Modifié le 30 avril 2018

Les cantons recevront davantage d'argent pour intégrer les réfugiés

La Confédération veut mettre plus d'argent pour intégrer les réfugiés, l'aide passera à 18 000 francs par personne
La Confédération veut mettre plus d'argent pour intégrer les réfugiés, l'aide passera à 18 000 francs par personne 19h30 / 2 min. / le 30 avril 2018
Les cantons recevront davantage d'argent de la Confédération pour encourager l'intégration des réfugiés dans le monde du travail. Un agenda commun impliquant un coût supplémentaire de 132 millions de francs par an a été élaboré.

La Confédération va augmenter à 18'000 francs le montant du forfait d'intégration versé aux cantons, soit 12'000 francs de plus que les contributions actuelles, a indiqué lundi le Département fédéral de la justice (DFJP).

Parallèlement, le montant des subventions versées par Berne au titre de l'aide sociale devrait diminuer globalement de 6000 francs par cas. Le système de financement sera facilité, la charge administrative de la Confédération et des cantons allégée.

Les mesures devraient concerner chaque année 11'000 réfugiés reconnus et personnes admises à titre provisoire. La Confédération et les cantons estiment qu’environ 70% de ces personnes en âge de travailler peuvent s'intégrer durablement dans le marché du travail et subvenir à leurs besoins.

"Apprendre une langue nationale"

Ces moyens supplémentaires seront assortis de plusieurs objectifs contraignants, notamment en terme d'apprentissage d'une langue nationale, a expliqué Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale en charge de l'asile, dans l'émission Forum: "Dans notre pays, il faut tout de suite commencer à apprendre une langue nationale. Mais chaque réfugié a aussi un potentiel qu'on doit connaître pour pouvoir lui trouver un travail rapidement. Ce sont des éléments qu'on a définis ensemble avec les cantons".

>> Les précisions de Simonetta Sommaruga dans Forum:

Un réfugié en train d'étudier l'allemand (photo prétexte).
Gaetan Bally - Keystone
Forum - Publié le 30 avril 2018
 

L'UDC opposée

Pour concrétiser leur objectif, les cantons et la Confédération ont défini un agenda commun qui devrait être mis en oeuvre dès le printemps 2019. Il prend en compte les procédures d'asile accélérées qui seront introduites l'année prochaine.

Alors que les villes applaudissent ces mesures, l’UDC n’y croit pas. Elle doute des effets réels sur l’accès au monde du travail.

>> Le débat dans Forum entre Grégoire Junod et Michaël Buffat:

Grégoire Junod et Micchaël Buffat.
Cyril Zingaro - Keystone
Forum - Publié le 30 avril 2018

ats/kg

Publié le 30 avril 2018 - Modifié le 30 avril 2018