Vacarme

Publié le 26 octobre 2021 à 14:06 - Modifié le 08 novembre 2021 à 08:24

Mineurs non accompagnés, le vide devant soi

C’est un révoltant mystère. Chaque année, des mineur.e.s prennent sans leurs parents la route de l’exil.

En 2020, 535 enfants partis seuls de pays en guerre ont reçu en Suisse le statut de requérant.e.s. Mais lorsque ce sont des situations de rupture familiale ou de précarité qui les poussent sur la route, ces jeunes ne peuvent le plus souvent pas bénéficier du droit d’asile et échappent aux statistiques.

L’année dernière, des bandes originaires du Maghreb faisaient l’actualité de l’été romand. Ces ados ont aujourd’hui disparu sans que l’on sache bien pourquoi.

Des foyers aux rues, de l’odyssée à l’insertion, "Vacarme" se plonge dans cette abyssale question de la fuite des jeunes, des tragédies qu’elle recouvre, de ces enfances fissurées.

Reportages: Arnaud Robert
Réalisation: Jean-Daniel Mottet
Production: Laurence Difélix

--> Toutes les émissions de Vacarme sur le portail audio rts.ch

  • 1er épisode

    Les trois frères

    Un matin, poussé par ses parents qui ne veulent pas qu’il soit enrôlé par les Talibans, un Afghan de 17 ans quitte à pied son village et traverse des déserts et des montagnes jusqu’à la Suisse.

    Quelques années plus tard, ses deux frères, 15 et 13 ans, le rejoignent. Installés à Genève, ils racontent cette invraisemblable fuite, la terreur des frontières et le début d’une reconstruction face à un pays qui continue de s’effondrer.

    MNA 1-5: les trois frères.
    ©Kalonji - DR
    Vacarme - Publié le 01 novembre 2021

  • 2e épisode

    Le feu au lac

    C’était l’été 2020, des dizaines de jeunes qui se disaient mineur.e.s faisaient les gros titres de la presse genevoise et le quotidien du Tribunal des mineurs. L’afflux de migrant.e.s en situation précaire avait pour conséquence un nombre impressionnant de délits, de vols à l’arrachée et de violences, au point que l’affaire était devenue politique et qu’une brigade de police avait été créée pour pousser hors des murs cette population.

    Une année plus tard, ces enfants sont partis. Et on se demande, dans le calme, ce qui se joue chez ces populations hypermobiles qui n’ont pour seul horizon qu’une route sans fin.

    MNA 2-5: le feu au lac.
    ©Kalonji - DR
    Vacarme - Publié le 02 novembre 2021

  • 3e épisode

    La porte ne ferme pas

    On appelle cela un foyer. Dans le canton de Vaud, l’EVAM gère une structure qui accueille une vingtaine de résident.e.s mineur.e.s originaires d’Érythrée, d’Afghanistan ou de la RDC (République démocratique du Congo).

    Dans ce quotidien fragile, dans cette tentative de reconstruire pour des jeunes qui ont tout quitté un semblant de normalité, il y a une promesse touchante. Mais parfois, dans la nuit, des adolescent.e.s préfèrent reprendre la route.

    Et ces fugues nous interrogent sur des destins marqués par la fuite.

    MNA 3-5: la porte ne ferme pas.
    ©Kalonji - DR
    Vacarme - Publié le 03 novembre 2021

  • 4e épisode

    Rue de la Goutte d’Or

    À Paris, la rue de la Goutte d’Or est une voie sans issue où des jeunes en déshérence qui ont quitté leurs foyers croisent des très jeunes migrant.e.s originaires du Maghreb.

    Dans cette zone du 18ème arrondissement se révèle la difficulté, même pour les États les plus riches du monde, de prendre en charge des mineur.e.s qui ne connaissent plus que la survie, passent leurs journées entre consommation d’anxiolytiques, violences et repos dans les tambours tièdes des laveries automatiques.

    MNA 4-5: rue de la Goutte dʹOr.
    ©Kalonji - DR
    Vacarme - Publié le 04 novembre 2021

  • 5e épisode

    Graver sa vie

    François Burland est un artiste qui nourrit son oeuvre peuplée de monstres et d’armes du récit des migrant.e.s qu’il accompagne. Il a créé il y a quelques années une association, Nela, qui accueille en particulier des MNA et qui leur offre de participer à des ateliers de gravure.

    Mais, tandis qu’il lance deux procédures d’adoption, François Burland se rend compte qu’il est habité par les fantômes des enfants qu’il ne supporte plus de ne pas pouvoir tous sauver.

    MNA 5-5: graver sa vie.
    ©Kalonji - DR
    Vacarme - Publié le 05 novembre 2021

  • Les échos de Vacarme

    Milena Peeva et Christophe Blanchet

    Les invité.e.s:

    Milena Peeva
    Avocate à Genève et également co-fondatrice de la Permanence juridique pour les mineur-e-s non accompagné-e-s et les requérant-e-s dʹasile mineur-e-s non-accompagné-e-s

    Christophe Blanchet
    Doyen dʹaccueil CREAL (Centre de ressources pour élèves allophones) & Unité Migration Accueil à la DGEO canton de Vaud

    Echos vacarme.
    Vacarme - RTS
    Vacarme - Publié le 07 novembre 2021