Modifié le 10 août 2018

La Suisse à nouveau tancée sur la transparence financière des partis

Le Greco regrette que le Conseil fédéral refuse de légiférer sur la transparence des campagnes électorales.
La Suisse à nouveau tancée sur la transparence financière des partis Le 12h30 / 1 min. / le 10 août 2018
La Confédération a rendu public vendredi le 5e rapport de conformité sur la transparence en matière de financement des partis du Groupe d'Etats contre la corruption. Celui-ci se montre très sévère envers la Suisse.

Dans le document publié par le Département fédéral de justice et police, Groupe d'Etats contre la corruption (Greco) regrette que les autorités fédérales ne légifèrent pas pour rendre le système plus transparent. Car la situation en Suisse reste "largement insuffisante", estiment les experts de cet organe du Conseil de l'Europe.

Le Greco avait déjà fait six recommandations, dont l'introduction de règles comptables pour les partis et les comités de campagne ou l'obligation pour les candidats et les partis de communiquer tous les dons reçus.

Pas d'entrée en matière du Conseil fédéral

Mais le Conseil fédéral campe sur ses positions: le système suisse ne saurait être compatible avec une réglementation sur la transparence, estime-t-il, et les sommes brassées par le système de milice helvétique sont bien moins importantes que dans d'autres pays européens.

Les experts du Greco regrettent ce positionnement, mais saluent en revanche l'aboutissement de l'initiative populaire de gauche sur la transparence.

La procédure de non-conformité se poursuit donc contre la Suisse. Une rencontre de haut niveau entre le gouvernement helvétique et l'organe du Conseil de l'Europe reste prévue. La Suisse doit remettre d'ici mars 2019 un état d'avancement des travaux.

Stéphane Deleury/oang

Publié le 10 août 2018 - Modifié le 10 août 2018

Evolution positive dans les cantons

Si le Conseil fédéral campe sur ses positions en matière de transparence du financement des partis, les choses bougent dans certains cantons.

Schwyz et Fribourg ont accepté récemment des initiatives populaires sur la transparence - des décisions populaires saluées par le Greco.

Désormais, cinq cantons ont une législation en la matière. Cela montre que la demande d'une plus grande transparence du financement de la vie politique existe en Suisse, écrivent les auteurs du rapport.