Modifié

Le surpoids est en recul chez les enfants et adolescents en Suisse

Surpoids chez les jeunes: la prévention porte ses fruits [RTS]
Surpoids chez les jeunes: la prévention porte ses fruits / 19h30 / 2 min. / le 1 mai 2018
La proportion d'enfants et d'adolescents en surpoids ou obèses en Suisse diminue. Elle est passée de 19,9% à 16,7% en une douzaine d'années, révèle le 12e monitorage de Promotion Santé Suisse publié mardi.

Cette évolution est qualifiée de "réjouissante" par Promotion Santé Suisse, qui réalise ce suivi de l'indice de masse corporelle (IMC) au trois niveaux scolaires, soit les classes enfantines, primaires et secondaires. Les derniers résultats portent sur près de 14'000 élèves dans les villes de Bâle, Berne et Zurich.

Le recul du surpoids et de l'obésité atteint 0,3% sur un an. "Il est réjouissant que la tendance positive observée depuis quelques années se poursuive", explique le Thomas Mattig, directeur de Promotion Santé Suisse.

Surtout à l'école enfantine

On constate un recul continu à l'école enfantine et l'amorce d'un recul au niveau primaire. Au niveau secondaire, on constate une stabilisation. Tous niveaux confondus, sur les 16,7% d'élèves en surpoids, 4,3% sont obèses. Au début des mesures, ce taux était de 4,9%.

Lors de l’année scolaire 2010/11, 20,1% des enfants et adolescents étaient en surpoids ou obèses et la première étude en 2005/06 affichait un taux de 19,9%.

>> L'interview de Nathalie Farpour-Lambert, responsable du Programme Contrepoids aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG)

Surpoids chez les jeunes: l'interview de Nathalie Farpour-Lambert [RTS]
Surpoids chez les jeunes: l'interview de Nathalie Farpour-Lambert / 19h30 / 2 min. / le 1 mai 2018

ats/cab

Publié Modifié
On enregistre une différence entre enfants suisses et étrangers. Parmi ces derniers, la part d'élèves en surpoids est toujours nettement plus élevée, même si on observe un recul constant depuis l’année scolaire 2005/06, relève Promotion Santé Suisse. Parmi les élèves suisses, en revanche, un recul ne se dessine que depuis 2014/15.

Lors de l’année scolaire 2010/11, le monitorage affichait des valeurs élevées: à l’époque, 20,1% des enfants et adolescents étaient en surpoids ou obèses. "L’évolution positive indique que la promotion de la santé est efficace. Les mesures déploient leurs effets tout particulièrement au niveau de l’école enfantine, commente Thomas Mattig.

Mais il est indispensable qu’elles soient poursuivies pour que la part des enfants en surpoids n’augmente pas de nouveau, ajoute le professeur. Il convient en outre de surveiller tout particulièrement l’évolution au niveau secondaire.