Modifié le 01 novembre 2018 à 14:57

Le Conseil fédéral veut débloquer 11,9 milliards pour désengorger le rail

Trafic ferroviaire: le deuxième tube du Lötschberg en bonne voie
Trafic ferroviaire: le deuxième tube du Lötschberg en bonne voie 19h30 / 1 min. / le 31 octobre 2018
Le Conseil fédéral veut libérer un montant de 11,9 milliards de francs pour désengorger le rail à l'horizon 2035. Après la procédure de consultation, il a légèrement rehaussé l'enveloppe prévue initialement, incluant de nouveaux projets.

Le message que le gouvernement a transmis au Parlement prévoit des trains directs entre Bâle, Delémont et Genève. L'offre à travers le Jura sera quant à elle étoffée. Cette adaptation répond aux réactions collectées lors de la consultation.

Le projet comprend désormais l’équipement de technique ferroviaire du deuxième tube du tunnel de base du Lötschberg, qui est creusé mais pas encore aménagé. Il permettra d'améliorer le nombre de trains voyageurs et d’augmenter les capacités pour les trains de marchandises. Le projet est largement soutenu par le canton du Valais qui le juge indispensable.

>> Regarder le sujet du 19h30 sur le deuxième tube au Lötschberg:

Trafic ferroviaire: le deuxième tube du Lötschberg en bonne voie
19h30 - Publié le 31 octobre 2018

Cadences augmentées

Les aménagements doivent renforcer les capacités des trains, réduire les surcharges à venir et offrir des cadences au quart d’heure et à la demi-heure. Les aménagements sont notamment prévus sur la section Genève–Lausanne–Yverdon–Bienne.

Grâce à d’autres mesures, la cadence au quart d’heure pourra être introduite sur plusieurs tronçons, notamment Genève–La Plaine et Avry–Fribourg en Suisse romande. Et sur la ligne du pied du Jura, plusieurs gares dont celles de Nyon, Morges et Neuchâtel devraient être aménagées.

Modernisation à Neuchâtel

La ligne Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds sera modernisée, avec la réalisation d'un évitement de Chambrelien. L'offre pourra être doublée sur ce tronçon avec deux liaisons rapides et deux liaisons régionales. La création d'une ligne ferroviaire directe est en revanche repoussée.

Le projet initial se basait sur une enveloppe de 11,5 milliards de francs, soit 400 millions de moins que ce qui a été retenu. Les cantons romands avaient dénoncé une répartition inégale des ressources. Ils ont en partie été entendus. Le Parlement empoignera le dossier l'an prochain.

>> Le point sur la ligne Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds dans le 12h45:

Un train sur la ligne Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds.
12h45 - Publié le 01 novembre 2018

ats/dk

Publié le 31 octobre 2018 à 15:23 - Modifié le 01 novembre 2018 à 14:57

Les cantons romands globalement satisfaits

Les cantons romands se montrent globalement satisfaits des nouveaux projets pour désengorger le rail. Des améliorations sont toutefois nécessaires.

L'Etat de Fribourg estime que ses principales demandes ont été retenues. L’introduction du quart d’heure entre Avry et Fribourg est un premier pas important, selon le Conseil d'Etat. Le canton du Jura salue quant à lui la proposition de rétablir la liaison directe entre Bâle et l'Arc lémanique via Delémont, tandis que Neuchâtel voit une "victoire d'étape" dans ce message.

Le canton de Vaud estime que le projet comporte une absence d'investissement pour la ligne de la Broye et pour le prolongement du train Aigle-Leysin.