Modifié le 23 octobre 2018 à 20:30

La progression du nombre de bénéficiaires à l'aide sociale baisse

Aide sociale: les efforts commencent à porter leurs fruits chez les jeunes, à Bienne notamment.
Aide sociale: les efforts commencent à porter leurs fruits chez les jeunes, à Bienne notamment. 19h30 / 2 min. / le 23 octobre 2018
En 2017, le nombre de bénéficiaires de l'aide sociale a connu une hausse de 1,6%, une croissance moins importante que les années précédentes. La grande majorité des jeunes récipiendaires sont parvenus à sortir de l'aide sociale.

Dans l'ensemble, le développement de l'aide sociale a été modéré en 2017. La durée moyenne de perception est restée constante, ce qui représente une amélioration, a indiqué mardi l'Initiative des villes pour la politique sociale à Berne.

L'augmentation s'est révélée la plus importante dans les villes de taille moyenne.

Risque plus important en Romandie

En outre, le risque d'aide sociale est plus important en Suisse romande et dans les grandes villes alémaniques que dans les petites communes d'outre-Sarine.

Ces indicateurs, élaborés sur la base de chiffres de l'Office fédéral de la statistiques (OFS) documentent l'évolution dans les 14 villes qui comptent 26% des bénéficiaires de l'aide sociale, dont Lausanne, Zurich, Bâle, Berne, Lucerne, Saint-Gall ou encore Bienne.

Résultats positifs pour les jeunes

Les jeunes âgés de 17 ans et qui bénéficiaient de l'aide sociale en 2010 ont servi de base à cette enquête. Beaucoup d'entre eux ont réussi à en sortir temporairement ou durablement.

À l'âge de 23  ans, trois quarts du groupe à risque n'en dépendaient plus.

ats/nk

Publié le 23 octobre 2018 à 10:35 - Modifié le 23 octobre 2018 à 20:30

"Chacun veut être autonome", estime Oscar Tosato

La majorité des jeunes à l'aide sociale parviennent à en sortir. Et selon Oscar Tosato, conseiller municipal à Lausanne et vice-président de l’initiative des villes pour la politique sociale, interrogé dans le 12h30 de la RTS, ces jeunes sortent réellement de l'aide sociale et pas seulement des statistiques.

Il souligne notamment les mesures prises par le canton de Vaud, qui propose aux jeunes de s'engager dans un processus de formation, grâce à la mise en place de mesures d'insertion sociale et professionnelle, financées à travers une bourse. "Il n'y a personne aujourd'hui qui désire vivre à l'aide sociale, chacun veut être autonome. Et pour être autonome, il faut pouvoir gagner de l'argent. Et pour cela, il faut une formation certifiante", insiste Oscar Tosato.

Et pour Oscar Tosato, le rôle des employeurs est "un élément essentiel de ce processus. Il faut qu'ils s'engagent à proposer des stages, à mettre en place des ateliers, à faire confiance aux jeunes et à les engager".

Son interview complète dans le 12h30: