Modifié le 11 septembre 2018 à 13:40

Les initiatives sur l'alimentation séduisent les Suisses, selon un sondage SSR

Premier sondage SSR pour les votations du 23 septembre: les deux initiatives alimentaires sont plébiscitées à plus de 70%
Premier sondage SSR pour les votations du 23 septembre: les deux initiatives alimentaires sont plébiscitées à plus de 70% 19h30 / 3 min. / le 17 août 2018
Les citoyens accepteraient les textes sur l'alimentation et l'encouragement au vélo soumis à votation le 23 septembre s'ils se prononçaient aujourd'hui, selon le premier sondage SSR. Mais l'opinion publique n'est encore que peu formée.

Le camp du oui à l'initiative pour des aliments équitables se lance dans la campagne avec l'avance la plus importante. Actuellement, 78% des Suisses se disent en faveur du texte, alors que 20% sont contre, indique vendredi la première enquête SSR réalisée par l'institut gfs.bern.

Mais seuls 51% des intentions de vote indiquées sont fermes, précise gfs.bern. Ainsi, les deux camps disposent d'une marge de manoeuvre sur cette initiative qui demande à la Confédération de renforcer l'offre de denrées alimentaires sûres et de bonne qualité.

A l'heure actuelle, tous les groupes de population se prononcent pour le texte lancé par les Verts, quelle que soit leur sympathie politique. Les électeurs proches du PDC, du PLR et de l'UDC sont également favorables au projet, alors que ces partis se sont positionnés contre le texte.

Certains groupes se montrent un peu plus critiques envers l'initiative. C'est le cas des hommes, des personnes aux revenus plus élevés, des Tessinois et des Suisses allemands, de même que les électeurs accordant leur confiance au gouvernement.

Argument le plus populaire du camp du oui, l'interdiction d'importer de la viande et des oeufs issus de l'élevage intensif convainc 79% des sondés. Le risque de conflits avec les partenaires commerciaux constitue le thème le plus porteur des opposants. Il est approuvé par 72% des répondants.

Un oui à la souveraineté alimentaire

Les citoyens devront se prononcer sur une autre initiative relative à l'alimentation le 23 septembre prochain: le texte d'Uniterre pour une souveraineté alimentaire, qui exige une agriculture écologique, sans OGM et tournée vers la production locale.

Les intentions de vote vis-à-vis de ces deux projets sont nettement corrélées, explique gfs.bern. Les citoyens qui acceptent l'un des deux textes diront selon toute probabilité oui à l'autre.

Actuellement, 75% des électeurs approuvent l'initiative pour une souveraineté alimentaire, alors que 22% se disent contre. Mais seuls 43% des intentions de vote indiquées sont fermes.

De nouveau, tous les groupes de population acceptent le projet. L'électorat du PLR se montre le plus défavorable (35% de non). Les hommes, les jeunes, les personnes à haut revenu ou habitant dans de petites agglomérations ou en Suisse italienne, ainsi que les électeurs confiants envers le gouvernement sont également un peu plus réservés.

L'argument le plus porteur des partisans se révèle être la nécessité de protéger les terres agricoles pour les générations futures (95% de sondés favorables). Quant aux opposants, ils s'avèrent plus convaincants quand ils évoquent le libre-choix des consommateurs (74%).

Un contre-projet à l'initiative vélo qui convainc

Pour finir, l'arrêté fédéral sur les voies cyclables est également approuvé par les citoyens. A l'heure actuelle, 64% des Suisses y sont favorables, 26% contre. Pour ce contre-projet à une initiative de Pro Velo retirée entre-temps, l'opinion publique est encore moins formée: seuls 38% des sondés sont fermement décidés.

Pas de clivage politique ici non plus. A gauche comme à droite, les sondés se disent favorables au texte. "Signe que le cyclisme fait partie du quotidien et que la promotion du vélo est une mission acceptée", analyse gfs.bern. Seuls les partisans de l'UDC se montrent un peu plus réservés et acceptent l'arrêté à 51%.

L'opposition est également légèrement plus marquée chez les citoyens qui se méfient du gouvernement, les moins jeunes et les Suisses italiens.

La prévention d'accidents grâce à des pistes cyclables constitue l'argument le plus porteur du camp du oui (85% de sondés favorables), le maintien du même niveau de trafic par mauvais temps celui du non (72%).

Sans évolution du débat, l'institut de recherche s'attend à un maintien ou une progression du oui. Pour les deux autres objets de votation, les résultats sont toutefois plus difficilement prévisibles. A peine entamées durant les vacances d'été, les campagnes des différents camps auront donc un rôle à jouer.

Tamara Muncanovic

Publié le 17 août 2018 à 06:00 - Modifié le 11 septembre 2018 à 13:40

Méthodologie utilisée

Mandatée par la SSR, la première session de l'enquête Trend de l'institut de recherche gfs.bern en vue des votations du 23 septembre 2018 a été réalisée entre le 30 juillet et le 10 août 2018 auprès de 1200 titulaires du droit de vote sélectionnés de manière représentative. La marge d'erreur est de +/-2,9 points de pourcentage.

Le sondage publié vendredi fait le point à plus d'un mois du scrutin. Il ne s'agit pas d'une prévision, mais d'une présentation du contexte au lancement des principales campagnes de votation, rappelle gfs.bern.

Si ces objets fédéraux avaient été soumis au peuple cet été, la participation se serait élevée à 40%, précise l'institut.