Modifié

"En Suisse, les gens sont éduqués à vivre avec les armes"

Le président de l'UDC du Valais romand Cyrille Fauchère, dans La Matinale, le 9 octobre 2018. [RTS - RTS]
L'invité-e de Romain Clivaz (vidéo) - Cyrille Fauchère, président de l'UDC du Valais romand / La Matinale / 10 min. / le 9 octobre 2018
Cyrille Fauchère soutient le référendum contre la directive européenne sur les armes. Un durcissement inutile selon le président de l'UDC du Valais romand car, en Suisse, "les gens sont éduqués à vivre avec les armes".

La récolte des 50'000 signatures pour le référendum débute mardi. Invité de La Matinale de la RTS, Cyrille Fauchère dénonce la reprise "d'un droit européen qui va à l'encontre du droit suisse". La Suisse, argue-t-il, est un pays souverain, doté d'une longue tradition de port d'armes, entre jeunes tireurs et service de milice.

La directive européenne, adoptée la semaine dernière par l'Assemblée fédérale, vise à mieux lutter contre le terrorisme. Elle induit un changement de paradigme. Pour utiliser une arme semi-automatique à l'avenir, il faudra notamment montrer qu'on est un tireur régulier ou qu'on est membre d'une société de tir. "C'est une restriction de nos libertés", fustige Cyrille Fauchère.

>> Lire aussi: Le référendum contre la directive européenne sur les armes est lancé

Mieux lutter contre les réseaux mafieux

Le président de l'UDC du Valais romand se dit trahi par les négociateurs suisses à Bruxelles. "Avant même de commencer à négocier avec l'Union européenne, ils sont partis perdants", estime le député UDC. La Suisse a pourtant obtenu plusieurs dérogations, notamment pour l’arme d’ordonnance.

Limiter la circulation d'armes, objectif de la nouvelle législation, ne constitue à ses yeux qu'un "prétexte". "On sait très bien que pour les attentats terroristes, tout tragiques qu'ils soient et avec toutes les victimes qu'ils ont faites, [les assaillants] ne sont pas passés par le petit armurier du coin", dit-il. Cyrille Fauchère vise le trafic d'armes et préconise de mieux lutter contre les réseaux mafieux.

Propos recueillis par Romain Clivaz

Publié Modifié

Candidat au Conseil d'Etat valaisan?

Cyrille Fauchère se présentera-t-il lors des élections fédérales 2019? "Mon ambition, c'est que l'UDC du Valais romand refasse ses sièges à Berne l'année prochaine, mais surtout que le parti revienne au Conseil d'Etat parce que le canton a besoin d'un petit coup de dépoussiérage", répond le député valaisan. Avec lui comme candidat? "Ce sera moi si mes collègues pensent que c'est à moi d'y aller." Et de conclure: "Si je peux servir mon parti et mon canton [...], je ne vais évidemment pas refuser."