Modifié samedi à 13:58

Le Laboratoire de Spiez (BE) aurait été la cible de deux espions russes

Le Laboratoire de Spiez est spécialisé dans les menaces chimiques.
Le Laboratoire de Spiez (BE) aurait été la cible de deux espions russes La Matinale / 1 min. / vendredi à 06:30
Deux espions russes ont été arrêtés au printemps par les autorités néerlandaises et renvoyés dans leur pays. Ils étaient en route pour le Laboratoire de Spiez (BE).

Le laboratoire de l'Office fédéral de la protection de la population enquête non seulement sur des allégations d'attaques au gaz toxique en Syrie mais aussi sur des soupçons visant Moscou dans le cas de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille au début du mois de mars à Salisbury, en Angleterre.

Le Tages-Anzeiger, 24 Heures, la Tribune de Genève et le journal néerlandais NRC Handelsblad, qui révèlent l'affaire, citent des sources anonymes, selon lesquelles les deux hommes sont soupçonnés d'avoir voulu espionner le laboratoire.

>> Lire aussi: La Suisse et l'OIAC rejettent les propos de Lavrov sur le Laboratoire Spiez

Intervention du Service de renseignement

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a confirmé au Tages-Anzeiger être au courant du "cas de La Haye et du renvoi des deux espions russes".

La responsable de la communication au sein du SRC affirme que "le Service a activement participé à cette opération avec ses partenaires hollandais et britanniques". L'intervention a permis de "prévenir toute action illégale contre une infrastructure suisse critique".

Le porte-parole de l'institut en question Andreas Bucher a dit ne pas pouvoir commenter les informations du SRC. "Il peut en revanche confirmer que le laboratoire a été ciblé par des pirates informatiques. Mais nous sommes préparés à de telles éventualités. Aucune donnée n'a fuité".

Laboratoire de référence

Selon le NRC Handelsblad, les deux espions transportaient du matériel qui leur aurait permis d'entrer dans le réseau informatique du Laboratoire de Spiez.

La Haye accueille le siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui s'occupe activement des événements en Syrie et à Salisbury. L'un de leurs laboratoires de référence est justement celui de Spiez.

Selon des informations publiées par les rédactions de Tamedia vendredi soir, les deux agents russes auraient également espionné l'Agence mondiale antidopage basée à Lausanne. Le Ministère public de la Confédération (MPC) enquête depuis mars 2017 sur une cyberattaque contre l'Agence, a indiqué le MPC aux médias.

ats/pym/mh

Publié vendredi à 12:07 - Modifié samedi à 13:58

Le DFAE convoque l'ambassadeur de Russie

Interrogé par la RTS, le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a annoncé avoir convoqué l’ambassadeur de Russie pour protester contre "cette tentative d’attaque". Le DFAE a "exigé de la Russie de mettre fin immédiatement à ses activités d’espionnage" sur le territoire suisse. Les contrôles lors des accréditations de diplomates ont par ailleurs été renforcés.