Modifié le 04 septembre 2018 à 16:13

La Suisse figure au onzième rang mondial des exportateurs d'armes

Fabrication de munitions chez Ruag.
Fabrication de munitions dans l'entreprise suisse Ruag. [Alessandro della Valle - Keystone]
La Suisse a exporté pour 412 millions de francs de matériel de guerre en 2016, correspondant à 0,14% des exportations helvétiques totales de marchandises. La Suisse occupe ainsi la 11e place au niveau mondial.

Les cinq principaux pays de destination de ce matériel étaient en 2016 l'Allemagne, l'Afrique du Sud, l'Inde, les Etats-Unis et le Pakistan, indique le Contrôle fédéral des finances dans son rapport publié lundi.

Les exportations de matériel de guerre sont autorisées par le Secrétariat d'Etat à l'économie, mais aussi, selon la nature de la transaction, par le Département fédéral des affaires étrangères et d'autres départements.

En cas de désaccord entre les différentes autorités, ou si les demandes sont cruciales en terme de politique étrangère ou de sécurité, c'est le Conseil fédéral qui tranche.

Assouplissement des règles

En 2008, le Conseil fédéral avait durci les règles pour combattre l'initiative du GSsA contre les exportations de matériel de guerre. L'armement fabriqué en Suisse ne pouvait par conséquent pas être exporté vers des pays violant systématiquement et gravement les droits humains. Depuis, ces règles ont été assouplies à plusieurs reprises.

ats/yor/jvo

Publié le 03 septembre 2018 à 23:00 - Modifié le 04 septembre 2018 à 16:13

21 États actuellement placés sur "liste noire"

L’exportation de matériel militaire suisse reste pour l’heure exclue si le pays de destination est impliqué dans un conflit armé interne. Le Conseil fédéral ayant toutefois décidé en juin dernier d'assouplir l'ordonnance concernée, il devrait bientôt être possible d'exporter des armes dans des pays en état de guerre civile, s'il n'y a pas de raison de penser qu'elles seront utilisées dans le conflit.

Les critiques craignent qu'avec un tel assouplissement, les exportations d'armes soient par exemple autorisées vers la Turquie. Actuellement, l’exportation est prohibée vers 21 États, dont la Syrie et la Libye.