Modifié

Feu vert fédéral pour la désaffectation de Mühleberg, une première en Suisse

La salle de contrôle de Mühleberg en 2016. [STEFAN BOHRER - Keystone]
Feu vert de la Confédération pour la désaffectation de Mühleberg (BE) / Le 12h30 / 1 min. / le 21 juin 2018
La voie est désormais libre pour la première désaffectation d'une centrale nucléaire en Suisse. Le groupe bernois BKW a reçu le feu vert de la Confédération pour la centrale de Mühleberg. Le réacteur sera déconnecté du réseau le 20 décembre 2019.

La décision du Département fédéral de l'énergie (DETEC), communiquée jeudi et sujette à recours, permet le commencement des travaux de désaffectation.

Ceux-ci seront menés conformément au projet présenté par les BKW en 2015 et avalisé par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) et la Commission fédérale de sécurité nucléaire (CSN).

La société BKW Energie SA avait annoncé en 2013 son intention de tirer la prise de Mühleberg. Elle avait invoqué des raisons économiques au vu des travaux de mise à niveau technique.

Facture réglée par l'exploitant

BKW assume la totalité des coûts de ce projet. Il a constitué les provisions nécessaires et verse l'argent dans le fonds de désaffectation et celui de gestion des déchets, tous deux soumis à la surveillance de la Confédération.

Les coûts de post-exploitation, de démantèlement et d'élimination des déchets sont estimés à 3 milliards de francs. La fin de la centrale située aux portes de Berne constitue la première désaffectation d'un réacteur de puissance en Suisse.

ats/pym

Publié Modifié

Expérience limitée

La Suisse a déjà fermé des sites nucléaires, mais il s'agissait jusqu'alors de sites beaucoup plus petits, à savoir la centrale expérimentale de Lucens (VD) ou les réacteurs de recherche de l'Institut Paul Scherrer et de l'Université de Genève.

La fermeture de Mühleberg, mise en route en 1972, était réclamée depuis des années par les opposants à l'atome. La centrale a donné lieu à d'innombrables manifestations et procédures en justice. Des fissures étaient apparues dans le manteau du réacteur peu avant la décision de l'exploitant.