Epicerie étudiante gratuite: crise coronavirus.

Vacarme

Publié le 24 août 2021 à 09:46

Au pays des précaires

La pauvreté en Suisse reste taboue, honteuse et invisible. Pourtant, ces derniers mois, elle a souvent fait la une des journaux. Etudiant.e.s qui font la queue pour des sacs gratuits de nourriture, employé.e.s aux RHT que la perte de 20% de leur salaire met sur la paille, sans-papiers qui craignent de se retrouver à la rue. Selon les chiffres 2019 de l’Office fédéral de la statistique, une personne sur cinq vit dans la pauvreté ou a des difficultés à joindre les deux bouts. Pendant la pandémie, l’accès aux prestations sociales a été simplifié. Pourtant, nombre de personnes qui auraient droit à des aides ne les sollicitent pas – ou y renoncent par peur, par exemple, de perdre leur titre de séjour. D’autres, juste au-dessus des barèmes, n’y ont pas accès, alors qu’ils peinent à régler leurs factures. La situation sociale est-elle en train de s’aggraver?

Reportages: Catherine Erard
Réalisation: Rodolphe Bauchau
Production: Raphaële Bouchet

  • 1er épisode

    Le système D

    «La pandémie m’a arraché ce que j’avais de plus cher, mon travail.» La femme qui témoigne a été licenciée en juin 2020. Juste en-dessus des minima sociaux, elle n’a pas droit à l’aide sociale. Alors, c’est la débrouille. Elle emprunte de l’argent à des copines, elle sollicite des aides auprès d’ONG caritatives, tout en cachant sa situation à ses proches.

    Précarité.
    belchonock - Depositphotos
    Vacarme - Publié le 23 août 2021

  • 2e épisode

    Le lait sur le feu

    En mars 2021, les indicateurs sociaux étaient au vert. Mais ce calme serait-il trompeur? C’est l’hypothèse de Jean-Noël Maillard, directeur de Caritas Jura, qui s’apprête à lancer un tout-ménage appelant les personnes à ne pas attendre avant de demander de l’aide. Dans le canton de Vaud, des assistantes sociales et assistants sociaux installent un bureau provisoire dans une salle où l’on distribue des repas gratuits pour faciliter les prises de contact.

    repas gratuits: Crise coronavirus 2021.
    MICHAEL REYNOLDS - Keystone
    Vacarme - Publié le 24 août 2021

  • 3e épisode

    Du riz et des pâtes

    Comme chaque jeudi soir, les étudiant.e.s sont nombreuses et nombreux à venir prendre un repas et un sac de nourriture dans les locaux de l’épicerie gratuite La Farce, à Genève. Perte de petits boulots, diminution des revenus des parents, situations particulières qui ne leur donnent pas droit à des aides, la vie de celles et ceux qui financent eux-mêmes leurs études est devenue éprouvante.

    Epicerie étudiante gratuite: crise coronavirus.
    PHILIPPE LABROSSE / HANS LUCAS / HANS LUCAS - AFP
    Vacarme - Publié le 25 août 2021

  • 4e épisode

    Les méandres de l’administration

    À Genève, Laura Belda, assistante sociale, reçoit une bénéficiaire de l’Hospice général. Celle-ci raconte la difficile perte d’autonomie ressentie, le regard des autres et les préjugés. Quant à Jean-Pierre Tabin, professeur à la Haute école de travail social et de la santé de Lausanne, il participe à une réunion en ligne pour finaliser le site jestime.ch dont le but est de permettre à chacun.e d’estimer ses droits sociaux.

    Le nombre de bénéficiaires de l'aide sociale a baissé en 2019 en Suisse, selon une statistique de l'OFS.
    Christof Schuerpf - Keystone
    Vacarme - Publié le 26 août 2021

  • 5e épisode

    Demander, tu éviteras!

    L’autonomie financière est un critère essentiel pour l’obtention d’un titre de séjour. Résultat: de nombreux étrangères et étrangers ont renoncé à solliciter l’aide sociale et ceci malgré les annonces officielles affirmant qu’il n’y aurait pas de mesures de rétorsion. Les ONG caritatives se retrouvent donc en première ligne pour aider ces personnes.

    Tout personne souhaitant obtenir le passeport rouge à croix blanche devra ne pas avoir touché l'aide sociale durant les 10 années qui précède sa demande ou avoir entièrement remboursé les prestations.
    Christian Beutler - Keystone
    Vacarme - Publié le 27 août 2021