Doris

Minute par minute

Publié le 27 septembre 2018 à 10:27 - Modifié le 27 septembre 2018 à 23:18

Bien qu'attendue, la démission de Doris Leuthard a provoqué une vive émotion

Doris Leuthard, 55 ans, a annoncé jeudi sa démission à la fin 2018. Plus ancienne ministre en exercice, la démocrate-chrétienne aura passé plus de 12 ans au Conseil fédéral. Elle avait été élue le 14 juin 2006 à la succession de son collègue de parti Joseph Deiss.

Présidente du gouvernement à deux reprises, en 2010 et en 2017, Doris Leuthard a dirigé le Département fédéral de l'économie (DFE) de 2006 à 2010 avant de reprendre les rênes du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et des communications (DETEC).

Présidente du PDC au moment de son accession au Conseil fédéral, l'Argovienne a également été conseillère nationale de 1999 à 2006. Elle a toujours figuré parmi les ministres les plus populaires du gouvernement et n'a presque jamais connu la défaite dans les urnes.

Suivi assuré par Mouna Hussain, Feriel Mestiri et Victorien Kissling

  • 21h30

    Retour sur l'émotion de cette journée

    Bien qu'attendue, la démission de Doris Leuthard a provoqué une vive émotion à Berne.

    >> Voir le reportage du 19h30:

    La démission de Doris Leuthard était attendue. Elle a néanmoins provoqué l'émotion. Une journée particulière sous la Coupole.
    19h30 - Publié le 27 septembre 2018

  • 20h45

    16 votations remportées sur 18

    Le bilan politique de Doris Leuthard est, en chiffres en tous les cas, exceptionnel: 16 batailles gagnées sur 18 votations.

    Le bilan politique de Doris Leuthard est, en chiffres en tous les cas, excpetionnel: 16 batailles gagnées sur 18 votations.
    19h30 - Publié le 27 septembre 2018

  • 20h15

    La question du nucléaire

    Le nom de Doris Leuthard restera dans l'histoire. En 2011, elle annonce la sortie du nucléaire pour la Suisse. Une volte-face surprenante.

    Son nom restera dans l'histoire. En 2011, elle annonce la sortie du nucléaire pour la Suisse. Une volte-face surprenante.
    19h30 - Publié le 27 septembre 2018

  • 19h45

    Standing ovation au National

    Doris Leuthard a terminé sa longue journée devant le Parlement en faisant face à une standing ovation des élus au Conseil national. Le président de la Chambre Dominique de Buman a tenu à lui exprimer son sentiment de gratitude pour tout le travail fait pendant douze ans.

    Doris Leuthard s'est engagée avec une énergie "renouvelable" et toujours avec bonne humeur, a souligné le Fribourgeois. Avant de lui dire un "immense merci".

  • 19h00

    Les défis du DETEC

    Le DETEC, un département mammouth qui recoupe l'environnement, les transports, l'énergie et la communication, se cherche un ou une nouvelle cheffe.

    Quel profil pour le/la successeur de Doris Leuthard?

    >> Le débat entre les conseillers nationaux, tous deux membres de la commission de l'environnement, Roger Nordmann (PS/VD), et Benoît Genecand, (PLR/GE), dans Forum:

    Benoît Genecand et Roger Nordmann.
    Gaëtan Bally - Keystone
    Forum - Publié le 27 septembre 2018

  • 18h15

    Doris Leuthard, une figure centrale de la politique suisse

    Plus ancienne ministre en exercice, Doris Leuthard a souvent gagné mais son échec le plus cuisant est le dossier européen, malgré sa proximité avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

    >> L'analyse de Thibaut Schaller dans Forum:

    Doris Leuthard et Jean-Claude Juncker en novembre 2017.
    Peter Klaunzer - Keystone
    Forum - Publié le 27 septembre 2018

  • 17h05

    Les candidats PDC potentiels

    Le remplacement de Johann Schneider Ammann semble clair, la succession de Doris Leuthard s'annonce plus ouverte.
    19h30 - Publié le 27 septembre 2018
     

     

    Les femmes:

    Les noms des conseillères nationales Viola Amherd (VS), ex-présidente de l'exécutif de Brigue, et Elisabeth Schneider-Schneiter (BL) sont souvent avancés. Parmi les candidates potentielles figurent également les conseillères nationales Ida Glanzmann (LU), Andrea Gmür (LU), Ruth Humbel (AG) et la conseillère aux Etats Brigitte Häberli (TG).

    Une conseillère d'Etat pourrait aussi être de la partie comme l'Uranaise Heidi Z'Graggen ou l'Argovienne Carmen Haag. Si une femme s'impose au final, elle serait la troisième ministre PDC après Ruth Metzler, évincée en 2003, et Doris Leuthard.

    Les hommes:

    Le Grison Martin Candinas ou l'Obwaldien Erich Ettlin pourraient jouer la carte régionale. Le Soleurois Pirmin Bischof pourrait également avoir des ambitions gouvernementales. Tout comme le conseiller d'Etat saint-gallois Benedikt Würth.

    >> Lire plus de détails: La double vacance au Conseil fédéral ouvre le jeu des successions

     

    Galerie photo des potentiels candidats PDC.
    Galerie photo des potentiels candidats PDC. [ - Keystone]
     

  • 16h15

    Les réactions des partis

    Les partis ont salué une "forte personnalité" dotée d'une "vaste expérience politique". Le bilan de la ministre PDC est loué, en particulier son rôle dans la sortie de la Suisse du nucléaire.

    Le PDC a pris connaissance jeudi avec regret et respect du départ de Doris Leuthard pour la fin 2018. "C'est une grande perte", a déclaré le président du parti Gerhard Pfister. L'Argovienne est "l'une des personnalités les plus fortes du Conseil fédéral", a-t-il dit.

    Le PLR a lui souligné dans un communiqué sa "vaste expérience politique". Elle lui a permis de remporter des succès que ce soit en politique énergétique et climatique, économique ou dans le domaine de la formation. Pour le PLR, le plus grand mérite de Doris Leuthard à la tête du Département des transports est d’avoir assuré le financement à long terme de l’infrastructure des transports, selon le communiqué du parti.

    "C'était vraiment une rassembleuse", a estimé le conseiller national Jacques-André Maire (PS/NE) au micro de la RTS. Elle a su tenir compte des minorités géographiques, mais aussi des différentes tendances politiques." La conseillère nationale Ada Marra (PS/VD) relève le rôle qu'a joué Doris Leuthard dans la sortie du nucléaire, "une vraie révolution".

    La conseillère nationale verte vaudoise Adèle Thorens Goumaz a salué le "courage politique et la vision" de Doris Leuthard sur la sortie du nucléaire, et sa capacité à se remettre en question. Pour l’ancien conseiller national Christian Van Singer (Verts/VD), également porte-parole du mouvement antinucléaire romand, Doris Leuthard "a eu le courage" de décider l'arrêt du nucléaire, "mais elle n'a pas su régler un problème: celui de la sortie".

    L'Argovienne subit aussi son lot de critiques. "Elle a passé de plus en plus à gauche", regrette la vice-présidente de l'UDC et conseillère nationale Céline Amaudruz. La Genevoise reproche notamment à Doris Leuthard de ne pas avoir assez défendu les intérêts de la route. Le conseiller national Jean-François Rime (UDC/FR) estime qu'elle "avait peut-être du mal à accepter la contradiction".

    >> Voir le sujet du 19h30 sur les réactions:

    Les réactions sont quasi unanimes pour saluer le travail politique de Doris Leuthard. Hommages tous azimuts.
    19h30 - Publié le 27 septembre 2018

  • 15h55

    Une page qui se tourne

    Le départ de Doris Leuthard, "un poids lourd de la Berne fédérale", est une page qui se tourne.

    >> Le sujet du 12h45 sur les réactions:

    Démission de Doris Leuthard: après les réactions, les stratégies se préparent
    12h45 - Publié le 27 septembre 2018

  • 15h30

    Les images fortes

    En 12 ans au Conseil fédéral, Doris Leuthard a laissé de nombreuses images marquantes:

  • 14h45

    Remerciements du gouvernement argovien

    Le gouvernement argovien a remercié Doris Leuthard pour son engagement au sein du Conseil fédéral. Elle a été une "ambassadrice précieuse" pour l'Argovie.

    Doris Leuthard fut à Berne "une représentante exceptionnelle" de son canton, écrit l'exécutif argovien. Elle a fait, ou initié, des choix déterminants dans les domaines de l'économie, de l'énergie et des transports, qui sont importants pour le canton d'Argovie.

    La démission de Doris Leuthard a été accueillie avec regret et gratitude dans sa commune de Merenschwand. "Elle a bien fait son travail", a déclaré Claudia Dobler, vice-maire de la commune argovienne qui compte 3400 habitants.

  • 14h00

    Son portrait en vidéo

    "Une femme de conviction et qui a su jouer sur le rassemblement".

    >> Le portrait de Doris Leuthard au 12h45:

    Portrait de Doris Leuthard: une femme de conviction et qui a su jouer sur le rassemblement
    12h45 - Publié le 27 septembre 2018

  • 13h25

    "Je n’ai jamais pensé en termes droite et gauche"

    Dans un échange avec la RTS juste après l'annonce de son retrait du Conseil fédéral, Doris Leuthard vante le travail de consensus au sein du Conseil fédéral et dans le pays.

    Lire: Doris Leuthard: "Je n’ai jamais pensé en termes droite et gauche"

     

    Doris Leuthard: "Je suis une femme PDC, par nature au centre"
    L'actu en vidéo - Publié le 27 septembre 2018
     

  • 12h50

    De Roger Nordmann à Petra Gössi: louanges à Berne

    Que ce soit à droite ou à gauche de l'échiquier politique, les élus ont salué jeudi le travail de Doris Leuthard au Conseil fédéral. "Je vais la regretter", a déclaré le président du PDC Gerhard Pfister.

    Les réactions politiques à Berne à la démission de Doris Leuthard
    L'actu en vidéo - Publié le 27 septembre 2018

  • 12h35

    Le PS Mathias Reynard déplore sa passivité sur la question des transports

    "Globalement, le bilan de Doris Leuthard est bon", réagit le conseiller national Mathias Reynard sur La Première.

    Mais pour la question du transport, le socialiste valaisan déplore "trop de passivité sur la protection des Alpes".

    La conseillère d'Etat Nuria Gorrite (PS/VD) a pour sa part mis en avant le fait que Doris Leuthard a su travailler avec les cantons: "elle a replacé la Suisse romande dans le paysage national au niveau des projets" d'infrastructures.

    "Elle a un profil, au départ, assez libéral, elle est proche de l'économie, elle est un peu pronucléaire. Et puis, au fur et à mesure qu'elle habite cette fonction, on voit qu'elle se transfigure."

  • 12h20

    Les Verts saluent son engagement anti-nucléaire

    Sur les ondes de la Première, la conseillère nationale verte vaudoise Adèle Thorens Goumaz a salué le "courage politique et la vision" de Doris Leuthard sur la sortie du nucléaire, et sa capacité à se remettre en question.

    "Elle partait avec un mauvais préavis parce qu’elle vient d’un canton nucléaire, l’Argovie. (…) Elle a senti que le vent tournait, que le nucléaire n’était plus possible en Suisse."

    Pour l’ancien conseiller national Christian Van Singer (Verts/VD), également porte-parole du mouvement antinucléaire romand, Doris Leuthard "a eu le courage" de décider l'arrêt du nucléaire, "mais elle n'a pas su régler un problème: celui de la sortie".

    Il salue néanmoins l’héritage politique de la conseillère fédérale démissionnaire: "Les Verts ont beaucoup apprécié son action, dans le domaine de l’énergie, de l’économie verte, des transports. Donc je me joins au tissu de louanges qu’on a entendus jusqu’à présent."

    L'organisation environnementale Greenpeace a également remercié Doris Leuthard pour son rôle dans la sortie prévue du nucléaire de la Suisse. "Elle est candidate à la médaille de sortie de l'atome."

  • 11h57

    Les élus PDC applaudissent leur ministre

    Plusieurs élus démocrates-chrétiens ont salué jeudi sur les ondes de La Première la carrière de leur conseillère fédérale.

    Selon le PDC genevois Guillaume Barazzone, Doris Leuthard serait "inquiète pour l’avenir de notre pays".

    Le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay, ancien président du parti, a pour sa part parlé d'une grande dame de la politique. Sur RTS La Première, il a précisé que la question européenne "préoccupe beaucoup Doris Leuthard aujourd'hui".

    Quant à la Jurassienne Anne Seydoux-Christe, elle a salué le "profil libéral-social" de la conseillère fédérale démissionnaire, souhaitant que ce trait "continue à être représenté au Conseil fédéral ".

    Sur Twitter, le PDC Suisse a rendu un hommage appuyé à sa conseillère fédérale. "Au cours des vingt dernières années, Doris Leuthard a façonné la politique suisse en tant que conseillère nationale, présidente du parti et conseillère fédérale par son incomparable présence. Doris Leuthard a beaucoup donné à la Suisse et au PDC."

  • 11h40

    Le PLR ne convoite pas le siège

    Les libéraux-radicaux ont pris connaissance jeudi de la démission de Doris Leuthard et remercient l'Argovienne pour ses 12 années d'engagement au Conseil fédéral.

    Les libéraux-radicaux précisent par ailleurs tenir à la formule magique 2-2-2-1, à savoir deux sièges pour chacun des trois partis les plus forts et un siège pour le quatrième parti.

    Le PLR annonce ainsi ne pas remettre en cause la revendication du PDC à un siège au Conseil fédéral, et qu'il s'en tiendra, comme toujours, aux candidats officiels.

    Il attend une sélection de profils appropriés complets, en plus d’une capacité à mener une politique axée sur le consensus.

  • 11h35

    Candidat(e)s à la succession

    Le président du PDC Gerhard Pfister a immédiatement annoncé après la démission de la conseillère fédérale Doris Leuthard n'être pas candidat à sa succession. "Je suis président de parti, ma responsabilité est d'assurer le succès aux Fédérales 2019".

    Le président démocrate-chrétien a assuré qu'il présentera au moins une femme à la succession. "Le PDC ne peut pas se permettre de ne pas avoir au moins une femme sur le ticket."

    Viola Amherd sur les rangs?

    Pressentie à la course à la succession de Doris Leuthard, la conseillère nationale PDC Viola Amherd a tempéré sur les ondes de la Première: "Je vais discuter avec mes proches et avec mon parti, ces réflexions prennent un certain temps."

  • 11h20

    L'UDC Jean-François Rime: "Elle a eu des années faciles"

    Le conseiller national UDC fribourgeois Jean-François Rime a souligné sur les ondes de La Première la "forte personnalité de Doris Leuthard", tout en relevant "qu'elle a eu des années un peu faciles au Conseil fédéral au niveau politique"

    Le président de l'UDC Albert Rösti, qui admet volontiers des "divergences avec Doris Leuthard", précise qu'"elle a toujours différencié les dossiers, les divergences et les personnes".

  • 11h15

    L'analyse de Vincent Bourquin

    "Doris Leuthard allait sur le terrain, elle était proche des gens", analyse sur La Première de la RTS Vincent Bourquin.

  • 11h00

    Doris Leuthard, émue, s'exprime devant la presse

    Lors de sa conférence de presse, la conseillère fédérale Doris Leuthard a précisé qu'elle avait initialement prévu d'annoncer sa démission vendredi. "Vous avez reçu ma lettre avec la mauvaise date", a-t-elle dit amusée.

    "Ceci est lié aux spéculations et rumeurs des dernières semaines, a précisé la conseillère fédérale. Tout le monde était déjà à l'affût, et c'est pourquoi j'ai choisi de le faire aujourd'hui."

    Le débat sur la politique européenne prévu vendredi n'a joué aucun rôle dans cette décision, a-t-elle assuré.

    Quelques larmes

    La conseillère fédérale n'a pas pu s'empêcher d'essuyer quelques larmes devant la presse. Elle a invoqué une certaine lassitude après douze ans en fonction.

    Son retrait est lié à beaucoup d'émotion car tout changement signifie un nouveau départ. "J'ai fait mon travail avec beaucoup de coeur et j'espère que je l'ai bien fait", a-t-elle déclaré la voix étranglée.

    La ministre des infrastructures a précisé avoir essayé de modeler la politique et non d'administrer les dossiers. Selon elle, il faut chercher des solutions et non gérer les problèmes, trouver un équilibre entre les visions et non chercher la confrontation.

    >> Voir la vidéo de Doris Leuthard:

    Emue, la conseillère fédérale Doris Leuthard explique sa démission
    L'actu en vidéo - Publié le 27 septembre 2018

    Plus de femmes

    Interrogée sur la nécessité d'être remplacée par une femme, l'Argovienne a botté en touche.

    Il faudrait évidemment davantage de femmes, mais la qualité reste primordiale. "Il y a suffisamment de femmes et d'hommes compétents pour me remplacer."

    Contact avec les citoyens

    "J'ai gagné 16 votations sur 18 car la population a fait preuve de maturité, s'est félicitée Doris Leuthard. Le contact avec les citoyens était très important."

    "Je me réjouis des trois derniers mois, et je vais m'engager jusqu'à la dernière minute", a-t-elle promis.

    >> Ecouter les explications du 12h30 de la Première:

    Doris Leuthard a perdu son combat pour une vignette autoroutière à 100 francs en 2013.
    Karl Mathis - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 27 septembre 2018

    Une vie après le Conseil fédéral

    "Il y a aussi une vie après le Conseil fédéral. Je me réjouis de toutes les nouvelles choses qui vont m'arriver et de passer du temps avec ma famille."

  • 10h50

    Pas de Latin

    La double démission de Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann ouvre le jeu des successions.

    Avec déjà trois Latins au Conseil fédéral, l'élection d'un Romand ou d'un Tessinois est quasiment exclue. Cette fois, ce sont la Suisse orientale, la Suisse centrale et la Suisse du nord-ouest qui vont afficher leurs revendications.

    La pression viendra surtout des femmes, qui donneront de la voix pour éviter que la socialiste Simonetta Sommaruga ne se retrouve seule au gouvernement.

  • 10h45

    Double vacance au Conseil fédéral

    Les départs de Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann entraînent une double vacance au Conseil fédéral.

    Cela ne s'était plus produit depuis 2010, lorsqu'il avait fallu élire le même jour les successeurs de Moritz Leuenberger et Hans-Rudolf Merz.

    C'est justement Johann Schneider-Ammann qui en avait profité alors pour entrer au gouvernement avec Simonetta Sommaruga. Comme à l'époque, les partants n'ont une fois de plus pas concerté leur annonce de départ.

    Il faut remonter à 1999 avec les démissions d'Arnold Koller et Flavio Cotti pour voir l'arrivée conjointe de Joseph Deiss et Ruth Metzler. C'est le dernier tandem démocrate-chrétien à avoir siégé au gouvernement.

    Depuis 1959, le scénario d'une double vacance s'est présenté neuf fois. Deux fois, il a même fallu remplacer plus de deux conseillers fédéraux simultanément.

  • 10h30

    Démission annoncée devant le National

    Le président du National a lu jeudi à 10h30 la lettre de démission de la conseillère fédérale Doris Leuthard durant la session d'automne des Chambres. Celle-ci quittera le Conseil fédéral à la fin de l'année.

    >> Voir la lecture de la lettre de démission:

    La lettre de démission de Doris Leuthard, lue par Dominique de Buman
    L'actu en vidéo - Publié le 27 septembre 2018

    "Le temps est venu de faire place à des forces neuves", a écrit Doris Leuthard dans sa lettre de démission, tout en invitant les parlementaires à cultiver le goût du dialogue.

    Précisant qu'elle était désormais dans sa 13e année au gouvernement, l'Argovienne a relevé que cette tâche impliquait de lourdes responsabilités envers le pays mais aussi une grande marge de création politique. "Je me suis acquittée de cette tâche exigeante mais aussi enrichissante et variée".

    L'annonce a été suivie d'une longue ovation. Une conférence de presse aura lieu à 11h.

    >> Voir les remerciements du président du National:

    Le président du Conseil national remercie Doris Leuthard pour son travail
    L'actu en vidéo - Publié le 27 septembre 2018

    >> Ecouter les explications du 12h30 sur La Première:

    Doris Leuthard était émue en annonçant sa démission.
    Anthony Anex - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 27 septembre 2018

  • La galerie photos

    Douze ans au Conseil fédéral résumés en 30 photos

    >> Voir le portrait de Doris Leuthard en vidéo:

    Le portrait de la conseillère fédérale Doris Leuthard
    L'actu en vidéo - Publié le 27 septembre 2018

  • Victoires et défaites

    Doris Leuthard, beaucoup de victoires et quelques défaites

    Le règne de Doris Leuthard à la tête du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et des communications (DETEC) a été marqué par de nombreux combats menés dans les urnes, presque tous gagnés.

    C'est en mai 2017 que la ministre PDC a remporté sa plus grande victoire, le peuple donnant son blanc-seing à plus de 58% à sa Stratégie énergétique 2050, qui impliquait la sortie progressive du nucléaire. Quelques mois plus tôt, les Suisses l'avaient déjà suivie en refusant une initiative des Verts pour une sortie précipitée de l'atome.

    Doris Leuthard a également réussi à convaincre la population sur deux importants projets destinés à financer les infrastructures sur le long terme, le fonds routier FORTA en février 2017 et l'arrêté fédéral sur le financement du rail FAIF trois ans plus tôt, tous deux acceptés à 62%.

    Et c'est une ministre des Transports très émue qui, le 1er juin 2016, a eu l'honneur d'inaugurer le tunnel ferroviaire du Gothard, après plus de 17 ans de travaux. Cet ouvrage titanesque, le plus long du monde avec 57 kilomètres, avait été accepté par les Suisses en 1992.

    >> Lire aussi: La Suisse et l'Europe se retrouvent au Gothard, retour sur une journée historique

    Doris Leuthard a tout de même connu quelques ratés. L'Argovienne a notamment perdu son combat pour la vignette autoroutière à 100 francs en novembre 2013. Elle a également échoué à convaincre les Suisses de rejeter l'initiative de Franz Weber visant à limiter les résidences secondaires en mars 2012.

    Mais c'est surtout l'affaire CarPostal qui assombrit la fin du mandat de la cheffe du DETEC. Le scandale de fraude au subventionnement public dans cette filiale de La Poste - un bastion du PDC - suscite l'émoi sous la Coupole fédérale depuis sa révélation en février 2018. L'affaire a poussé la directrice de La Poste Susanne Ruoff à la démission et l'ensemble de la direction de CarPostal a été remercié.

    >> Lire aussi: La direction de CarPostal suspendue par le conseil d'administration de La Poste

  • Avant le Conseil fédéral

    Le parcours de Doris Leuthard avant le Conseil fédéral

    Active dans de nombreuses sociétés locales, Doris Leuthard est passée du métier d’avocate à celui de présidente du PDC. Retour en vidéo sur son parcours avant son entrée au Conseil fédéral.

    Le parcours de D.Leuthard avant le Conseil fédéral

  • Election au Conseil fédéral

    La vidéo de son élection au Conseil fédéral le 14 juin 2006

    Le 14 juin 2006, la démocrate-chrétienne Doris Leuthard était élue au Conseil fédéral, succédant à son collègue de parti fribourgeois Joseph Deiss. Retour en vidéo sur cette journée historique pour l'Argovienne.

    L'entrée au Conseil fédéral de Doris Leuthard