Modifié le 25 juin 2018 à 12:14

"La préférence indigène n'est pas compatible avec les traités signés"

Entretien avec Antoine Vielliard, maire de St-Julien-en-Genevois, sur la "préférence indigène"
Entretien avec Antoine Vielliard, maire de Saint-Julien-en-Genevois (F), sur la "préférence indigène" 19h30 / 6 min. / le 24 juin 2018
Le maire de la commune frontalière de Saint-Julien-en-Genevois (F) Antoine Vielliard était dimanche l'invité du 19h30, une semaine avant l'entrée en vigueur en Suisse de la préférence indigène "light".

La préférence indigène "light" entrera en vigueur le 1er juillet, en réponse à l’initiative contre l’immigration de masse adoptée en février 2014 par les Suisses.

Chaque offre d’emploi issue d’un secteur où le taux de chômage dépasse les 8% devra désormais être ouverte d'abord aux chômeurs inscrits dans des offices de placement régionaux, lesquels auront une longueur d'avance pour trouver du travail.

>> Le sujet du 19h30:

Emplois: la préférence indigène light favorisera les chômeurs inscrits dans les offices de placement
19h30 - Publié le 24 juin 2018

Le maire de la commune frontalière de Saint-Julien-en-Genevois (F) Antoine Vielliard ne voit pas la préférence indigène d'un bon oeil. Invité du 19h30 de la RTS dimanche, il a martelé que "la préférence indigène n'est pas compatible avec les traités qui ont été signés" entre la Suisse et l'UE.

"Il faut être cohérent"

"L'Union européenne s'est engagée à ouvrir ses marchés et à ne faire aucune discrimination à l'encontre des entreprises et des produits suisses. La contrepartie, c'est qu'il n'y ait aucune discrimination à l'encontre des Européens. (...) La Suisse peut tout à fait remettre en place les quotas (...), mais il faut pour cela qu'elle renonce à l'accès au marché européen et à la prospérité qui va avec."

Antoine Vielliard dit "comprendre" qu'un Etat donne un coup de pouce à ses résidents mais, selon lui, "il faut être cohérent". "On est sur un même marché", a développé le maire de Saint-Julien.

"La hausse du nombre de frontaliers est la conséquence directe du fait que le canton de Genève a attiré entre 10'000 et 15'000 emplois par an au cours des vingt dernières années mais n'a construit qu'un millier de logements", a-t-il encore ajouté.

ptur

Publié le 24 juin 2018 à 20:59 - Modifié le 25 juin 2018 à 12:14