Publié le 05 novembre 2018 à 08:54

Les centres pour requérants ne seront pas dotés d'aumôniers musulmans

Des chapelets musulmans et un Coran (photo prétexte).
Les centres pour requérants ne seront pas dotés d'aumôniers musulmans La Matinale / 2 min. / le 05 novembre 2018
Le projet pilote d'aumônerie musulmane testé depuis deux ans dans un centre de requérants d'asile à Zurich ne sera ni pérennisé, ni étendu aux autres centres fédéraux, a appris la RTS lundi.

Pendant deux ans, trois aumôniers musulmans, certifiés et contrôlés, ont oeuvré dans le centre d'hébergement de Zurich où les autorités fédérales ont également testé la procédure d'asile accélérée.

Ce projet pilote d'aumônerie a été financé par le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) qui l'a jugé "très utile". Pourtant, l'organisme ne souhaite pas pérenniser cette offre ni l'étendre aux autres centres fédéraux, comme celui de Perreux à Boudry (NE). "La tâche du SEM est d'assurer aux aumôniers - quelle que soit leur religion - de pouvoir accéder au centre. Sa tâche n'est pas de financer ce service d'aumônerie. Il n'y a d'ailleurs pas de base légale qui lui permette de le faire", rapporte la porte-parole Emmanuelle Jaquet sur les ondes de la RTS.

Un service maintenu jusqu'à fin 2018

L'aumônerie musulmane au centre fédéral de Zurich sera maintenue jusqu'à la fin de l'année, grâce à un partenariat entre le canton et une fondation privée. Au-delà de cette date, rien n'est encore assuré.

Quant aux autres principaux centres fédéraux, dont celui de Perreux à Neuchâtel, aucune démarche de ce type n'a été entreprise. Les aumôneries y seront uniquement chrétiennes, indique Patrick Renz, responsable de la pastorale des migrants à la Conférence des évêques suisses.

Patrick Renz.

Il faut une présence multireligieuse dans le centre de Zurich

Patrick Renz, responsable de la pastorale des migrants à la Conférence des évêques suisses

"Les aumôniers chrétiens peuvent apporter une contribution pour les personnes d'autres religions", précise-t-il. "Mais, à long terme, il faut commencer à trouver des solutions qui permettent d'avoir une présence multireligieuse dans ce centre", estime-t-il. Si les Eglises devront avant tout chercher ces solutions auprès des cantons, il paraît toutefois difficile d'imaginer qu'elles obtiennent le soutien de majorités politiques.

>> Lire: Un projet d'aumôniers musulmans pour requérants est jugé positif

Marc Menichini/hend

Publié le 05 novembre 2018 à 08:54