Publié le 18 octobre 2018 à 19:34

Les volumes d'exportation d'armes ont augmenté de près de 18% en 2018

Fabrication de munitions chez Ruag.
Le National souhaite que le Parlement se prononce sur les critères d'autorisation des exportations d'armes. [Alessandro della Valle - Keystone]
La Suisse a exporté près de 18% de matériel d'armement de plus durant les neuf premiers mois de cette année que durant la même période l'an passé. Cette hausse pourrait animer le débat sur les exportations d'armes.

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a attiré l'attention jeudi sur les derniers chiffres concernant l'exportation d'armes, tandis que le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) a publié les chiffres des trois premiers trimestres mardi sur internet. Ces données se basent sur les indications des intéressés dans leurs déclarations d'exportation.

Selon ces déclarations, les entreprises suisses ont exporté entre janvier et septembre 2018 du matériel de guerre pour un montant de 299,2 millions de francs, dans 61 pays. Ce montant est en hausse de 44,7 millions, soit 17,6%, par rapport à 2017.

Risque de surinterprétation, prévient le Seco

Les relevés trimestriels ne reflètent que la situation à un moment précis et ne disent rien de l'évolution des exportations à long terme, a dit le porte-parole du Seco à Keystone-ATS. Observé sur plusieurs années, le flux d'exportations serait plutôt en recul. Seul le rapport annuel permettra d'établir une vraie comparaison avec l'année dernière, ajoute-t-il.

>> Lire aussi: Les exportations de matériel de guerre pas assez contrôlées, selon un audit

ats/lgr

Publié le 18 octobre 2018 à 19:34

Entre les mains du Parlement

Le Conseil national souhaite examiner de plus près les exportations à l'avenir. Il veut que le Parlement se prononce désormais sur les critères d'autorisation des exportations d'armes. Si le Conseil des Etats se range à cet avis, le Conseil fédéral perdra alors cette compétence.

Le gouvernement fédéral aimerait au contraire assouplir les règles: pouvoir autoriser les exportations dans les pays en guerre quand il n'a aucune raison de penser que ce matériel puisse être utilisé dans les conflits intérieurs.