Modifié le 30 juin 2018 à 23:04

L'enseignement du "bien manger" pourrait faire l'objet d'une initiative

La slow food met vos sens en éveil.
Une initiative populaire pourrait être lancée pour l'enseignement de l'alimentation à l'école Forum / 7 min. / le 30 juin 2018
Le mouvement Slow Food veut lancer une initiative populaire pour ancrer l'enseignement de l'alimentation à l'école dans la Constitution suisse. Un moyen de "lancer un débat" autour du "bien manger".

"C'est un moyen de lancer un vaste débat (...) en lien avec l'éducation et avec tous les problèmes de santé publique, par exemple le surpoids. En lien aussi avec la perte de repères, non seulement des enfants, mais aussi des adultes, par rapport au fait alimentaire", estime Yvan Schneider, président de la section vaudoise de Slow Food, invité samedi de l'émission Forum de la RTS.

Le Plan d'études romand (PER) prévoit déjà une éducation nutritionnelle. Pourquoi vouloir un article constitutionnel sur le sujet? Pour Yvan Schneider, qui est aussi formateur à la Haute école pédagogique (HEP), il ne s'agit pas de faire pression sur l'éducation. Mais s'il estime que "le PER est très complet", il souligne qu'en matière d'éducation nutritionnelle, "il n'y a pas de formation à la HEP pour les futurs enseignants primaires, ne serait-ce qu'en option, pas de méthodologie... cela n'est pas traduit dans les faits, à part des expériences sporadiques".

Au niveau secondaire, il existe une branche dédiée aux sciences alimentaires, "mais là aussi, on est passés de quatre périodes à une seule dans le canton de Vaud", regrette Yvan Schneider.

Discipline "transversale"

Le "bien manger" n'est-il pas d'abord une affaire privée, qui se transmet au sein de la famille? "Naturellement. Mais il en va de même pour la musique ou le sport...", argumente Yvan Schneider. "En ce qui concerne l'alimentation, le message des parents ne passe pas toujours très bien. Je pense que passer par l'école, c'est une bonne formule", estime-t-il.

Connaître les bases de l'alimentation, de la nutrition, de la diététique, savoir cuisiner... pour Yvan Schneider, un tel enseignement est "fondamental", car c'est une discipline "transversale" qui aborde "le goût, la géographie, l'histoire, la science" mais aussi "la création, le travail de la matière: pétrir, par exemple, c'est retrouver des gestes ancestraux très importants".

L'argumentaire définitif de l'initiative sera soumis en août au Congrès annuel de l'association.

Propos recueillis par Mehmet Gultas/jvia

Publié le 30 juin 2018 à 22:42 - Modifié le 30 juin 2018 à 23:04