Modifié le 05 août 2018

Près de 50% des requérants d'asile érythréens sont des bébés nés en Suisse

Le renvoi des requérants érythréens divise en Suisse.
L'Erythrée reste le premier pays de provenance des demandeurs d'asile en Suisse. Sur la photo, des jeunes Erythréens dans l'église Saint-Laurent à Lausanne. [Keystone]
En juin, 56% des demandes d’asile en provenance d’Erythrée (118 cas) concernaient des bébés nés en Suisse dont les parents attendent une décision de Berne, selon une information du Matin Dimanche.

Sur l’ensemble du premier semestre, le taux de bébés érythréens atteint 42%. En 2007, la proportion était de 38%. Cette hausse s'explique surtout par le fait que le nombre de requérants érythréens a été divisé par trois depuis 2015, en raison de conditions d'octroi d'asile plus dures.

Sous la Coupole, la Verte Lisa Mazzone (Verts/GE), interrogée par Le Matin Dimanche, revendique un droit du sol et estime que la décision du SEM devrait prendre en compte les naissances dans sa décision, ce qu'il ne fait pas actuellement.

Une idée que Michael Buffat (UDC/VD) voit d'un très mauvais oeil: "Ça créerait un appel d’air", affirme-t-il estimant que la migration érythréenne est une bombe à retardement.

Enfin pour Raphaël Comte (PLR/NE), il faut surtout "accélérer les procédures" pour éviter "les drames humains et les déracinements".

nr avec l'ats

Publié le 05 août 2018 - Modifié le 05 août 2018