Modifié le 20 août 2018 à 10:55

Le monde politique s'inquiète aussi de la pénurie de médicaments

Médicaments.
Le monde politique s'empare de la question de la pénurie de médicaments La Matinale / 1 min. / le 20 août 2018
Alors que médecins et patients s'inquiètent de la pénurie de certains médicaments, le monde politique s'empare de la question. Le sujet sera abordé lors de la session d'automne.

Quatorze médicaments et huit vaccins sont en rupture de stock, selon la liste actuelle de la Confédération. Et certains d'entre eux ne seront pas disponibles avant l'automne. "Un anti-allergique qui fait défaut en plein été, saison des piqûres de guêpes, c’est inacceptable dans un pays comme la Suisse", a commenté Michel Matter, président de l’Association des médecins genevois et vice-président de la FMH, dans La Matinale de lundi.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ne sont pas épargnés: 89 médicaments font défaut, selon le pharmacien-chef Pascal Bonnabry, interrogé la semaine passée par la RTS.

Responsabilité de la Confédération

Le problème est récurrent, mais il interpelle les élus fédéraux. "Lorsqu'il s'agit de médicaments essentiels, comme des vaccins ou des antibiotiques, j'estime que la Confédération a une responsabilité extrêmement forte vis-à-vis de la population", a relevé Rebecca Ruiz, présidente de la Fédération romande des patients dans La Matinale de lundi.

"Il faudrait qu'il y ait un ordre plus clair du Parlement pour aller de l'avant et pour envisager soit des négociations plus serrées avec l'industrie pharmaceutique, soit une production interne de certains vaccins", a encore déclaré la conseillère nationale (PS/VD).

Le conseiller national (PLR/FR) Jacques Bourgeois, lui-même concerné par la pénurie de médicaments, est du même avis. Il va interpeller le Conseil fédéral lors de la session d'automne, a-t-il indiqué au Matin Dimanche.

Des pistes ont déjà été évoquées, comme l'idée de confier la production de vaccins essentiels à la pharmacie de l'armée. Mais pour l'heure, elles n'ont pas été suivies de projets concrets.

Alexandra Richard/lan

Publié le 20 août 2018 à 10:54 - Modifié le 20 août 2018 à 10:55

Interpharma réagit

La faitière des pharmas en Suisse, Interpharma, a par ailleurs indiqué que les entreprises sont soucieuses de conserver les médicaments qu'elles fabriquent et de les distribuer aussi longtemps que la demande le justifie.