Modifié le 13 octobre 2018 à 11:16

Les stages de survie en pleine nature font de nombreux adeptes en Suisse

Quitter son quotidien le temps d'un weekend... les stages de survie ont la cote.
Quitter son quotidien le temps d'un weekend... les stages de survie ont la cote. 12h45 / 2 min. / le 10 octobre 2018
Les stages de survie connaissent un succès croissant aujourd'hui, alors que de nombreuses personnes souhaitent expérimenter un retour à la simplicité, qui passe aussi par la déconnexion.

"Mon job me permet de vivre avec un niveau de vie très élevé. Je vole souvent, je suis souvent à l’étranger, souvent à l’hôtel. Et j'aime cette forme d'équilibre. J'aime ressentir ce que ça veut dire de survivre, de comprendre comment la nature fonctionne et me dire que je pourrais m'en sortir seul", explique Cédric Waldburger, participant à un cours de "Survival Training" dans la forêt saint-galloise.

Beaucoup sont désormais prêts à payer pour retrouver le chemin de la simplicité. Il faut débourser presque 300 francs pour ce stage de survie: on y construit soi-même son abri de fortune dans la forêt, on y partage des repas frugaux - à peine un petit pain pita par personne - et on y apprend les techniques de la vie en autonomie, par exemple tailler une branche pour en faire une brosse à dents.

"S'échapper du monde digital"

Le retour à la nature séduit un public toujours plus large, constate Tim Dias, l'organisateur, qui au départ proposait ces stages essentiellement pour des fans d'activités extérieures. "Oui, le trend a évolué. Les gens veulent s'échapper de leurs smartphones, de leurs ordis, du monde digital. C'est à la fois un mélange de frustration et de bonheur", analyse-t-il.

Son entreprise propose plusieurs niveaux de cours de survie en Suisse, pour les débutants ou les avancés, des journées intensives... et même une version hivernale ou un stage de cinq jours en Suède. 

En Suisse romande aussi

En Suisse romande aussi, les offres sont nombreuses pour s'initier à la survie le temps d'une semaine ou d'un week-end, en Gruyère, dans le Jura ou les Alpes valaisannes... Certains stages sont même adaptés aux familles, voire dédiés aux enfants. Certaines entreprises s'y intéressent également à des fins de "team building". Il faut généralement compter entre 200 et 400 francs par personne, selon les activités, pour un week-end de survie.

Stephanie Brändle (SRF)/Noémie Guignard/jvia

Publié le 13 octobre 2018 à 11:14 - Modifié le 13 octobre 2018 à 11:16