Modifié le 14 septembre 2018

Trois projets d'agglomérations romands repêchés par le gouvernement

La Confédération donnera plus que prévu pour les routes et les projets d'agglomérations cantonaux.
La Confédération donnera plus que prévu pour les routes et les projets d'agglomérations cantonaux. 19h30 / 1 min. / le 14 septembre 2018
Le Conseil fédéral a demandé vendredi au Parlement de libérer 1,34 milliard de francs dès 2019 destiné à la circulation dans les agglomérations. Trois projets romands - à Monthey, Sion et Genève - initialement non retenus pourront en bénéficier.

En consultation, le gouvernement avait proposé que 32 projets se partagent 1,12 milliard de francs pour la période 2019-2022. Au total, 37 des 55 villes et agglomérations de Suisse avaient remis un projet à la Confédération pour un montant de 6 milliards de francs environ.

>> Lire aussi: Canton par canton, les projets de mobilité soutenus par la Confédération

Le Conseil fédéral a décidé de prendre en compte des mesures supplémentaires. Côté romand, il a repêché une nouvelle route de desserte du terminal pour le transport combiné à Monthey (VS), un pont routier supplémentaire sur le Rhône à Sion et le prolongement de la ligne de tram Nations–Grand-Saconnex à Genève.

Le gouvernement genevois avait fait part de sa grogne après les premiers choix du Conseil fédéral, s'estimant lésé par rapport au projet du Grand Genève. Au micro de la RTS, Doris Leuthard a salué les efforts fournis entre temps par le canton du bout du lac.

La conseillère nationale Doris Leuthard.

L'administration genevoise a bien travaillé.

Doris Leuthard, cheffe du DETEC

Parmi les projets majeurs retenus par le Conseil fédéral figurait dès le départ la réalisation d'une étape supplémentaire du métro lausannois. L'agglomération Lausanne-Morges devrait bénéficier à cet effet d'une contribution maximale de la Confédération portée à 135,26 millions au lieu des 132,07 millions de francs prévus.

>> Lire aussi: "En Suisse romande, on a sous-estimé l'importance de la mobilité"

Projets à réaliser dans les quatre ans

Les crédits iront à des projets coordonnant le développement des modes de transport et de l'urbanisation au-delà des limites communales, cantonales ou nationales. Les projets devront être réalisés et financés dans les quatre ans. La Confédération assumera entre 30% et 50% des coûts d’investissement.

Le Parlement a déjà accordé 5,7 milliards de francs aux villes concernées depuis 2008. Le montant a été puisé dans le fonds d'infrastructure, limité dans le temps. Les programmes des première et deuxième générations ont permis de réaliser des projets qui n’auraient pas pu être financés ou mis en oeuvre sans soutien fédéral.

Le nouveau Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA), accepté l'année dernière par le peuple, assurera le financement des projets de la troisième génération.

ats/rens

Publié le 14 septembre 2018 - Modifié le 14 septembre 2018

Plus d'argent également pour les routes

Le Conseil fédéral a aussi proposé vendredi au Parlement une enveloppe gonflée à 14,8 milliards de francs d'ici 2030 pour désengorger le trafic sur les routes nationales. Environ 20% du réseau sera régulièrement surchargé d’ici 2040. Les embouteillages ou les ralentissements concernent essentiellement les agglomérations et les grandes villes, d’où la nécessité d’éliminer les goulets d’étranglement de manière ciblée.

Le Fonds FORTA assurera le financement de ces projets. D'ici 2030, 14,8 milliards de francs devraient être libérés pour des projets d'extensions du réseau des routes nationales, soit 1,3 milliard de plus que ce que prévoyait le gouvernement en janvier.

La réalisation du contournement du Locle (NE) pour 481 millions de francs permettra à cette localité frontalière d'être libérée du trafic de transit. A Crissier (VD), un crédit de 316 millions a été accordé. Parallèlement à l'étape d'aménagement, le gouvernement soumet au Parlement la construction d'un deuxième tunnel du Gothard. Il demande aux Chambres de libérer 2,08 milliards de francs à cet effet.


Le prix de l'essence n'augmentera pas

Le Conseil fédéral a également fixé le plafond de dépenses pour l'exploitation, l'entretien et les adaptations du réseau des routes nationales. Pour la période 2020-2023, il aura besoin de 8,156 milliards de francs.

Bonne nouvelle pour les automobilistes et les contribuables, un renchérissement du prix de l'essence ne sera pas nécessaire avant le milieu des années 2020. Le niveau des fonds de FORTA ne devrait en effet pas tomber avant en deça de 500 millions, seuil prévu pour déclencher une hausse de 4 centimes de la surtaxe sur les huiles minérales.