Modifié le 16 septembre 2019 à 14:23

Situation de goutte froide exceptionnelle en Espagne

Le Sud-est de l'Espagne sous les eaux après les pluies torrentielles des 11 et 12 septembre 2019
Le Sud-est de l'Espagne sous les eaux après les pluies torrentielles des 11 et 12 septembre 2019 [KEYSTONE/EPA EFE/MORELL]
Des pluies torrentielles et des inondations de grande ampleur ont frappé le Sud-est de l’Espagne la semaine passée, faisant six morts et obligeant les autorités à évacuer plusieurs milliers de personnes. Une situation particulière qui montre tout le potentiel de précipitations à cette période de l’année. Elle s’explique par la présence d’une goutte froide sur la Méditerranée, mais pas seulement…

Le Sud-est de l’Espagne a été confronté à une situation que l’on peut qualifier d’extrême la semaine passée, avec l’avènement d’une goutte froide, ou dépression d’altitude, au large des Baléares. Cette dernière s’est déplacée vers les côtes en milieu de semaine et traîne encore aujourd’hui entre Gibraltar et le Sud du Portugal.

Image satellite du 12 septembre 2019 à 16h locales
Image satellite du 12 septembre 2019 à 16h locales [Eumetsat]

 

Phénomène particulier en septembre

Une situation de goutte froide se caractérise par la présence d’un volume important d’air froid, en altitude, dans un environnement isolé. On parle parfois de dôme d’air froid entouré d’isothermes fermés. La carte de situation générale du jeudi 12 septembre (ci-sessous) met bien en évidence cette particularité.

Pressions au sol et position de la goutte froide en altitude le 12 septembre 2019
Pressions au sol et position de la goutte froide en altitude le 12 septembre 2019 [Meteocentre/WRF-NMM]

Les gouttes froides ou dépressions d’altitude s’accompagnent par ailleurs d’une forte instabilité, favorables aux événements orageux. Elles se produisent plutôt en automne et au printemps. A l’opposé des dépressions qui circulent dans les courants d’Ouest, elles peuvent s’attarder plusieurs jours d’affilée sur les mêmes zones, entraînant de forts cumuls de pluies.

La température de la mer a joué un rôle

Le moment où ces situations se produisent est également déterminant : au mois de septembre, les eaux sont relativement chaudes à la surface de la Méditerranée. Les relevés du jour montrent que la température de la mer avoisine 24 degrés entre les Baléares et l’Andalousie. Ce qui se traduit par une forte évaporation et par la présence de grandes quantités d’humidité dans l’atmosphère.

Température à la surface de la mer le 16 septembre 2019
Température à la surface de la mer le 16 septembre 2019 [Windy.com]

Cumuls de précipitations exceptionnels

Les chiffres publiés par l’Association Valencienne de Météorologie (AVAMET) sont assez éloquents (voir tableau ci-dessous) : en 24 heures seulement, la station de Beniarrés dans la province d’Alicante a totalisé 359mm de pluies, soit 63 mm de plus de ce qui est habituellement mesuré pendant un an ! Vingt autres localités du Sud-est de l’Espagne ont enregistré des cumuls supérieurs à 100mm. A titre de comparaison, en Suisse, le plus fort cumul de pluies sur 24 heures a été mesuré à Binn (VS) cette année, avec 154 mm.

Cumuls de pluies relevées par les services météo espagnols entre le 11 et le 12 septembre 2019
Cumuls de pluies relevées par les services météo espagnols entre le 11 et le 12 septembre 2019 [AVAMET]

Bien que les précipitations aient nettement baissé, le danger n’est pas écarté. Loin de se résorber, la goutte froide amènera encore des pluies à caractère orageux pluies sur le Nord de l’Espagne ces prochains jours. Sans parler du retour des perturbations atlantiques que la plupart des modèles montrent en fin de semaine…

Philippe Jeanneret, avec le concours de Lionel Peyraud du Centre Météosuisse de Genève

Publié le 16 septembre 2019 à 13:58 - Modifié le 16 septembre 2019 à 14:23