Modifié

Femmes et hommes, inégaux face à l'orgasme

Orgasme féminin : la parole se libère en Suisse [RTS]
Orgasme féminin : la parole se libère en Suisse / 19h30 / 3 min. / le 31 octobre 2018
Sur les réseaux sociaux, la libération de la parole provoquée par le hashtag #metoo a dépassé la question des agressions sexuelles. C’est désormais sur le thème de l’orgasme que les femmes veulent briser le tabou.

Le compte Instagram @tasjoui a été créé le 15 août dernier en France, dans le but de "libérer la parole et la jouissance des femmes". Le 22 août, c'est au tour de Netflix de sortir un mini documentaire sur l'orgasme féminin dans sa série En bref.

Déjà présente en mai 68, la revendication du droit à l'orgasme est dopée par les réseaux sociaux et la facilité de diffusion des témoignages. Dans le sillage de la remise en question des rapports hommes-femmes provoquée par l'affaire Weinstein puis le hashtag #metoo, elles sont toujours plus nombreuses à prendre conscience qu'elles peuvent sortir du rôle de simple objet de désir, voulu par la société patriarcale, et devenir des sujets de plaisir, en osant dire ce qu'elles aiment… et ce qu'elles n'aiment pas.

En ligne de mire, les clichés véhiculés par l'industrie du porno, essentiellement faites par les hommes et pour les hommes jusqu'il y a peu (désormais, l'essor du porno féminin commence à changer la donne), mais aussi par la société occidentale du 21e siècle dans laquelle une femme à la recherche de plaisir est encore souvent vue comme une "salope". Mais le mouvement de libération de la parole autour de l'orgasme féminin plaît aussi à beaucoup d'hommes, car loin de vouloir opposer les sexes, le but est simplement d'en faire de meilleurs partenaires grâce à une meilleure communication.

Pour vous, l'orgasme, c'est important?

Micro-trottoir sur l'orgasme [RTS]
Micro-trottoir sur l'orgasme / L'actu en vidéo / 1 min. / le 31 octobre 2018

Ces interviews donnent le ton, mais nous avons voulu aller plus loin avec un questionnaire en ligne pour continuer à briser le tabou. En deux semaines, nous avons reçu près de 8000 réponses, dont 55% de femmes et 45% d'hommes. Résultat: il est apparemment plus difficile pour les femmes d'atteindre l'orgasme que pour les hommes, et encore plus avant 21 ans.

Des résultats à mettre peut-être en lien avec le fait que pour 45% des femmes et 30% des hommes, le rapport sexuel se termine généralement après l'orgasme de l'homme.

Mais toute la faute ne revient pas à la société machiste ou à l'inculture des hommes au sujet du corps de la femme. Les femmes sondées sont 40% à admettre qu'il leur arrive de simuler… pour diverses raisons, comme nous le montrent ces témoignages récoltés sur notre compte Instagram.

Quelques motifs de simulation récoltés via notre sondage [Juliane Roncoroni - RTS]Quelques motifs de simulation récoltés via notre sondage [Juliane Roncoroni - RTS]

Un orgasme, qu'est-ce que c'est?

Qu'est-ce qu'un orgasme? [RTS]
Qu'est-ce qu'un orgasme? / Info en vidéos / 1 min. / le 31 octobre 2018

Cecilia Mendoza, Céline Brichet et Cécile Tran-Tien

Les réponses à notre questionnaire en ligne ne constituent pas un sondage représentatif

Publié Modifié

Le @tasjoui

Dora Moutot, journaliste de 30 ans, publie des témoignages de femmes qui prennent conscience que leur éducation sexuelle a été truffée de références sexistes, et veulent désormais s’en libérer. En les lisant, d’autres femmes peuvent aussi prendre conscience de leurs propres biais dans le but de parvenir à une meilleure sexualité, plus en phase avec leurs propres envies, et moins centrée autour du désir de leur partenaire masculin.

Les autres résultats de notre sondage