Modifié le 04 octobre 2018

L'UDC et le PDC perdent des plumes selon le dernier baromètre SSR

Le Palais fédéral, en août 2018.
L'UDC et le PDC perdent du terrain, les Verts progressent, selon le dernier baromètre SSR Forum / 3 min. / le 04 octobre 2018
Alors que le baromètre électoral SSR de l’année dernière, à mi-législature, était bloqué sur "très stable", l’édition 2018 révèle des mouvements plus importants entre les partis. L'UDC et le PDC sont en perte de vitesse à un an des fédérales.

Les "gagnants"

Avec 1,6 point de pourcentage supplémentaire par rapport aux dernières élections fédérales de 2015, les Verts pourraient atteindre les 8,7%, ce qui les ramènerait à un niveau proche de 2011, selon le baromètre électoral Sotomo réalisé pour le compte de la SSR. Le Parti libéral-radical, deuxième "gagnant", prend 1,3 point dans les intentions de vote, à 17,7%. Une progression qui le remet au niveau de 2007 mais qui reste insuffisante pour coiffer les socialistes au poteau, objectif avoué du PLR pour 2019.

Car le Parti socialiste augmente également légèrement sa part électorale - d’un demi-point - pour atteindre les 19,3%.

On notera aussi une embellie chez les Verts Libéraux  (+, 1,1 point, à 5,7%). Les Verts libéraux qui peuvent ainsi espérer dépasser leur résultat de 2011 (5,4%), le meilleur de leur courte histoire, puisque le parti a été fondé au niveau national en 2007.

Les "perdants"

Si certaines formations progressent dans l'opinion, c'est forcément aux dépens d'autres. Fait notable, l'UDC égare deux points dans ce sondage par rapport au scrutin de 2015. Mais avec une part électorale de 27,4%, le parti obtiendrait  quand même le troisième meilleur résultat de son histoire.

Le recul du PDC est un peu moins prononcé (-1,5 point), mais il est, dans les faits, plus grave: avec 10,1% des suffrages, le parti obtiendrait de justesse un résultat à deux chiffres. Les démocrates-chrétiens ont perdu presque un tiers de leur électorat depuis 2007. 

Les perspectives sont également plutôt mauvaises pour le Parti bourgeois-démocratique, en recul de 0, 9 point. Le PBD ne représente actuellement plus que 3,2% du corps électoral. Pas vraiment une surprise dans la mesure où la formation avait déjà perdu une partie de sa base en 2015. 

Enfin, le Parti évangélique suisse (PEV) reste stable avec ses 2%.

La précision de l’estimation est comparable à un échantillonnage aléatoire avec une marge d'erreur de +/-1,5 point, explique l'institut Sotomo.

Les raisons du choix

Pour une majorité des électeurs (58 %), c’est l’orientation politique qui détermine avant tout le choix d'un parti. En second lieu, c’est la capacité à trouver des solutions (23 %). Pour 13% c’est la manière de faire de la politique qui prime, alors que 6% seulement des participants choisissent prioritairement un parti en raison de la personnalité de ses candidats.

L’orientation politique est citée par les électeurs des partis les plus populaires (UDC, PS). En revanche, les électeurs du PDC et du PBD lui accordent très peu d'importance, ce qui pourrait expliquer les problèmes structurels du centre bourgeois.

Conviction

Toujours selon l'étude Sotomo, les électeurs des Verts indiquent à 56 % que leur vote est un "vote de conviction", les électeurs UDC sont 51% à faire valoir le même argument.

Les moins "convaincus", avec 30%, sont les soutiens du PVL et du PBD, partis souvent choisis par manque d’alternatives.

En ce qui concerne le PDC,  - 28% de convaincus seulement - ses électeurs fondent souvent leur choix sur les "liens anciens" qui les unissent au parti. Il n’est donc pas étonnant, note l'institut Sotomo, que le PDC soit l'une des formations les plus menacées du fait de l’érosion de ses milieux traditionnels.

Thèmes prioritaires

À l’approche des élections 2015, le sujet de la migration a marqué le débat politique. C’était l’été de la crise des réfugiés qui, même si elle a principalement touché l’Allemagne, a également fait les gros titres en Suisse.

Depuis, la situation s'est un peu détendue sur ce front et ce sont maintenant les assurances sociales qui sont au centre des débats.

Parmi quinze problématiques possibles, les participants au sondage ont pu indiquer les trois plus importantes de leur point de vue. Ce sont les primes d’assurance-maladie qui ont été citées le plus souvent (42%). Pour 37% pour cent,  c’est la réforme de la prévoyance vieillesse qui est la préoccupation principale.

Et puis, alors que pendant longtemps la thématique de l’environnement ne "prenait" pas vraiment, les grandes chaleurs de l'été 2018 ont fortement focalisé l’attention du public. Pour 30 pour cent, la thématique "changement  et émissions de CO2" fait aujourd’hui partie des défis les plus importants, pratiquement à égalité avec le thème de la migration (31 %).

Ecouter>>

De gauche à droite: Charles Juillard (PDC), Céline Vara (Verts), Michaël Buffat (UDC)
Keystone
Forum - Publié le 04 octobre 2018

Pierre-Yves Maspoli

Publié le 04 octobre 2018 - Modifié le 04 octobre 2018

La méthode

La collecte des données a eu lieu entre le 13 et le 18 septembre 2018. Le sondage a été réalisé en ligne. Le recrutement des personnes interrogées s'est fait d’une part par le biais des portails web de la SSR et d’autre part via le panel en ligne de l'institut Sotomo. Au total, 14’985 électeurs ou électrices ont été interrogés. Après contrôle des données, les réponses de 12’179 personnes ont pu être exploitées pour l’évaluation.

La représentativité de ce sondage est toutefois comparable à un échantillonnage aléatoire avec une erreur d’échantillonnage de +/-1,5 point de pourcentage.