissement " global du ciel, tendant à amoindrir le réchauffement diurne tandis que les nuits restent douces.

Impact de la baisse de trafic sur les températures essentiellement par beau temps

La diminution drastique du nombre de vols au-dessus de l’Europe devrait avoir un impact sur les températures ces prochains jours mais essentiellement sur les régions avec un ciel dégagé et des vents généralement faibles.

Sion par ciel dégagé - mars 2020
Sion par ciel dégagé - mars 2020 [Astrid Parchet - RTS]

La Suisse, soumise aujourd’hui à une situation de bise noire, ne devrait pas être impactée par le phénomène. En milieu de semaine en revanche, le retour des hautes pressions  - associées à un changement de masse d’air - devrait s’accompagner de températures relativement douces, compte tenu des faibles quantités de trainées de condensation présentes dans le ciel.

La portée du phénomène reste cependant à déterminer, dans la mesure où les conditions qui ont prévalu en 2001 étaient assez différentes de celle d’aujourd’hui, sur le nombre de vols par exemple ou sur la durée des restrictions.

Philippe Jeanneret avec le concours de Lionel Fontannaz de Météosuisse.

Publié le 30 mars 2020 à 15:47 - Modifié le 31 mars 2020 à 15:49